Zen dans les « Athènes de Cuba » – Buddhadoor Global


L’article suivant a été initialement produit pour Bouddhistedoor en espagnol. Ceci est une traduction de cette interview.

Personne n’a visité Cuba avant d’avoir visité Matanzas. Presque tous les touristes aspirent aux sables et aux eaux vierges de Varadero ou – peut-être moins de touristes – à la nature archaïque de la Ciénaga de Zapata avec ses espèces endémiques résistantes.

Mais il y a beaucoup plus à voir. Comme Cárdenas, siège des aborigènes les plus ancestraux, du premier drapeau patriotique et de la plus ancienne statue de Colomb d’Amérique latine. Il y a aussi la capitale provinciale elle-même. Là, la mer n’est qu’un citoyen de plus dont la marche sereine est à peine « civilisée » par les inévitables ponts métalliques. Et un spectacle inoubliable à voir est le lever du soleil dans la baie de Cárdenas lorsqu’une soudaine explosion de feu émet un escalier de vagues dorées à l’horizon, s’étendant à l’infini tout en étant accueilli par les lumières vacillantes des maisons qui s’éveillent.

Matanzas : ciel, mer et ponts. Image de facebook.com

Cependant, peut-être qu’un jour Matanzas sera un lieu de pèlerinage spirituel. Cela peut arriver si le Le projet du Centre Zen de Cuba – conçu par les sanghas de Bárbara Kosen (Espagne) et Michel Tai Hei (Cuba) – se concrétise.

Tous deux sont des chefs bouddhistes bien connus. Le premier est héritier de la lignée Soto Zen depuis 1993 et ​​a fondé l’Asociación Zen Taisen Deshimaru en Espagne. Le second a commencé sa pratique en 1999 et a reçu la transmission du Dharma (shiho) en 2018.

Michel, (devant, au milieu), entouré de sa Sangha. Derrière lui, la nonne Darlenys Shin Gyo. Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Darlenys Shin Gyo.

Le centre, encore sous sa forme embryonnaire, essaie de pallier l’absence totale de centres zen à Cuba. A La Habana, les méditants doivent se réunir dans une maison privée. Pendant ce temps, le dojo de Matanzas voyage, offrant zazen dans les parcs, les abords naturels ou dans les espaces prêtés par la Metropolitan Community Church (MCC) et le Pharmaceutical Museum.

Par conséquent, « impressionné par la dignité et la détermination des pratiquants cubains », Sensei Bárbara a écrit une lettre publique dans l’espoir de récolter la somme de 31 500 USD dans le but de « créer un lieu de pratique quotidienne qui pourrait également accueillir les résidents de l’île. et bienvenue aux maîtres en visite à Cuba. Les organisateurs espèrent que le futur centre pourra accueillir une trentaine de personnes. « En plus d’être le dojo de la ville de Matanzas », lit-on dans le projet, « il aurait une bibliothèque, une salle de conférence et une autre dédiée à la couture et à la calligraphie. (Zenkan)

Comme nous voulions en savoir plus sur cette initiative prometteuse, nous avons demandé conseil à Maître Tai Hei. Il nous a dirigé vers la nonne Darlenys Shin Gyo du dojo de Matanzas, qui a répondu à nos questions.

Bouddhiste dans le monde : Quand et comment est née l’idée d’un Centre Zen à Cuba ?

DARLENYS SHIN GYO : C’est le désir de tous ceux qui ont pratiqué ici. Pendant un moment, c’était un rêve lointain. Puis, finalement, les roues ont commencé à tourner et le projet a commencé à prendre forme. Ce que nous avons maintenant est le fruit d’années d’efforts et de la grande compassion de nos maîtres, qui ont travaillé dur pour continuer la pratique du Zen à Cuba. Nous rendons grâce pour cela et nous comptons également sur les conseils de Maître Michel Tai Hei, qui fait partie de la Sangha de Cuba depuis plus de vingt ans, passant une grande partie de ce temps comme enseignant (va faire) au dojo de La Havane.

Et, bien sûr, l’ordination de l’un de nous en tant que maître était ce dernier petit coup de pouce qui nous a fait commencer à chercher un endroit où le maître Tai Hei pourrait également compter sur un endroit pour partager ses enseignements bouddhistes avec les bouddhistes et d’autres qui sont intéressés, que ce soit de l’île ou de n’importe où dans le monde.

BDG : Quels ont été les principaux facteurs qui ont influencé le choix de la ville comme lieu du projet ?

DSG : Je voudrais dire que c’est un acte de poésie profonde, conséquence naturelle des graines semées dans notre ville, et qui nous précèdent dans le temps. Mais c’est aussi une conséquence ou un effet de la pratique depuis de nombreuses années dans ce domaine. Avant que le dojo de Matanzas n’existe, des pratiquants de tout Cuba venaient aux retraites qui y étaient organisées et célébrées. À certains égards, ils sont également responsables de l’épanouissement du Zen dans nos cœurs.

A cela il faut ajouter le fait que nous sommes très proches de la capitale, mais avec les avantages de ne pas être une ville aussi centrale ou peuplée. Il y a aussi l’influence du coût de l’immobilier, les possibilités d’échanges offertes par les communautés religieuses de la ville, et même cette culture inclusive et conciliante qui caractérise les « matanceros ».

Et enfin, il y a le besoin vital pour les pratiquants de Matanzas de compter sur un espace physique où ils peuvent se retrouver régulièrement.

BDG : Outre le parrainage de la collecte de fonds, de quelles autres manières les sympathisants peuvent-ils apporter leur soutien au Zen Center ?

DSG : Comme pour tout projet basé sur la coopération et la solidarité, il y a toujours beaucoup à faire. La première chose est de diffuser l’information. Plus les gens connaîtront notre projet, plus il y aura de possibilités de s’impliquer, non seulement pour ceux intéressés à aider à l’achat du Zen Center, mais aussi pour ceux intéressés par la pratique de zazen et le dialogue interreligieux fondé sur le respect et l’harmonie.

Viennent ensuite les dons – la matérialisation de cette aide – dont nous avons besoin pour financer ce centre d’études, de pratique et de dialogue, qui sera accessible aux personnes du monde entier. Troisièmement, lorsque ce n’est plus un rêve mais une réalité, nous aurons également besoin d’aide pour transformer une maison familiale en un espace de pratique bouddhiste.

Et enfin, la meilleure façon de collaborer sera de s’asseoir tous ensemble en pratiquant la posture de l’éveil du Bouddha. C’est pourquoi tout le monde est invité à collaborer de la manière que son cœur lui dicte et que sa situation lui permet.

BDS : Une fois le projet concrétisé, quelles seront selon vous ses répercussions sur le développement ultérieur du Zen à Cuba ?

DSG : Le centre nous donnera l’opportunité d’accueillir des personnes et des maîtres de partout et de différentes écoles. Ce sera un centre de communauté, de pratique intensive de zazen, et un espace pour célébrer sesshins ou recule.

Jusqu’à présent, la sangha cubaine a été limitée dans sa capacité à accueillir des personnes intéressées à partager cette période de pratique intensive car nous sommes plutôt itinérants. Nos retraites se déroulent dans des domaines loués ou dans des espaces que nous utilisons pour une courte durée.

Le Centre Zen sera le site de nos retraites et le lieu physique qui abritera le dojo de Matanzas. Cela permettra d’avoir des jours et des heures de pratique spécifiques qui ne sont pas soumis à la disponibilité des espaces qui nous sont gentiment prêtés maintenant, ou aux rassemblements dans des espaces ouverts comme les parcs. De même, il y aura des cérémonies, comme la couture du kesas et rakusus, qui sont au cœur de notre foi . . . Tout y trouvera sa place.

~

Les réponses de la nonne Shin Gyo sont pleinement éclairantes. Cependant, chez BDG, nous sommes également intéressés à connaître les développements préliminaires du Zen à Matanzas. Cela est particulièrement vrai parce qu’une collaboration stable et dévouée entre bouddhistes et chrétiens a commencé, peut-être pour la première fois à Cuba. Des activités environnementales et pro-animaux se sont également développées, animées par la vision holistique et compatissante typique du Dharma.

Bien qu’une petite communauté locale stable existait avant l’officialisation du dojo de Matanzas, sa fondation officielle a eu lieu le 9 décembre 2019. C’est alors que Maître Michel Tai Hei a remis le kyosaku, avec calligraphie manuscrite du moine Manuel Zomoku. Cependant, les premières pratiques du Zen dans cette région sont nées dans une église catholique. Nous avons interrogé la nonne Darlenys Shin Gyo à ce sujet.

DSG : Il fut un temps où Père Ramón Martin Blazquez a tenu une initiative très intéressante à l’église des Carmélites. Un groupe de personnes s’est réuni là-bas pour pratiquer le yoga, la méditation et quelque chose de très proche de la zazen de l’école Rinzai, caractérisée par l’étude de koans.

Il y avait aussi un magazine avec le même esprit de dialogue religieux et d’ouverture. Ensuite, lorsque le aumônier quitté l’île, cette connexion a été perdue. L’un des habitués de l’époque lui rendit visite au monastère où il vit aujourd’hui, et savait qu’il était toujours en contact avec son guide zen, une religieuse catholique qui embrasse les deux spiritualités.

~

Par ailleurs, le Zen de Matanzas s’est appuyé sur le soutien fraternel de la Metropolitan Community Church (MCC), avant même l’officialisation du dojo local. Selon sœur Shin Gyo, il s’agit d’une amitié qui est également née du désir d’aider les animaux des rues et de vivre dans une société qui embrasse et célèbre les différences, religieuses aussi bien que politiques, sociales ou de toute nature.

L’Église de la Communauté Métropolitaine et le dojo Zen de Matanzas ensemble. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Darlenys Shin Gyo

Sachant qu’une des ecclésiastiques de cette église, Yileivys Cruz Suárez, appartient à la Matanzas Sangha, nous l’avons contactée pour lui faire part de ses impressions en tant que pratiquante double. gentiment, elle répondit :

Pour moi, l’approche du Zen a été une expérience qui a changé ma vie à jamais. A travers la pratique, le silence et la méditation, j’ai progressivement pris conscience de la nécessité de voir le monde avec des yeux plus sensibles, et d’éprouver de la compassion pour les êtres qui souffrent à cause de la prédation illimitée des humains. Être chrétien et, en même temps, assumer une philosophie de vie bouddhiste, a fait de moi un humain sans limites, allant à la rencontre de la spiritualité.

J’ai connu de plus près cette connexion qui nous unit tous à la nature et j’ai appris à observer un monde qui tourne à l’excès d’un point de vue patient et non turbulent. Ainsi, j’ai pris l’engagement, chaque matin, de promouvoir la justice pour ceux qui souffrent et sont les plus vulnérables sur Terre et pour la pleine liberté de tous les êtres comme sacrement de la vie.

Pasteur Yileivys (quatrième à partir de la gauche) derrière l’image de Bouddha. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Darlenys Shin Gyo

En règle générale, le MCC et les adeptes du Zen à Matanzas, ainsi que d’autres personnes et groupes, collaborent pour sauver et aider les animaux des rues. En outre, la Sangha de Matanzas coopère avec l’église baptiste locale dans des activités environnementales, telles que la collecte de piles inutiles pour les rassembler dans une zone réservée, évitant ainsi leur prolifération indiscriminée.

« Nous espérons que la création du Centre Zen de Cuba dans notre ville », a déclaré Darlenys, « nous donnera également la possibilité d’étendre notre travail de promotion d’une culture communautaire de respect de l’environnement ».

Nous concluons en souhaitant plein succès au projet Zen de Matanzas, « l’Athènes de Cuba ». C’est une promesse solennelle d’illumination pour de nombreuses personnes dans l’île, et également une pépinière d’œcuménisme et de fraternité interconfessionnelle. En même temps, il illustre une société civile cubaine mêlée, de par sa foi, à l’environnementalisme et au bien-être animal.

Malheureusement, des vents mondiaux destructeurs d’intégrisme et d’intolérance soufflent aujourd’hui, tandis que la catastrophe planétaire émanant du spécisme anthropocentrique s’aggrave. C’est pourquoi nous avons besoin de ce centre Zen. Et beaucoup plus. Car rien ne doit éteindre définitivement la compassion humaine, ni l’aspiration perpétuelle de notre espèce à la liberté. Au contraire, selon l’ecclésiastique zen interrogée, nous devons être « des graines dans le vent volant librement pour rencontrer un mystère que nous ne pouvons ni nommer ni faire nôtre ».

Voir plus

Barbara Kosen (Association Zen Taisen Deshimaru)
Centro Zen à Cuba (Zenkan)
Dojo de Mokusan Madrid

Fonctionnalités associées de Buddhadoor Global

Dans le chaos, il y a un refuge pour la méditation
Intégration de la pratique du dharma en espagnol : entretien avec le vénérable moine Dhammadīpa Samaneri dans la modernité : Bhante Sanathavihari
Dieu de l’inconnu : Le Bouddha dans les magazines chiliens au tournant du XXe siècle
Le travail sans fin de Fo Guang Shan au Chili
Étendre les bourses d’études bouddhistes grâce aux études pali : une entrevue avec Aleix Ruiz Falqués
José Vasconcelos, l’ancêtre du bouddhisme au Mexique
Rencontre interreligieuse entre le bouddhisme Chan/Zen et la spiritualité carmélite : mises à jour et entretiens avec les participants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.