Qui sont les principaux suspects du scandale du Qatargate ?


L’enquête sur le Qatargate, le scandale de corruption qui touche actuellement le Parlement européen, a pris une tournure spectaculaire cette semaine lorsque l’un des principaux suspects a déclaré mardi qu’il coopérerait avec les autorités belges. De nouvelles révélations devraient accélérer les enquêtes et impliquer davantage d’autres suspects.

Lorsque les autorités belges ont effectué 20 perquisitions dans 19 propriétés à Bruxelles le 9 décembre 2022, l’ancien député européen italien Pier Antonio Panzeri a été l’un des premiers à être arrêté pour son rôle dans des la corruption au sein du plus haut siège de la démocratie européenne.

Cette semaine, Panzeri, 67 ans, a déclaré de manière inattendue qu’il coopérerait aux enquêtes de la police belge et révélerait ce qu’il savait des accusations de corruption, de blanchiment d’argent et de crime organisé parmi les députés, les assistants et les lobbyistes au Parlement européen.

Les révélations de Panzeri auront également un impact indéniable sur trois autres principaux suspects dans l’affaire : l’une des vice-présidentes du Parlement européen, la socialiste grecque Eva Kaili ; son compagnon de vie et assistant parlementaire d’un eurodéputé italien, Francesco Giorgi ; et Niccolo Figa-Talamanca, secrétaire général italien de l’ONG No Peace Without Justice.

Avec Panzeri, les trois hommes sont détenus depuis leur arrestation, accusés de crimes, notamment de participation à une organisation criminelle, de corruption et de blanchiment d’argent.

>> « Le Qatargate restera dans l’histoire comme le scandale politique le plus important et le plus dommageable »

Au cœur des accusations se trouvent des allégations selon lesquelles les quatre principaux suspects – et un réseau d’autres acteurs – ont reçu d’importantes sommes d’argent du Qatar et du Maroc en échange de leur influence sur les décisions politiques. Le Qatar et le Maroc nient fermement ces allégations.

FRANCE 24 se penche sur les principaux acteurs mis en examen dans le Qatargate scandale.

Jetée Antonio Panzeri

Après avoir passé 15 ans en tant que député européen, Panzeri a fondé l’ONG de défense des droits de l’homme Fight Impunity en 2019, ce qui – selon l’enquête belge – lui a permis d’utiliser les contacts pris pendant son mandat d’homme politique pour se forger un profil de lobbyiste travaillant pour le compte du Qatar. .

Après l’arrestation de Panzeri le 9 décembre, la police belge a découvert 600 000 € en espèces entreposés à son domicile bruxellois et 17 000 € au domicile familial de Calusco d’Adda, en Lombardie.

Panzeri et sa famille « possédaient également des actifs importants, notamment des comptes bancaires partagés et des biens immobiliers, qui ne pouvaient être comptabilisés uniquement par les revenus d’un député européen qui a siégé pendant 10 ans », selon le quotidien italien Corriere della Sera, le 22 décembre.

Considéré comme l’un des principaux architectes du stratagème de corruption, la décision de Panzeri cette semaine de reconnaître sa culpabilité et de coopérer avec la police est une aubaine majeure pour l’enquête. Le journal belge Le Soir, qui a été le premier à rapporter le scandale du Qatargate, l’a qualifié de « bombe humaine pour la vérité et la justice ».

Sa coopération s’accompagne également d’avantages personnels dont la réduction de sa peine de prison à une peine « limitée », qui, selon son avocat Laurent Kennes, avait été négociée pour ne pas dépasser un an et pour inclure une peine avec sursis avec étiquette électronique.

>> Le chef de file présumé de l’enquête sur la corruption dans l’UE annule l’accord pour une peine plus légère

« Il veut être ouvert, il veut voir une lumière au bout du tunnel », a déclaré son avocat à la chaîne française RTBF, ajoutant que Panzeri « a reconnu avoir été l’un des dirigeants d’une organisation criminelle… ayant des liens avec le Qatar ». et le Maroc ».

Dans ce document, une photo prise et publiée le 26 mars 2019 par le Parlement européen montre l'Italien Pier Antonio Panzeri s'exprimant lors d'une session plénière à Strasbourg.
Dans ce document, une photo prise et publiée le 26 mars 2019 par le Parlement européen montre l’Italien Pier Antonio Panzeri s’exprimant lors d’une session plénière à Strasbourg. © Marc Dossmann, AFP

Eva Kaili

Une première recherche sur le père de Kaili – qui a depuis été libéré – a permis aux enquêteurs de le surprendre en train de s’enfuir avec une valise remplie de centaines de milliers d’euros. Le fait qu’il ait été pris en flagrant délit – en flagrant délit – a fait perdre à sa fille l’immunité diplomatique qui lui avait été accordée en tant que députée européenne. Une perquisition conséquente dans son appartement à Bruxelles a révélé des sacs remplis de billets de banque d’une valeur de 150 000 €.

Kaili, qui est devenu le plus jeune député grec de tous les temps à 29 ans, a depuis été inculpé de participation à une organisation criminelle, de corruption et de blanchiment d’argent, et est toujours détenu par la police.

Depuis son arrestation, Kaili n’a cessé de clamer son innocence, avec son avocat, Michalis Dimitrakopoulos, affirmant qu’elle n’avait « aucune connaissance de l’existence » des sacs d’argent trouvés dans son appartement. Au lieu de cela, elle a pointé du doigt son partenaire Francesco Giorgi, l’accusant de « trahir sa confiance ».

Avant son implication dans le scandale, Kaili a été élue au Parlement européen en 2014, a occupé son siège aux élections de 2019 et est devenue l’une des vice-présidentes de l’organisation en 2022. Depuis son arrestation, elle est déchue de sa vice-présidence.

Quelques jours seulement après le coup d’envoi de la Coupe du monde 2022 fin novembre, Kaili a pris la parole au Parlement européen pour défendre le Qatar, le pays hôte qui avait fait l’objet d’un examen minutieux pendant le tournoi pour violations des droits de l’homme. Elle a déclaré que le pays était un « leader dans le domaine du droit du travail » et s’est moqué des suggestions que le Qatar avait utilisé des méthodes corrompues pour obtenir le droit d’accueillir le tournoi.

La vice-présidente du Parlement européen, la socialiste grecque Eva Kaili, qui est au centre de l'enquête, est vue ici au Parlement européen à Strasbourg, France, le 22 novembre 2022.
La vice-présidente du Parlement européen, la socialiste grecque Eva Kaili, qui est au centre de l’enquête, est vue ici au Parlement européen à Strasbourg, France, le 22 novembre 2022. © Document via REUTERS, Union européenne 2022

Francesco Giorgi

Francesco Giorgi a été décrit par les journaux belges comme un « suspect majeur » dans l’enquête et est actuellement détenu par la police depuis cinq semaines. Il est le partenaire d’Eva Kaili et l’assistant parlementaire de l’eurodéputé italien Andrea Cozzolino. Auparavant, il était l’assistant du suspect Panzeri, qui a fondé ensemble l’ONG Fight Impunity.

Depuis leur arrestation, le compte bancaire commun de Giorgi et Kaili en Grèce a fait l’objet d’une enquête, ainsi que 7 000 m2 de terrain que le couple a acheté avec le compte sur l’île de Paros.

Le 22 décembre, Reuters a rapporté que deux suspects liés à l’affaire Giorgi avaient admis avoir accepté des pots-de-vin du Qatar en échange d’avoir influencé les décisions du Parlement européen concernant l’État du Golfe.

Au cours des enquêtes, Giorgi aurait accusé deux députés européens avec lesquels il a des liens de leur propre implication dans le scandale de corruption : Marc Tarabella et Andrea Cozzolino.

Cette photo non datée montre la vice-présidente du Parlement européen grec Eva Kaili (R) et son partenaire Francesco Giorgi, assistant parlementaire du groupe Socialistes et démocrates du Parlement européen, tous deux impliqués dans une enquête de corruption impliquant le Qatar, hôte de la Coupe du monde, marchant dans une banlieue nord de Athènes.
Cette photo non datée montre la vice-présidente du Parlement européen grec Eva Kaili (R) et son partenaire Francesco Giorgi, assistant parlementaire du groupe Socialistes et démocrates du Parlement européen, tous deux impliqués dans une enquête de corruption impliquant le Qatar, hôte de la Coupe du monde, marchant dans une banlieue nord de Athènes. © Eurokinissi, STR, AFP

Niccolo Figa-Talamanca

Le ressortissant italien Niccolo Figa-Talamanca a également été arrêté le 9 décembre et détenu pendant cinq jours, avant d’être relâché avec une étiquette électronique. Cependant, cette décision a depuis été annulée et depuis le 27 décembre, Figa-Talamanca est en détention provisoire dans l’attente de son procès.

Figa-Talamanca est à la tête de l’ONG No Peace Without Justice qui a été fondée par la politicienne italienne et ancienne députée européenne Emma Bonino et se concentre sur les questions des droits de l’homme et de l’État de droit. L’organisation est soupçonnée d’effectuer des paiements aux eurodéputés et partage également des bureaux avec Fight Impunity, l’ONG fondée par Panzeri et Giorgi.

Marc Tarabelle

Lorsque le domicile de l’eurodéputé belge Marc Tarabella a été perquisitionné par la police le 10 décembre, aucun argent n’a été trouvé, mais son téléphone et son ordinateur portable ont été saisis.

Le 13 décembre, le parti socialiste belge a suspendu l’adhésion de Tarabella pendant l’enquête, alors même qu’il protestait de son innocence. « Je n’ai aucune honte à avoir et je serai disponible à la demande de la justice », a-t-il déclaré au comité de surveillance du parti.

Moins d’un mois plus tard, le 2 janvier, le Parlement européen a lancé des mesures d’urgence pour révoquer l’immunité parlementaire de Tarabella à la demande des autorités belges.

Selon le journal belge L’Écho, Panzeri affirme avoir donné à Tarabella plus de 120 000 € en espèces en plusieurs versements en paiement de l’aide pour les problèmes liés au Qatar ; une affirmation que Tarabella nie. « Que ce soit en cadeaux ou en espèces, M. Tarabella n’a rien reçu », a déclaré à l’AFP son avocat, Maxim Töller, le 17 janvier.

Cependant, l’homme politique belge a admis avoir effectué un voyage payé par le Qatar en février 2020, ce qu’il n’a pas déclaré au Parlement.

« Il a été invité… à une conférence », a déclaré Töller à la chaîne belge RTL. « Il résoudra tous les problèmes. Il n’y a rien d’illégal à faire un voyage payé par une organisation. Son avocat a déclaré que pendant son séjour au Qatar, Tarabella est allé voir des stades en construction et a demandé à rencontrer des travailleurs.

En novembre, Tarabella a parlé au Parlement européen de « l’évolution positive » des droits de l’homme au Qatar.

Le député européen Marc Tarabella quitte le siège du Parti socialiste après un comité de vigilance suite aux allégations liées à l'affaire de corruption au Qatar à Bruxelles, en Belgique, le 13 décembre 2022.
Le député européen Marc Tarabella quitte le siège du Parti socialiste après un comité de vigilance suite aux allégations liées à l’affaire de corruption au Qatar à Bruxelles, en Belgique, le 13 décembre 2022. © Valéria Mongelli, AFP

Andréa Cozzolino

Un deuxième eurodéputé italien, Andrea Cozzolino, serait également impliqué dans le scandale par son association avec son assistant parlementaire Giorgi.

Depuis son arrestation, Giorgi a désigné Cozzolino comme suspect et, alors que l’eurodéputé n’a pas encore été inculpé, le Parlement européen décidera en février si son immunité parlementaire doit être levée en relation avec le scandale.

Le Napolitain, né en 1962, a également été décrit par la presse belge comme étant « très proche » de Panzeri dont il a succédé en 2019 au poste de président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb.

Cozzolino a déclaré qu’il aimerait une audience privée avec la commission des affaires juridiques du Parlement européen « où il réaffirmera sa totale innocence et répondra à toutes les questions ».

Ses avocats ont démenti son implication dans le scandale. « La demande au Parlement européen des autorités belges de lever son immunité parlementaire est une hypothèse dans l’enquête qui ne semble même pas concerner notre client car rien ni personne ne l’implique directement dans la corruption », a déclaré son équipe juridique.

Le 12 décembre, l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates du Parlement européen a suspendu Cozzolino de son rôle de coordinateur et quatre jours plus tard, le Parti démocrate italien a également suspendu son adhésion « à titre préventif » pour protéger l’image du parti jusqu’à la fin des enquêtes du Qatargate.

Luca Visentini

L’Italien Luca Visentini, patron de la Confédération syndicale internationale, a reconnu le 20 décembre avoir reçu un paiement en espèces d’environ 50 000 euros de Fight Impunity, l’ONG dirigée par Panzeri.

Visentini soutient que le paiement n’était pas une tentative de corruption ou une tentative du Qatar d’acheter de l’influence. Au lieu de cela, il dit avoir accepté le « don en espèces » en raison de son « caractère non lucratif » et de la « qualité du donateur ». Visentini a ajouté: « Personne ne m’a rien demandé et je n’ai rien demandé en retour, et aucune condition n’a été donnée pour le don. »

« Si j’avais été corrompu ou corrompu, mes perspectives politiques auraient été évidemment favorables au Qatar, mais les jours précédents j’avais déclaré que les réformes faites dans le pays étaient totalement insuffisantes », a-t-il déclaré au journal italien Corriere della Sera, après avoir été arrêté et relâché par la police.

Visentini a depuis été suspendu de ses fonctions à la Confédération syndicale internationale et doit informer les autorités s’il envisage de voyager en dehors de l’UE.

Cet article a été adapté du originale en français.

Laisser un commentaire