L’avocat de SC, J Sai Deepak, lance son deuxième livre « India, Bharat and Pakistan »


L’avocat de la Cour suprême et auteur renommé J Sai Deepak a lancé son deuxième livre de la trilogie Bharat mardi lors d’une réception à Delhi. Le livre « L’Inde, Bharat et le Pakistan » a été lancé par l’historien Meenakshi Jain et l’auteur-scientifique Dr Anand Ranganathan. Le livre est le deuxième de la trilogie qui cherche à comprendre l’histoire de l’Inde à partir d’une approche décoloniale. Il est publié par Bloomsbury Inde.

Plusieurs personnalités éminentes de diverses disciplines des arts, des sciences, de la culture et de l’histoire, dont l’auteur Sanjeev Sanyal et Ami Gantara, ont honoré l’événement de leur présence. Au cours de l’événement, le panéliste et animateur de télévision Anand Ranganathan a félicité l’auteur d’avoir noté les faits directement dans sa nouvelle version intitulée « Inde, Bharat et Pakistan ». Il a dit que le deuxième livre de la série Bharat Trilogy écrit par l’auteur était remarquable et était aussi bon que le livre du Dr BR Ambedkar intitulé « Pakistan ou la partition de l’Inde » qui est basé sur un sujet similaire et celui de l’auteur Venkat Dhulipala nommé ‘Création d’une nouvelle Médina’.

Élaborant sur le livre, l’auteur J Sai Deepak a déclaré que sa récente publication parle de la formation du Pakistan bien avant l’année 1940, lorsque la théorie des deux nations a été prononcée. « La théorie a été prononcée en 1937 et en 1940, comme mentionné également dans le livre de Dhulipala. Mais le germe pour le pays séparé avait commencé à prendre racine en 1740 au moins », a-t-il dit en ajoutant que la seule chose commune entre son livre et le livre du Dr BR Ambedkar est qu’ils parlent tous les deux en tant qu’avocats à travers leurs publications.

Il a suggéré qu’il y avait une division préexistante dans l’ancien pays de Bharat qui a été intensifiée par les Britanniques et les dirigeants islamistes comme Syed Ahmed Khan et Jinnah dans les années 1940. « La seule question que j’ai posée à travers ce livre est est-ce que le duo (les dirigeants britanniques et les dirigeants islamistes) a consciemment collaboré l’un avec l’autre pour mener vers la partition ? Y avait-il une poignée de main consciente entre la mentalité britannique et la mentalité islamiste », a-t-il dit. Pendant ce temps, l’auteur Dr Meenakshi Jain a félicité l’auteur pour le deuxième livre de sa série Bharat Trilogy.

À propos de l’Inde, du Bharat et du Pakistan

Le deuxième livre de la trilogie Bharat, India, Bharat, and Pakistan, continue le sujet commencé dans le premier livre, India That Is Bharat. Il étudie l’impact combiné de la colonialité européenne et moyen-orientale sur Bharat en tant qu’État successeur de la culture indienne, ainsi que les racines de la Constitution indienne.

À travers cet objectif, le livre suit la continuité intellectuelle de la colonialité moyen-orientale depuis le développement du renouveau islamique dans les années 1740 après l’effondrement de l’empire moghol, qui préfigurait le concept du Pakistan, jusqu’à la conclusion du mouvement Khilafat en 1924, qui a solidifié la route vers le Pakistan.

Le livre expose également le partenariat commode qui s’est développé entre les partisans de la colonialité du Moyen-Orient et l’administration coloniale britannique, qui a conduit à la destruction de la civilisation indienne. L’objectif de ce livre est d’aider le lecteur à voir des parallèles entre les problèmes d’aujourd’hui et les défis rencontrés par la civilisation indienne de 1740 à 1924. L’objectif primordial du livre reste le même que le premier : inspirer les Bharatiyas à poursuivre une étude décoloniale critique de l’histoire de Bharat, en particulier dans le contexte de la Constitution, de sorte que l’adhésion religieuse à la Constitution soit contrebalancée par un sens des proportions, de la perspective et du but.

Le premier livre – L’Inde, c’est Bharat

Le premier tome de la trilogie, L’Inde, c’est Bharat, examine les effets de la «conscience coloniale» européenne, en particulier ses fondements religieux et raciaux, sur Bharat en tant qu’État successeur de la civilisation indienne et les débuts de la Constitution indienne. Il établit les bases de ses suites en couvrant la période entre l’ère de la découverte, symbolisée par le voyage de Christophe Colomb en 1492, et la réforme de Bharat par le biais d’une constitution britannique, la loi sur le gouvernement indien de 1919. Cela couvre développements internationaux qui ont conduit les pays occidentaux à former la Société des Nations, qui a eu une influence tangible sur ce voyage.

En outre, le livre relie les racines de concepts ostensiblement universels comme la tolérance, la laïcité et l’humanisme à la théologie politique chrétienne. Afin de faire progresser leur mépris commun pour la pensée indienne, il explore également le concept de colonialité moyen-orientale, qui précède son équivalent européen. La décolonialité est présentée comme une exigence de civilisation dans la nature, la religion, la culture, l’histoire, l’éducation, la langue et, plus important encore, le constitutionnalisme afin de sauver l’indigénéité inhérente de Bharat.

À propos de J Sai Deepak

J. Sai Deepak est un ancien ingénieur qui travaille aujourd’hui comme avocat plaidant, notamment devant la Cour suprême de l’Inde et la Haute Cour de Delhi. Sai, ingénieur en mécanique de l’Université Anna, a obtenu un baccalauréat en droit de la faculté de droit de l’IIT Kharagpur en 2009 et s’est positionné comme avocat civil, commercial et constitutionnel.

Sai a été impliqué dans de nombreuses affaires importantes, notamment celles impliquant le temple Sabarimala Ayyappa, le temple Sri Padmanabhaswamy, les indications géographiques Basmati et l’exception de viol conjugal du Code pénal indien. Sai a reçu le Young Alumni Achiever’s Award de son institution d’origine, IIT Kharagpur, en 2019. En plus de donner des conférences sur des questions constitutionnelles, il produit de nombreux documents pour des journaux et périodiques prestigieux.



Laisser un commentaire