Les exportations russes de pétrole maritime augmentent malgré les sanctions


Par Julian Lee (Bloomberg) Les exportations de brut maritime de la Russie ont grimpé la semaine dernière au plus haut niveau depuis avril, ce qui suggère que le pays a – pour l’instant – surmonté un premier coup aux flux qui a suivi Sanctions européennes.

Les volumes globaux de brut russe ont augmenté de 876 000 barils par jour, soit 30 %, pour atteindre 3,8 millions au cours de la semaine précédant le 13 janvier. Les expéditions de la Baltique ont augmenté de 626 000 barils par jour par rapport à la semaine précédente, tandis que celles de la mer Noire et du pays Les ports du Pacifique se sont également agrandis.

L’augmentation a également relevé la moyenne sur quatre semaines du pays, ce qui aplanit les pics et les creux des données hebdomadaires bruyantes. Le bond de la moyenne sur quatre semaines a été amplifié à la mi-décembre, la crise liée aux conditions météorologiques qui a vu les flux hebdomadaires s’effondrer de plus de la moitié n’a pas été prise en compte dans le calcul. Et la poussée des exportations par voie maritime a été en partie compensée par une baisse des débits de canalisation vers l’Europe, les livraisons vers l’Allemagne étant arrêtées depuis le début de l’année.

Les entrées dans le trésor de guerre du Kremlin provenant des droits d’exportation de brut ont augmenté beaucoup moins fortement. Toutes les expéditions de la dernière semaine ont été taxées au taux bas de janvier, tandis que plusieurs cargaisons expédiées la semaine précédente ont été taxées au taux de décembre, qui était plus de deux fois et demie plus élevé. Cela était dû en partie à une modification de la formule utilisée pour calculer les taux de droits, alors que le pays poursuit son long abandon de la taxation des exportations en augmentant la charge sur la production.

Les données sont très volatiles, en fonction des horaires de départ des expéditions individuelles et de facteurs tels que les conditions météorologiques et le travail dans les ports.

L’interdiction d’importer du brut russe par l’Union européenne a entraîné des voyages beaucoup plus longs pour les expéditions, les trajets prenant désormais en moyenne 31 jours des ports de la Baltique vers l’Inde, contre seulement sept jours des mêmes terminaux vers Rotterdam et environ la moitié vers la Pologne. Cela met plus de pression sur la flotte de navires en diminution dont les propriétaires sont prêts à transporter des cargaisons russes.

Le pays dépend de plus en plus de ses propres navires et d’une soi-disant «flotte fantôme» de navires généralement plus anciens appartenant à de petites entreprises souvent inconnues qui ont vu le jour ces derniers mois. Les pétroliers appartenant à des Européens peuvent toujours transporter du brut russe, tant qu’il est vendu à un prix inférieur au plafond de 60 dollars le baril, introduit en même temps que l’interdiction d’importer. Mais moins le font maintenant.

Il y a également eu une résurgence des transferts de cargaisons de navire à navire en Méditerranée, les cargaisons étant soit regroupées sur de plus gros navires, soit transférées de navires-citernes de classe glace à d’autres afin de libérer les navires nécessaires aux opérations dans la Baltique en les mois d’hiver.

Des transferts ont été visibles à la fois au large de la ville espagnole d’Afrique du Nord de Ceuta et au large de la côte grecque près de Kalamata. Le VLCC Lauren II a achevé le transfert de trois cargaisons de 100 000 tonnes à Ceuta et le Sao Paulo en a pris deux avant de traverser le canal de Suez. Lauren II se dirige maintenant autour de l’Afrique vers l’Asie. Le VLCC Monica S a effectué une manœuvre similaire avec un aframax au large de Ceuta les 14 et 15 janvier, devenant le troisième superpétrolier à effectuer un STS de l’Oural sur le site au cours du mois dernier.

Ailleurs, les pétroliers-navettes qui transportent le brut Sokol russe attendent beaucoup plus longtemps que d’habitude pour transférer des cargaisons vers d’autres navires au large du port sud-coréen de Yeosu, ce qui réduit le nombre de cargaisons qu’ils sont capables de transporter chaque mois.

Les pétroliers transportant du brut russe sont de plus en plus prudents quant à leurs destinations finales. Les navires transportant plus de 29 millions de barils de brut russe, soit l’équivalent de 1,05 million de barils par jour d’exportations, ont quitté le port sans indiquer de destination finale claire au cours des quatre semaines précédant le 13 janvier.

Flux bruts par destination :

Sur une base moyenne sur quatre semaines, les exportations maritimes globales ont augmenté de 550 000 barils par jour par rapport à un chiffre révisé pour la période se terminant le 6 janvier. À 3,058 millions de barils par jour, les flux moyens sur quatre semaines sont les plus élevés depuis novembre. Les expéditions vers l’Asie ont grimpé en flèche, tandis que celles vers l’Europe se sont presque complètement taries.

Tous les chiffres excluent les cargaisons identifiées comme appartenant au grade KEBCO du Kazakhstan. Il s’agit d’envois effectués par KazTransoil JSC qui transitent par la Russie pour être exportés via Ust-Luga et Novorossiysk.

Les barils kazakhs sont mélangés avec du brut d’origine russe pour créer une qualité d’exportation uniforme. Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le Kazakhstan a rebaptisé ses cargaisons pour les distinguer de celles expédiées par les entreprises russes. Le brut en transit est spécifiquement exempté des sanctions de l’UE.

Le volume de brut sur les navires en direction de la Chine, de l’Inde et de la Turquie, les trois pays qui sont devenus les seuls acheteurs importants d’approvisionnements russes déplacés, ainsi que les quantités sur les navires qui n’ont pas encore montré de destination finale, ont bondi au cours des quatre semaines à janvier 13 à 2,84 millions de barils en moyenne par jour. Cela représente une augmentation de 504 000 barils par jour depuis la période jusqu’au 6 janvier, et le plus élevé depuis que Bloomberg a commencé à surveiller les flux en détail au début de 2022. Auparavant, le nombre avait chuté quatre fois de suite.

La plupart des navires n’ayant pas encore montré de destinations susceptibles de se retrouver en Inde ou en Chine, la récente baisse des flux vers la Turquie a été particulièrement dramatique. Les importations en provenance de Russie, qui ont atteint près de 400 000 barils par jour en septembre, ont chuté à seulement 47 000 barils par jour au cours des quatre dernières semaines, selon les données de suivi des navires surveillées par Bloomberg. C’est aussi bas qu’avant l’invasion de l’Ukraine par les troupes de Moscou en février dernier.

Asie

Les expéditions moyennes sur quatre semaines vers les clients asiatiques de la Russie, ainsi que celles des navires sans destination finale, qui finissent généralement en Inde ou en Chine, ont atteint un nouveau sommet de 2,82 millions de barils par jour au cours de la période de quatre semaines jusqu’au 13 janvier. .

Alors que le volume à destination de l’Inde semble s’être effondré, l’histoire montre que la plupart des cargaisons des navires n’indiquant initialement aucune destination finale s’y retrouvent.

L’équivalent de plus de 560 000 barils par jour était sur des navires indiquant des destinations comme Port-Saïd ou Suez, ou qui ont déjà été ou devraient être transférés d’un navire à un autre au large du port sud-coréen de Yeosu. Ces voyages se terminent généralement dans des ports en Inde et apparaissent dans le tableau ci-dessous comme « Asie inconnue » jusqu’à ce qu’une destination finale devienne apparente.

Les volumes « inconnus », fonctionnant à 485 000 barils par jour au cours des quatre semaines précédant le 13 janvier, sont ceux des pétroliers indiquant une destination pour Gibraltar, Malte ou aucune destination du tout. La plupart de ces cargaisons sont acheminées vers l’Asie, mais certaines pourraient se retrouver en Turquie. Un nombre croissant d’entre eux sont transférés d’un navire à un autre en Méditerranée pour poursuivre leur voyage via le canal de Suez ou sur de plus gros navires autour de l’Afrique.

L’Europe 

Les exportations russes de brut maritime vers les pays européens ont légèrement augmenté pour atteindre 167 000 barils par jour au cours des 28 jours précédant le 13 janvier, la Bulgarie étant la seule destination européenne. Ces chiffres n’incluent pas les expéditions vers la Turquie.

Un marché qui consommait plus de 1,5 million de barils par jour de brut court-courrier, en provenance des terminaux d’exportation de la Baltique, de la mer Noire et de l’Arctique, a été presque complètement perdu, pour être remplacé par des destinations long-courriers en Asie beaucoup plus coûteuses et chronophage à servir.

Aucun brut russe n’a été expédié vers les pays d’Europe du Nord au cours des quatre semaines précédant le 13 janvier.

Les exportations vers les pays méditerranéens sont restées inchangées par rapport à la semaine précédente, tant sur une base hebdomadaire que sur une moyenne de quatre semaines.

La Turquie était la seule destination du brut maritime russe vers la Méditerranée, mais les flux y sont retombés à des niveaux observés avant l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes. La Turquie a été l’un des pays qui ont stimulé les importations après le début de la guerre et il est surprenant de voir les flux reculer, car le pays n’est pas partie à l’interdiction d’importer de l’UE et avait été considéré comme un marché clé pour le brut du pays après les acheteurs européens. boudé le brut russe.

Les flux vers la Bulgarie, désormais le seul marché russe pour le brut en mer Noire, ont regagné la perte de la semaine précédente, atteignant 167 000 barils par jour. La Bulgarie a obtenu une exemption partielle de l’embargo de l’UE, ce qui devrait soutenir les entrées maintenant que l’embargo est entré en vigueur.

Flux par lieu d’exportation

Les flux agrégés de brut russe ont augmenté de 876 000 barils par jour, soit 30 %, au cours des sept jours précédant le 13 janvier, atteignant leur plus haut niveau hebdomadaire depuis avril. Les augmentations les plus importantes ont été observées dans les flux en provenance des ports de la Baltique et de la mer Noire, avec un gain moindre dans les exportations du Pacifique. Les expéditions en provenance de l’Arctique sont demeurées inchangées par rapport à la semaine précédente.

Les chiffres excluent les volumes d’Ust-Luga et de Novorossiysk identifiés comme la qualité KEBCO du Kazakhstan.

Recettes d’exportation

Les entrées dans le trésor de guerre du Kremlin provenant de ses droits d’exportation de brut ont augmenté de 3 millions de dollars, ou 4%, pour atteindre 61 millions de dollars au cours des sept jours précédant le 13 janvier, tandis que le revenu moyen sur quatre semaines a évolué dans la direction opposée, chutant de 1 million de dollars. à 87 millions de dollars. La faible augmentation des recettes des droits d’exportation résultant d’une augmentation aussi importante des flux reflète le fait que plusieurs cargaisons chargées la semaine précédente ont attiré le taux beaucoup plus élevé des droits d’exportation appliqués en décembre.

Le taux de droit de janvier est de 2,28 dollars le baril, sur la base d’un prix moyen de l’Oural de 57,5 ​​dollars le baril, selon les chiffres du ministère russe des Finances. La baisse de 5,91 dollars le baril en décembre est due en partie à une modification de la formule utilisée pour calculer les taux de droits pour 2023, le pays s’éloignant de la taxation des exportations et transférant le fardeau sur la production dans le cadre de sa manœuvre fiscale pluriannuelle. Le plan prévoit la suppression complète des droits d’exportation d’ici le début de 2024.

Les entrées dans le trésor de guerre du Kremlin provenant des droits d’exportation sur le brut chuteront encore le mois prochain, le taux de droits de février étant fixé à 1,75 $ le baril. C’est une baisse de 23 % par rapport à janvier et le taux le plus bas par baril depuis juin 2020, au plus fort de la pandémie de Covid 19. La baisse est le résultat d’une baisse des prix de l’Oural au cours de la période de mesure, qui s’est déroulée de la mi-décembre à la mi-janvier. La teneur de référence de la Russie était en moyenne de 46,82 dollars le baril selon les chiffres du ministère, soit une décote de près de 35 dollars le baril par rapport au Brent sur la même période.

Flux d’origine à emplacement

Les graphiques suivants montrent le nombre de navires quittant chaque terminal d’exportation et les destinations des cargaisons de brut des quatre régions d’exportation.

Au total, 35 pétroliers ont chargé 26,6 millions de barils de brut russe au cours de la semaine précédant le 13 janvier, selon les données de suivi des navires et les rapports des agents portuaires. C’est une augmentation de 6,1 millions de barils, ou 30 %, par rapport à la semaine précédente. Les destinations sont basées sur l’endroit où les navires signalent qu’ils se dirigent au moment de la rédaction, et certaines changeront presque certainement au fur et à mesure que les voyages progressent. Tous les chiffres excluent les cargaisons identifiées comme appartenant au grade KEBCO du Kazakhstan.

Le volume total des navires chargeant du brut russe depuis les terminaux de la Baltique a atteint son plus haut niveau depuis septembre, augmentant de 60 % par rapport à la semaine précédente. Une cargaison se dirige vers Cuba, tandis qu’environ un tiers des navires quittant les ports de Primorsk et Ust-Luga n’indiquent aucune destination claire.

Les expéditions de Novorossiysk dans la mer Noire ont récupéré la perte de la semaine précédente au cours de la période allant jusqu’au 13 janvier, bien que les flux soient restés inférieurs à 500 000 barils par jour pendant une cinquième semaine.

Les expéditions arctiques sont restées au plus haut de deux mois de la semaine précédente, avec trois pétroliers suezmax partant de Mourmansk au cours de la semaine. Toutes les cargaisons étant désormais dirigées vers l’Asie via le canal de Suez, ces navires plus grands ont remplacé les aframax qui étaient auparavant utilisés pour les livraisons depuis les unités de stockage flottantes du port.

Les flux en provenance du Pacifique ont augmenté pour atteindre leur plus haut niveau depuis au moins début 2022, avec 12 pétroliers chargés dans les trois terminaux de la région.

Les navettes-citernes transportant du brut Sokol attendent désormais souvent beaucoup plus longtemps qu’auparavant avant de transférer leurs cargaisons vers d’autres navires au large du port sud-coréen de Yeosu, ce qui peut ralentir les expéditions de ce grade. Le voyage du terminal De Kastri à Yeosu prend généralement moins de trois jours, ce qui permet aux navires d’effectuer l’aller-retour en un peu plus d’une semaine, ce qui laisse du temps pour le transfert de la cargaison. Mais pour un pétrolier ancré au large de Yeosu depuis le 23 décembre, le voyage complet pourrait prendre environ quatre fois plus longtemps.

Julian Lee, avec l’aide de Sherry Su © 2023 Bloomberg LP

Laisser un commentaire