Des émeutes anti-chinoises éclatent aux Îles Salomon alors que l’Australie envoie des TROUPES


L’Australie enverra des troupes aux îles Salomon alors que la nation du Pacifique Sud sombre dans le chaos à la suite d’émeutes anti-chinoises.

Le Comité australien de la sécurité nationale a tenu des pourparlers de crise jeudi après-midi après que le Premier ministre Manasseh Sogavare a demandé l’aide du gouvernement australien dans le cadre de l’accord de sécurité bilatéral de 2017.

Scott Morrison a annoncé que 23 officiers de la police fédérale australienne étaient déjà en route pour soutenir le «contrôle des émeutes» et 50 autres devraient être déployés pour protéger «l’infrastructure critique».

En outre, 43 membres des forces de défense devraient également faire le voyage vendredi pour soutenir «l’infrastructure critique» comme l’aéroport.

Scott Morrison (photo) a annoncé que l'Australie enverrait des troupes aux îles Salomon alors que la nation du Pacifique Sud sombre dans le chaos à la suite d'émeutes anti-chinoises

Scott Morrison (photo) a annoncé que l’Australie enverrait des troupes aux îles Salomon alors que la nation du Pacifique Sud sombre dans le chaos à la suite d’émeutes anti-chinoises

Une foule en colère a été filmée en train de briser des vitres et de lancer des projectiles sur le poste de police de la circulation de Kukum avant que des émeutiers n'entrent dans le bâtiment et ne l'incendient.

Une foule en colère a été filmée en train de briser des vitres et de lancer des projectiles sur le poste de police de la circulation de Kukum avant que des émeutiers n’entrent dans le bâtiment et ne l’incendient.

Les gens se rassemblent près du poste de police de Naha alors que les Îles Salomon ont défié un verrouillage imposé par le gouvernement et ont manifesté dans la capitale, à Honiara, Îles Salomon, le 25 novembre 2021

Les gens se rassemblent près du poste de police de Naha alors que les Îles Salomon ont défié un verrouillage imposé par le gouvernement et ont manifesté dans la capitale, à Honiara, Îles Salomon, le 25 novembre 2021

TROUPES AUSTRALIENNES DANS LES ÎLES SALOMON :

L’AFP a envoyé 23 agents du Groupe d’intervention spécialisé, plus 50 autres.

– Leur avion de la RAAF est parti de Canberra jeudi après-midi.

– 50 autres agents de l’AFP seront déployés vendredi.

ADF enverra 43 personnes vendredi, toutes partant de Townsville.

– Environ 30 de la 3e Brigade.

– Personnel médical de la 17e Brigade.

– Unité de Police Militaire de la 6 Brigade.

– Il y aura également un hélicoptère Hercules qui sera envoyé au-dessus chargé d’équipements.

« Notre objectif ici est d’assurer la sécurité et la stabilité pour permettre aux processus constitutionnels normaux au sein des Îles Salomon de pouvoir traiter les divers problèmes qui se sont posés », a déclaré le Premier ministre.

Les manifestants d’une deuxième journée dans la capitale Honiara ont exigé la démission de M. Sogavare, exprimant leurs inquiétudes quant à l’influence chinoise dans le pays.

Des magasins et des entreprises de Chinatown ont été ciblés par des émeutiers ainsi que des bâtiments gouvernementaux et des postes de police.

Une foule en colère a été filmée en train de casser des vitres et de lancer des projectiles sur le poste de police de la circulation de Kukum avant que des émeutiers n’entrent dans le bâtiment et y mettent le feu.

D’énormes flammes ont jailli du bâtiment avant qu’un seul pompier n’intervienne pour tenter d’éteindre l’incendie.

Un verrouillage de 36 heures a été ordonné à Honiara pour apaiser les troubles civils, mais jusqu’à présent, il n’a eu que peu d’effet avec des scènes similaires éclatant un peu partout dans la capitale.

«La situation reste volatile avec des foules relativement importantes en mouvement. Les forces de police royales des îles Salomon ont été mises à rude épreuve  », a déclaré M. Morrison.

« Nous avons reçu des informations faisant état d’autres bâtiments en feu sur la route principale du centre d’Honiara, notamment un grand bâtiment commercial et une succursale bancaire. »

Un pompier passe devant une quincaillerie en feu, lors de manifestations contre le gouvernement à Honiara, Îles Salomon, le 24 novembre 2021,

Un pompier passe devant une quincaillerie en feu, lors de manifestations contre le gouvernement à Honiara, Îles Salomon, le 24 novembre 2021,

De la fumée sort d'un magasin en feu à Honiara, aux Îles Salomon, le 24 novembre 2021

De la fumée sort d’un magasin en feu à Honiara, aux Îles Salomon, le 24 novembre 2021

Des tensions se sont installées dans le pays d’environ 700 000 personnes après que M. Sogavare a rompu en septembre 2019 les relations diplomatiques avec Taïwan en faveur de Pékin.

Cette décision a provoqué la colère de nombreux habitants qui craignent que les ressources naturelles du pays – principalement la pêche, l’huile de palme et l’exploitation forestière – ne soient volées par le pouvoir autoritaire.

Pékin a remis environ 730 millions de dollars au gouvernement des Îles Salomon après le changement diplomatique.

Le sentiment public est que cet argent a été payé en échange d’une partie de leur souveraineté, y compris l’accès aux politiciens et des portes dérobées à la propriété des deux et des entreprises publiques.

L’Australie étant actuellement aux prises avec un différend diplomatique amer avec la Chine sur le commerce, la décision d’envoyer des troupes pour soutenir M. Sogavare vient avec une grande hésitation de Canberra.

L'Australie a déployé environ 2 200 militaires dans les Îles Salomon en 2003 dans le cadre de sa mission d'assistance régionale.

L’Australie a déployé environ 2 200 militaires dans les Îles Salomon en 2003 dans le cadre de sa mission d’assistance régionale.

Des soldats de la compagnie Delta, 1er bataillon du Royal Australian Regiment, embarquent à bord d'un avion de l'armée de l'air australienne de Townsville pour les îles Salomon afin d'aider la police fédérale australienne, le mercredi 19 avril 2006

Des soldats de la compagnie Delta, 1er bataillon du Royal Australian Regiment, embarquent à bord d’un avion de l’armée de l’air australienne de Townsville pour les îles Salomon afin d’aider la police fédérale australienne, le mercredi 19 avril 2006

Le leader du Pacifique Sud est depuis longtemps un critique virulent de l’Australie dont la popularité a considérablement diminué ces dernières années.

Mais si l’Australie n’agit pas, elle laisse la porte ouverte à Pékin pour fournir des renforts de sécurité, ce que Canberra cherche désespérément à éviter.

L’Australie a déployé environ 2 200 militaires dans les îles Salomon en 2003 dans le cadre de sa mission d’assistance régionale.

Des scènes similaires de troubles civils ont également éclaté en 2006 après que Snyder Rini a été élu Premier ministre.

Les habitants en colère pensaient que le vote avait été « truqué » par de puissants hommes d’affaires chinois dans le pays et, par conséquent, les entreprises de Chinatown ont été pillées et incendiées, détruisant environ 90 % du district.

Canberra a envoyé des troupes pour stabiliser les troubles, la police fédérale australienne restant dans le pays pour aider les forces de l’ordre jusqu’au 30 juin 2017.

Trois armée australienne "huey" des hélicoptères arrivent sur la côte agitée des îles Salomon en 2003

Trois hélicoptères ‘huey’ de l’armée australienne arrivent sur la côte agitée des îles Salomon en 2003

Sur la photo : un soldat australien dans les rues du quartier chinois dévasté d'Honiara offre un verre d'eau à un autre soldat lors d'une patrouille, le samedi 22 avril 2006

Sur la photo : un soldat australien dans les rues du quartier chinois dévasté d’Honiara offre un verre d’eau à un autre soldat lors d’une patrouille, le samedi 22 avril 2006

Les critiques ont appelé à la démission de M. Sogavare afin de réprimer la violence.

Mais l’homme d’État assiégé est resté fidèle, ne montrant aucun signe qu’il avait l’intention de quitter le poste de direction.

« Personne n’est au-dessus des lois … ces personnes subiront les conséquences de leurs actes », a-t-il déclaré dans une déclaration ciblée aux émeutiers.

« J’avais honnêtement pensé que nous avions dépassé les jours les plus sombres de l’histoire de notre pays.

« Cependant… (ces) événements sont un rappel douloureux que nous avons un long chemin à parcourir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *