Le port de Vancouver retarde l’interdiction des vieux camions en raison de problèmes de chaîne d’approvisionnement


chaîne d'approvisionnement
Des chauffeurs de la United Truckers Association organisent une manifestation à Surrey, en Colombie-Britannique, en juillet 2021 (UTA)

Publié le 17 janvier 2022 à 23h37 par

L’exécutif maritime

Après un an de perturbations en Colombie-Britannique – y compris des incendies, des inondations, le COVID-19 et la congestion de la chaîne d’approvisionnement – l’autorité portuaire de Vancouver, en Colombie-Britannique, a décidé que ce n’était pas le moment de déployer une interdiction prévue de longue date sur les camions diesel plus anciens .

En 2015, le port a lancé un plan – le « Rolling Truck Age Program » – pour interdire les camions de plus de 10 ans à ses portes. L’objectif du port était de réduire les émissions dangereuses de NOx et de particules, qui ont un impact localisé sur la santé publique. Selon le port, l’arrêt des camions de plus de 10 ans à la porte réduirait les émissions de PM de ses opérations de factage de plus de 90 %. Il a fixé la date de mise en œuvre loin dans le futur, programmant le changement pour le 1er février 2022.

Aujourd’hui, la majorité des camionneurs du port – environ 80 % – disposent de véhicules conformes à la nouvelle règle. Cependant, environ 350 camions sont trop vieux pour répondre à la nouvelle norme du port, bien qu’ils soient toujours entièrement conformes aux réglementations provinciales et fédérales. Le port aimerait que les opérateurs remplacent ces véhicules – mais il y a un problème : les nouveaux camions deviennent difficiles (et coûteux) à trouver.

En 2020-2021, la perturbation de la pandémie mondiale a créé une pénurie de puces informatiques, affectant la fabrication d’à peu près tout avec des commandes informatisées – y compris les semi-remorques. La pénurie de copeaux a entraîné un ralentissement dans les usines de camions lourds en Amérique du Nord pendant la majeure partie de 2021, selon le le journal Wall Street. Pendant ce temps, la demande de tonnes-milles pour le camionnage a augmenté, stimulée par un boom des dépenses de consommation et des achats en ligne. Avec la baisse de l’offre de camions et la hausse de la demande, les prix des camions neufs et d’occasion ont monté en flèche et la disponibilité est limitée. Dans un concessionnaire Kenworth au Kansas, des vendeurs ont déclaré aux médias locaux qu’ils étaient solder de camions neufs jusqu’en janvier 2023.

La United Truckers Association a appelé le port à reporter son interdiction des camions lourds plus anciens, citant les dépenses et la difficulté de les remplacer – ainsi que les difficultés supplémentaires après un an de COVID-19, d’incendies et d’inondations. L’association a obtenu l’appui du ministre des Transports du Canada, Omar Alghabra, qui a écrit à l’Administration portuaire de Vancouver Fraser pour demander « un court délai » pour les consultations avec les camionneurs. Vendredi, le port a donné son accord.

« Nous avons récemment entendu des inquiétudes concernant la date de début de notre programme de la part de l’industrie et de Transports Canada, et nous reconnaissons que la pandémie, les récentes inondations et les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement mondiale peuvent avoir créé des défis à court terme pour les personnes qui cherchent à acheter des produits conformes. camions », a déclaré le vice-président de l’Autorité portuaire de Vancouver Fraser, Duncan Wilson, dans un communiqué. « Nous reportons donc légèrement la date de début de notre programme, afin de fournir du temps et des opportunités d’engagement supplémentaires à l’industrie et, espérons-le, d’atténuer certains de ces défis. »

Laisser un commentaire