Une nouvelle loi pour simplifier les affaires tout en protégeant les consommateurs


  • Le gouvernement remplace les exemptions européennes du droit de la concurrence pour les accords entre producteurs, distributeurs et détaillants par des règles sur mesure mieux adaptées au Royaume-Uni
  • cette décision fait suite aux conseils d’experts de la Competition and Markets Authority, l’autorité britannique de réglementation de la concurrence
  • une consultation technique sur le libellé de la législation est désormais ouverte jusqu’au 16 mars 2022

Une nouvelle loi aidera les entreprises britanniques à faire des affaires tout en maintenant de solides protections pour les consommateurs, a annoncé le gouvernement aujourd’hui (lundi 21 février).

Actuellement, le Royaume-Uni a conservé les règles de l’UE qui exemptent les entreprises du droit de la concurrence dans certaines circonstances. Le gouvernement a reçu des conseils d’experts de l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés qui a recommandé une nouvelle exemption sur mesure du droit de la concurrence pour le Royaume-Uni, remplaçant les règles de l’UE conservées qui expirent le 31 mai 2022.

Les nouvelles règles garantiront que le droit de la concurrence n’impose pas de charges inutiles, en encourageant les « accords verticaux », qui sont des accords entre des entreprises à différents niveaux de la chaîne d’approvisionnement, telles que les agriculteurs et les épiciers.

Ces accords verticaux profitent aux consommateurs en encourageant l’efficacité, l’investissement et l’innovation. Les avantages du nouveau système britannique incluent :

  • supprimer les obligations de parité de détail étendues des exemptions. Ces obligations précisent qu’un produit ou service ne peut être proposé à de meilleures conditions sur d’autres canaux de vente indirects, y compris par le biais d’intermédiaires, tels que d’autres distributeurs ou plateformes en ligne. Par exemple, actuellement, un agent de voyages peut exiger d’un hôtel qu’il ne propose ses chambres sur aucun autre canal de vente à un meilleur prix ou à de meilleures conditions, ce qui limite les incitations pour les agents de voyages à se faire concurrence.
  • créer des règles du jeu plus équitables pour les détaillants des rues commerçantes et physiques en élargissant les exemptions pour couvrir les accords qui traitent différemment les ventes en ligne et hors ligne. Cela comprend la facturation au même distributeur d’un prix plus élevé pour les produits destinés à être revendus en ligne que pour les produits destinés à être vendus hors ligne
  • plus de flexibilité pour les entreprises dans la conception de leurs systèmes de distribution, par exemple en permettant à une entreprise de combiner les droits de distribution en autorisant plusieurs détaillants de son produit dans une zone géographique tout en ayant un accord exclusif avec un autre détaillant dans une autre zone

Le gouvernement consulte sur le libellé juridique de l’exemption. L’Autorité de la concurrence et des marchés publiera d’autres orientations pour accompagner cette législation, la RMR Orientation verticale, en temps voulu.

Informations Complémentaires

Le secrétaire aux affaires peut rendre une « ordonnance d’exemption par catégorie » pour exempter certains types d’accords du droit de la concurrence parce que leurs effets anticoncurrentiels sont compensés par leurs avantages.

Suite à la sortie de l’UE, 7 exemptions par catégorie de l’UE ont été conservées dans la législation britannique, dont 6 devaient expirer dans les années à venir. L’Autorité de la concurrence et des marchés (RMR) l’année dernière a examiné le règlement d’exemption par catégorie des accords verticaux conservé (maintenu VABER) qui expire en mai 2022. Il a ensuite recommandé que BEIS le remplacer par une ordonnance d’exemption par catégorie pour les accords verticaux (VABEO), apportant certaines modifications au régime actuel adaptées aux besoins des consommateurs et des entreprises britanniques. La plupart des répondants à la RMRLa consultation de , provenant de différentes industries et secteurs, a convenu avec le RMR recommandation d’accorder une telle exemption par catégorie.

Les accords verticaux concernent la vente et l’achat de biens ou de services entre entreprises opérant à différents niveaux de la chaîne de production ou de distribution, par exemple entre fabricants et grossistes ou détaillants. N’étant donc pas conclus entre concurrents directs, ces accords sont généralement considérés comme bénins ou favorables à la concurrence.

Les obligations étendues de parité de vente au détail sont définies comme des restrictions par référence à l’un des canaux de vente indirects du fournisseur (qu’ils soient en ligne ou hors ligne, par exemple des plateformes en ligne ou d’autres intermédiaires), qui garantissent que les prix ou autres modalités et conditions auxquels les biens ou services d’un fournisseur proposés aux utilisateurs finaux sur un canal de vente ne sont pas pires que ceux proposés par le fournisseur sur un autre canal de vente.

Laisser un commentaire