Taïwan rejette la plainte des Philippines concernant des exercices d’incendie en mer de Chine méridionale


BRANDEMBOURG AN DER HAVEL, Allemagne : Un tribunal allemand a condamné mardi à cinq ans de prison un ancien gardien de camp de concentration nazi de 101 ans, la personne la plus âgée à ce jour à être jugée pour complicité de crimes de guerre pendant l’Holocauste.
Josef Schuetz a été reconnu coupable de complicité de meurtre dans au moins 3 500 affaires alors qu’il travaillait comme gardien de prison au camp de Sachsenhausen à Oranienburg, au nord de Berlin, entre 1942 et 1945.
Il est très peu probable qu’il soit mis derrière les barreaux compte tenu de son âge.
Le retraité, qui vit maintenant dans l’État de Brandebourg, avait plaidé innocent, affirmant qu’il n’avait « absolument rien » et qu’il n’avait même pas travaillé au camp.
« Je ne sais pas pourquoi je suis ici », a-t-il déclaré à la fin de son procès lundi.
Mais le juge président Udo Lechtermann s’est dit convaincu que Schuetz avait travaillé à Sachsenhausen et avait « soutenu » les atrocités qui y étaient commises.

Cette photo d’archives non datée montre un appel nominal, tôt le matin ou tard le soir, sur la place d’appel nominal devant la porte du camp de concentration nazi de Sachsenhausen à Oranienburg, à la périphérie de Berlin, en Allemagne. (PA)

« Pendant trois ans, vous avez vu des prisonniers être torturés et tués sous vos yeux », a déclaré Lechtermann.
« En raison de votre position sur la tour de guet du camp de concentration, vous aviez constamment la fumée du crématoire dans le nez », a-t-il déclaré.
« Quiconque tentait de s’échapper du camp était abattu. Donc, chaque garde a été activement impliqué dans ces meurtres.
Plus de 200 000 personnes, dont des Juifs, des Roms, des opposants au régime et des homosexuels, ont été détenues au camp de Sachsenhausen entre 1936 et 1945.
Des dizaines de milliers de détenus sont morts du travail forcé, du meurtre, d’expériences médicales, de la faim ou de la maladie avant que le camp ne soit libéré par les troupes soviétiques, selon le mémorial et musée de Sachsenhausen.

Schuetz, qui avait 21 ans lorsqu’il a commencé à travailler au camp, est resté le visage vide lorsque le tribunal a prononcé sa peine.
« Je suis prêt », a-t-il déclaré lorsqu’il est entré plus tôt dans la salle d’audience en fauteuil roulant, vêtu d’une chemise grise et d’un pantalon rayé.
Schuetz n’a pas été détenu lors du procès, qui a débuté en 2021 mais a été reporté à plusieurs reprises en raison de son état de santé.
Son avocat, Stefan Waterkamp, ​​a déclaré à l’AFP qu’il ferait appel, ce qui signifie que la peine ne sera exécutée qu’en 2023 au plus tôt.
Thomas Walther, l’avocat qui a représenté 11 des 16 parties civiles au procès, a déclaré que la condamnation avait répondu à leurs attentes et que « justice a été rendue ».
Mais Antoine Grumbach, 80 ans, dont le père est décédé à Sachsenhausen, a déclaré qu’il ne pourrait « jamais pardonner » à Schuetz car « tout être humain confronté à des atrocités a le devoir de s’y opposer ».
Au cours du procès, Schuetz avait fait plusieurs déclarations incohérentes sur son passé, se plaignant que sa tête devenait « mêlée ».
À un moment donné, le centenaire a déclaré qu’il avait travaillé comme ouvrier agricole en Allemagne pendant la majeure partie de la Seconde Guerre mondiale, une affirmation contredite par plusieurs documents historiques portant son nom, sa date et son lieu de naissance.

Après la guerre, Schuetz a été transféré dans un camp de prisonniers en Russie avant de retourner en Allemagne, où il a travaillé comme agriculteur et serrurier.
Plus de sept décennies après la Seconde Guerre mondiale, les procureurs allemands se précipitent pour traduire en justice les derniers auteurs nazis survivants.
La condamnation en 2011 de l’ancien garde John Demjanjuk, au motif qu’il faisait partie de la machine à tuer d’Hitler, a créé un précédent juridique et ouvert la voie à plusieurs de ces affaires judiciaires.
Depuis lors, les tribunaux ont rendu plusieurs verdicts de culpabilité pour ces motifs plutôt que pour des meurtres ou des atrocités directement liés à l’accusé.
Parmi les personnes traduites en justice tardivement figuraient Oskar Groening, comptable à Auschwitz, et Reinhold Hanning, ancien garde SS à Auschwitz.
Tous deux ont été reconnus coupables à l’âge de 94 ans de complicité de meurtre de masse, mais sont décédés avant de pouvoir être emprisonnés.
Cependant, la peine de cinq ans de Schuetz est la plus longue à ce jour infligée à un accusé dans une telle affaire.
Guillaume Mouralis, professeur-chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), a déclaré à l’AFP que le verdict était « un avertissement aux auteurs de crimes de masse : quel que soit leur niveau de responsabilité, il y a toujours une responsabilité légale ».

Laisser un commentaire