Lorsque l’épidémie a frappé, ils ont construit un mur



Quand Eugène se dirigea vers le village voisin pour acheter de l’huile d’olive, on lui demanda son permis, son attestation, preuve qu’il venait d’un village non contaminé.

Il ne l’avait pas avec lui, il a donc été refoulé par les gardes armés chargés de vérifier.

Le gouvernement avait interdit tout voyage entre les régions afin d’empêcher l’épidémie de se propager. Les marchés étaient fermés et vous aviez besoin d’une raison impérieuse pour quitter votre maison.

Les grands rassemblements étaient interdits et ceux qui en avaient les moyens abandonnaient la ville pour se cacher dans leurs maisons de campagne. Les moins riches cherchaient aussi à s’évader, dans les champs ou les montagnes ou dans les grottes.

Finalement, l’étau se resserrerait. Il serait interdit de quitter la ville et les gardes empêcheraient les gens de quitter leur domicile si quelqu’un y était décédé des suites d’une infection.

L’année est 1721, le mois est mai, et l’épidémie est la Grande Peste, pas COVID-19. Eugène est peut-être le fruit de mon imagination, mais des centaines comme lui ont sans aucun doute existé, des citoyens ordinaires empêchés de vaquer à leurs occupations par une force invisible qu’ils ne pouvaient pas commencer à comprendre.

Comment la peste est arrivée en France… et a continué à venir

La peste n’a rien de nouveau en France. Il est apparu pour la première fois en Gaule au VIe siècle de notre ère, puis a refait surface tous les siècles environ, disparaissant jusqu’à la vague suivante. Certains épisodes ont tué quelques centaines de personnes, d’autres ont tué des millions. La peste de 1346, par exemple, a fait 25 millions de morts en Europe.

Les pestes des XVIe et XVIIe siècles ont touché la Provence de manière disproportionnée, mais la grande peste était la peste de 1720, connue sous le nom de Grande Peste.

Causée par la bactérie Yersinia pestis, elle est arrivée à Marseille à bord d’un navire en provenance du Levant, le Grand Saint Antoine, sur lequel plusieurs marins étaient déjà connus pour être infectés. La quarantaine était courante pour les navires infestés et cela ne faisait pas exception.

Mais les entrepôts de Marseille regorgent d’importations précieuses, prêtes à être vendues ou expédiées vers le Nouveau Monde. Les hommes d’affaires n’avaient pas l’intention de laisser leurs marchandises ramasser de la poussière juste parce que quelques marins étaient malades… preuve que l’adage « l’histoire se répète ».

Ils étaient aussi pressés de faire venir leurs marchandises à une foire voisine, un événement commercial majeur destiné à les enrichir. Pour ne rien arranger, l’un des principaux magistrats marseillais possédait une partie du navire et son contenu lucratif, pesant lourdement sur la décision de lever prématurément la quarantaine.

Bien trop tôt, les ouvriers ont commencé à décharger la cargaison de soie et de coton. Dans un schéma bien trop familier, la cupidité coûterait de nombreuses vies.

En quelques jours, Marseille était à genoux. Les fonctionnaires ont utilisé la propagande pour répandre de la désinformation, affirmant qu’il s’agissait d’une sorte de grippe… Au moment où la peste bubonique a finalement été reconnue, le le système médical s’était effondré et les fosses communes débordaient, incapables de contenir les morts. Cette scène peinte par Michel Serre représente Marseille en proie à la peste.

Chevalier Roze à la Tourette - 1720.PNG

Il a fallu deux mois pour que des mesures appropriées soient prises, mais à ce moment-là, des cadavres gisaient éparpillés dans toute la ville, abandonnés là où ils étaient morts.

Entre août et octobre 1720, trop de corps couvraient le sol pour être ramassés. Pendant les deux années qu’elle dura, la dernière grande épidémie de peste bubonique en Europe occidentale finira par coûter 126 000 vies à la Provence.

construire un mur pour empêcher la peste

A l’époque de la Grande Peste, le département du Vaucluse que nous connaissons aujourd’hui n’existait pas. A sa place se trouvait le Comtat Venaissin, une enclave papale qui ne deviendra partie de la France qu’en 1791, pendant la Révolution française.

Le Comtat et la ville voisine d’Avignon, également terre papale, regardaient avec anxiété la peste se diriger inexorablement vers eux depuis Marseille.

En septembre 1720, la peste atteint Apt et la difficile décision est prise de couper tout trafic entre la Provence, le royaume de France, le Comtat Venaissin et le Dauphiné, plus au nord. Cela équivaudrait à un suicide économique, compte tenu de la force du secteur manufacturier textile dans le Comtat, mais il fallait le faire.

Pour tenter d’empêcher la peste, un mur s’étendrait sur 27 km à travers le Luberon, le long de la frontière entre le Comtat Venaissin et le Comté de Provence, empêchant l’épidémie de se propager à Avignon et au-delà. Il mesurerait deux mètres de haut (plus de six pieds) et un demi-mètre d’épaisseur.

Quelque 500 hommes ont travaillé pendant cinq mois, rassemblant pierres et les empiler les unes sur les autres.

La construction était lente; les salaires étaient bas et à l’approche de la saison des récoltes, les travailleurs étaient difficiles à trouver. Finalement, le mur a été remis aux autorités locales : chaque communauté serait responsable de la construction de sa propre section. Il a été dûment achevé en juillet 1721 et était gardé par 1000 soldats, avec ordre de tirer sur quiconque s’aventurerait à travers (un peu plus dissuasif que les amendes pour se déplacer pendant Covid-19).

Finalement, la peste atteindra Avignon et dans un coup du sort, le mur construit pour protéger Avignon de la Provence serait désormais utilisé pour protéger la Provence de la peste qui se propage maintenant à travers Avignon.

Tout cela prendrait fin en 1723, lorsque l’épidémie s’est éteinte et le mur a été abandonné.

Une partie du mur de la peste et les restes d’un poste de garde (Psycho Chicken CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons)

Et ce serpent ruiné sans rien qui tienne ensemble ses écailles

Le long cheminement qui est ce qui reste d’une muraille…

Sur un depuis belle lurette oublié ce qu’il délimite

Et que ce fut le grand terrain domanial de l’épidémie…

Et ce serpent ruiné, sans rien pour tenir ses écailles, le long chemin, tout ce qui reste d’un mur, on a oublié depuis longtemps ce qu’il divise, et que c’était le pays de l’épidémie…

Le mur de pierre commencerait à s’effondrer et les habitants utiliseraient les pierres pour construire leurs maisons. La végétation ramperait sur le mur et elle disparaîtrait presque.

Il a fallu plusieurs décennies pour que le mur réapparaisse. En 1956, le poète français Louis Aragon a secoué les toiles d’araignée en quelques lignes dans un de ses poèmes d’Elsa ///

Et puis dans les années 1980, une association dénommée « Pierre Sèche en Vaucluse » (le site est en français) a décidé de s’impliquer. Le nom de l’association, d’ailleurs, signifie  » pierre sèche dans le Vaucluse « , la département dans lequel vous trouverez le mur. Le groupe a commencé à arpenter toute la longueur du Mur de la Peste et d’aider à restaurer une partie du mur afin qu’il puisse être visité et préserver sa valeur historique.

Que reste-t-il du mur et où le trouver

Trouver ce qu’il reste du mur est plus facile à dire qu’à faire : tout le monde en parle, les offices de tourisme le mentionnent dans leurs brochures, mais lorsqu’il s’agit de localiser son emplacement, les choses se compliquent un peu.

Il s’avère qu’il y a plusieurs morceaux de mur, et chaque morceau a plusieurs points d’accès.

J’ai réussi à en trouver un…

Plaque commémorative du Mur de la Peste. Photo HOCQUEL A – VPA, courtoisie Vaucluse Provence Tourisme.

Randonnée au Mur de la Peste

Clairement, mon propre sens de l’orientation laisse à désirer, puisque tout le monde semble trouver le mur facilement, alors que j’ai eu du mal ! Je soupçonne que j’aurais dû commencer à Cabrières d’Avignon plutôt que Lagnes, tout comme ce randonneur.

Peu importe. Je l’ai encore trouvé.

Quittez le village de Lagnes et dirigez-vous vers Cabrières d’Avignon par la D100 (c’est dans cette partie de la Provence qui abrite tous ces jolis villages perchés du Luberon). Cherchez une petite clairière avec des voitures garées, appelezed la Stèle du Maquis du Chat. C’est un petit monument en l’honneur de Jean Garcin, un résistant qui dirigea un chapitre du maquis français pendant la Seconde Guerre mondiale – ils se réunissaient à cet endroit, au sommet d’une colline. De là, il suffit de suivre les panneaux indiquant le Mur de la Peste, à pied ou en VTT.

C’est une promenade de dix minutes à travers une forêt, une promenade facile à rouler. Vous finirez par apercevoir le mur, incontournable avec ses pierres calées les unes contre les autres. Je l’ai suivi pendant 20 minutes mais je pouvais voir que cela allait bien au-delà. Alors que les pierres s’effondraient et que le mur était en mauvais état, il est toujours très identifiable comme le Mur de la Peste.

Mur de la Peste près de Lagnes en Luberon, ProvencePas tout à fait la partie restaurée du mur de la peste…

Sections supplémentaires du mur de la peste

Un autre accès plus loin sur la route, toujours en direction de Cabrières d’Avignon, se trouve également sur votre gauche, signalé par un petit panneau indiquant Bourbourin. Au loin, vous apercevrez peut-être quelques voitures garées ensemble dans un parking de fortune. On me dit que c’est une excellente approche, mais je ne l’ai pas encore explorée.

Sinon, dirigez-vous vers le village de Murs, et juste après le col de Murs il y a apparemment un accès à une autre section, mais je ne peux pas vous en dire plus car je n’ai pas vu celle-ci non plus.

Il y a encore une autre approche, cette fois de St Hubert, qui vous emmène pour une promenade de 3,5 km le long du mur. L’office de tourisme local dispose d’un dépliant de l’itinéraire vous pouvez télécharger (c’est en français).

Le mur est important historiquement, bien sûr, mais aussi parce qu’il est un bon exemple du type de construction de mur sec vu dans ces régions, tellement ancré dans la tradition qu’il est maintenant protégé dans le cadre de la France patrimoine immatériel sous l’UNESCO.

Les leçons de la peste

De manière assez surprenante, de nombreux parallèles peuvent être établis entre notre propre épidémie de Covid-19 et l’épidémie de Marseille 300 ans plus tôt.

Initialement, les autorités ont cherché à minimiser l’importance de l’épidémie et à la faire passer pour une sorte de grippe bénigne ou une autre maladie, tout sauf une épidémie contagieuse qui pourrait effrayer les gens et perturber l’économie. Au moment où les décès ne pouvaient plus être cachés, il était trop tard pour l’arrêter net et il se répandrait sauvagement.

L’économie serait une force motrice derrière les décisions de vie ou de mort, alors comme aujourd’hui. Des vies seraient mises en danger pour sauvegarder des fortunes, et les affaires ne céderaient qu’à contrecœur la place à la santé. Mais de nombreux décès devraient survenir avant que cela ne se produise.

Des mesures radicales seraient prises lors des deux épidémies : permis, amendes (ou dans les années 1720, « shoot to kill »), fermeture des marchés, et barrières à la circulation, que ce soit entre les régions ou simplement à l’intérieur de la ville. Dans une première leçon, la construction du mur semble avoir fonctionné, du moins quelque peu. Alors que l’épidémie a fait le tour du mur pour atteindre Avignon, il existe des preuves anecdotiques que le long du mur, les villages ont beaucoup moins souffert et ont signalé beaucoup moins de décès.

L’idée que « la maladie ne fait pas de discrimination » s’est avérée fausse alors, comme elle l’est maintenant. Pendant la peste de 1720, les riches habitants de la ville quittaient la ville (parfois en désobéissant aux règles) et se dirigeaient vers des régions épargnées par la maladie. Alors que le coronavirus se propageait en France en 2020, les Parisiens (et dans une certaine mesure les habitants d’autres grandes villes) se sont dirigés hors de la capitale vers leurs résidences secondaires ou vers des régions relativement peu touchées. Ceux qui n’auraient pas les moyens de déménager seraient cloîtrés en ville, faisant face de plein fouet à l’épidémie. Comme cela a été montré lors du Covid-19, les populations les plus faibles et les plus vulnérables ont le plus souffert.

Aujourd’hui, nous avons des médias sociaux qui contribuent à amplifier les fausses nouvelles et à créer un doute scientifique dans la population. Eh bien, le Marseille des années 1720 n’était pas différent : il y avait des orateurs, des brochures, des tracts et des journaux, et les théoriciens du complot étaient alors en plein essor, comme ils le sont maintenant.

Le long du mur de la peste. Photo Marianne Casamance via Wikimedia Commons CC 4.0, recadré

C’était peut-être il y a 300 ans, mais le passé peut encore éclairer le présent. Marcher le long du mur est un voyage solitaire et il y a de fortes chances que vous ne rencontriez pas trop de monde. Vous aurez amplement le temps de réfléchir à l’histoire qui se répète, sauf que cette fois, vous n’aurez pas un soldat armé pointant une arme sur vous et menaçant de tirer à moins que vous ne vous retourniez…

Qu’est-ce que tu penses? Devrions-nous être plus conscients de l’histoire et y a-t-il plus de leçons à apprendre ici ?

Épinglez-les et enregistrez-les pour plus tard !




Source link

Laisser un commentaire