Que cuisiner cette semaine


Bonjour. Joyeux Halloween. Je n’aime pas trop les high jinks effrayants, encore moins les bonbons au maïs ou les voies lactées miniatures, mais cet après-midi je mettrai mon masque pour distribuer des barres Snickers aux petits dinosaures et Ted Lassos tout de même, avant un dîner de crevettes en sauce piquante (dessus), riz sale, légumes verts braisés et pain au maïs. Nous aurons le dernier des bonbons des fêtes pour le dessert, nettoyer et regarder « Succession. « 

Pour le reste de la semaine, j’aimerais commencer avec ça tantanmen vegan au tofu poêlé pour le dîner du lundi. Bien qu’il soit excellent tel quel, je ne suis pas végétalien moi-même, alors je vais utiliser du bouillon de poulet pour le faire et ajouter un œuf à la coque confituré dans le bol à la fin. C’est un bon repas, surtout avec une grosse cuillerée de klaxon piment croustillant ou sauce XO ajouté à table.

Pour le repas du mardi : farro et chou-fleur de Parme, croquant-fondant et délicieux, avec une salade iceberg habillée de moitiés de tomates cerises marinées au vinaigre de vin rouge, huile d’olive, sel et poivre citronné. J’adore cette salade.

Mercredi soir, je pense, ça pourrait être vraiment bien pour ça pâtes wafu aux champignons, garni de nori râpé. Mais je ne regarderais pas de côté tacos au collège si c’est ce qui saute votre batterie, ou un spaghetti bolognaise rapide.

Pour jeudi, jetez un oeil à ceci poulet braisé à l’ail, qui a un côté terreux grâce à l’ajout d’une bonne quantité de poivre blanc. Réchauffez du pain pour accompagner si vous le pouvez.

Et puis le vendredi, vous pouvez finir la semaine avec un cuisinier au choix : soit ce saumon croustillant aux graines mélangées (le yaourt permet de les lier au poisson) avec une salade d’herbes ; ou Boulettes de viande style barbecue coréen, excellent avec du riz et beaucoup de kimchi.

Il y a des milliers et des milliers d’autres recettes à cuisiner cette semaine qui vous attendent sur Cuisine du New York Times. Abonnez-vous dès aujourd’hui pour accéder à tous et utiliser toutes les fonctionnalités de notre site et de nos applications. Les abonnements nous permettent de continuer à faire ce travail que nous aimons. Merci si vous en avez déjà retiré un.

Et nous serons à vos côtés comme des docents ou des patrouilleurs de ski, en cas de problème en cours de route, que ce soit avec votre cuisine ou notre technologie. Écrivez simplement à l’équipe à cookingcare@nytimes.com. Quelqu’un vous répondra, promis. (Vous pouvez aussi m’écrire : foodeditor@nytimes.com. Je lis chaque lettre envoyée.)

Maintenant, on est loin de parler d’huîtres de Chablis et de Belon, mais j’ai aimé L’histoire d’Emily Hilliard dans Oxford American sur le paysage invisible de la ville natale de l’écrivain Breece D’J Pancake en Virginie-Occidentale.

C’est encore plus spécialisé, mais j’ai récemment refait surface l’histoire de l’île Mount Desert dans le Maine de Samuel Eliot Morison en 1960 : »L’histoire de Mount Desert Island.  » Il n’est pas fort sur le peuple Wabanaki dont c’était la terre, mais une fois que les rusticateurs commencent à apparaître, le récit prend son envol.

Également de la machine à remonter : voici Sarah Vowell en 2007 sur « This American Life », racontant l’histoire d’un cartographe du 19ème siècle nommé Charles Preuss, qui a accompagné l’explorateur John Frémont lors de plusieurs expéditions à travers l’Ouest américain. Il détestait presque chaque minute.

Enfin, et en accord avec le thème historique, voici Chet Atkins jouant « Yeux sombres” dans les années 1950, en direct à la télévision. Profitez-en et je serai de retour lundi.

Laisser un commentaire