La Turquie retourne dans les Balkans aux dépens de l’UE


Président de la Turquie

Photo d’archive : le président turc Recep Tayyip Erdogan en Serbie

Photo : AP

La semaine dernière, les dirigeants européens ont décrit leur décision d’accorder le statut de candidat à l’adhésion à l’Ukraine et à la Moldavie comme un « moment historique » pour le bloc. Il n’a pas été dit combien de temps cela pourrait prendre pour que le «moment» final arrive.

D’autres pays candidats à l’UE languissent depuis des années, voire des décennies, dans la « salle d’attente éternelle » de l’UE. Non seulement cela a soulevé des doutes quant à l’attractivité de l’UE pour les pays d’Europe de l’Est, mais cela a également ouvert la porte à l’émergence d’autres courtiers régionaux en puissance. .

Considérez le rôle de la Turquie dans les Balkans occidentaux.
Bien que les Balkans occidentaux restent fermement ancrés dans l’orbite géopolitique de Bruxelles et de Washington, Ankara s’emploie rapidement à renforcer sa présence économique et politique dans des pays comme la Serbie, la Macédoine du Nord, l’Albanie et la Bosnie-Herzégovine.

Autrefois liés par l’Empire ottoman, la Turquie et les Balkans partagent une histoire commune. Mais ils font aussi partie d’un club ignominieux, des pays qui ont obtenu le statut de candidat de l’UE mais qui ont attendu patiemment – ​​dans le cas de la Turquie, depuis 1999 – en vain.

Aujourd’hui, l’adhésion à l’UE d’Ankara et de ses alliés des Balkans semble être une ambition perdue. Trois États des Balkans – la Serbie, la Macédoine du Nord et l’Albanie – ont entamé leur propre processus d’intégration dans l’initiative Open Balkan, que de nombreux dirigeants régionaux considèrent comme un substitut à l’adhésion à l’UE.

La Turquie, pour sa part, mène une politique étrangère multi-vecteurs, et les Balkans jouent un rôle important dans cette stratégie. Ankara a déjà signé des accords de libre-échange avec tous les États des Balkans occidentaux et, à la suite de ces accords, augmente régulièrement son poids économique.

Par exemple, le commerce bilatéral entre la Turquie et la Serbie – la plus grande économie des Balkans occidentaux – était d’environ 2 milliards de dollars en 2021 ; il devrait plus que doubler, pour atteindre 5 milliards de dollars, d’ici la fin de cette année. Au cours de la dernière décennie, les investissements turcs en Serbie ont également augmenté de plusieurs ordres de grandeur, passant de 1 million de dollars à 300 millions de dollars aujourd’hui.

Une telle coopération ne devrait que croître. Le président turc Recep Tayyip Erdogan prévoit de se rendre prochainement en Serbie, tandis que son ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, était récemment dans la région pour des réunions avec des dirigeants de Serbie, de Bosnie-Herzégovine, de Macédoine du Nord et de Croatie (le plus récent État membre de l’UE, qui a rejoint en 2013 après neuf ans de candidature).

Cavusoglu s’est également rendu au Kosovo, la province séparatiste de la Serbie qui a déclaré son indépendance en 2008 et est reconnue comme un pays indépendant par la Turquie, la plupart des membres de l’UE et la plupart des États des Balkans – mais pas par la Bosnie-Herzégovine.

Malgré les divergences concernant le statut du Kosovo, le partenariat trilatéral avance à toute vapeur. Ankara a l’intention d’organiser prochainement un sommet Turquie-Bosnie-Herzégovine-Serbie, tandis que les dirigeants locaux ont salué la diplomatie turque. Milorad Dodik, membre serbe de la présidence de Bosnie-Herzégovine, a récemment qualifié Erdogan de « grand homme d’État » qui comprend la situation dans ce pays des Balkans.

Bien qu’Ankara vise à se présenter comme le saint patron des musulmans des Balkans, en particulier en Bosnie, en vérité, la Turquie accorde plus d’attention à la coopération économique. En Serbie, Ankara a ouvert des usines et investi dans les affaires, tandis qu’en Bosnie, elle se concentre sur la restauration des mosquées et sur l’approfondissement des liens culturels avec les Bosniaques – l’un des trois groupes ethniques indigènes.

Ces ouvertures sont réciproques. En Serbie, les citoyens turcs peuvent utiliser leur carte d’identité biométrique pour voyager plutôt que leur passeport. En 2019, la Serbie a même accordé à la police turque la possibilité d’opérer sur son sol. Alors que les policiers turcs en Serbie ne sont pas armés et n’ont pas les mêmes pouvoirs que chez eux, certaines organisations de défense des droits de l’homme craignent que la Serbie ne subisse des pressions pour extrader les détracteurs d’Erdogan, y compris des militants kurdes, vers Ankara.

De telles préoccupations ne sont pas sans fondement. En décembre 2017, deux ans avant que la Serbie et la Turquie ne signent un protocole d’accord sur les patrouilles de police conjointes, Belgrade a extradé vers la Turquie le politicien kurde Cevdet Ayaz. Les autorités serbes sont désormais invitées à extrader Ecevit Piroglu, un autre militant kurde, vers la Turquie, où il est recherché pour ses liens présumés avec le terrorisme.

La Serbie n’est pas le seul pays des Balkans que la Turquie courtise ; d’autres États de la région reçoivent également l’attention d’Ankara. Les récents investissements dans les médias en sont un bon exemple. Ce mois-ci, le radiodiffuseur public turc TRT a lancé un service balkanique conçu pour transmettre la « voix de la Turquie » dans la région. En plus de la Serbie et de la Bosnie, la plateforme d’information fournira du contenu politique, social, culturel et économique à la Croatie, à la Macédoine du Nord, à l’Albanie, au Kosovo et au Monténégro.

Une expansion d’influence aussi flagrante troublera probablement les membres de l’UE. En 2018, le président français Emmanuel Macron s’est dit opposé à « des Balkans qui se tournent vers la Turquie ou la Russie ». Alors que ses commentaires visaient moins les capacités des Balkans que les défis internes de l’UE, il n’en demeure pas moins que l’expansion de la Turquie ne sera pas bien accueillie dans de nombreuses capitales de l’UE, et il est peu probable que les puissances européennes permettent à la Turquie de compromettre leurs intérêts dans la région. Ainsi, les Balkans resteront la porte d’entrée de la Turquie vers l’Europe, mais Ankara ne deviendra pas de sitôt le plus grand acteur économique de la région.

Néanmoins, la lenteur de l’élargissement de l’UE a ouvert une porte à la Turquie. De plus en plus fatigués de ce qui semble être un chemin sans fin vers l’Europe, les pays de la région recherchent des alternatives pour passer l’éternité dans la salle d’attente de l’UE. Pour les petits pays des Balkans avec de grandes ambitions, des liens plus étroits avec la Turquie peuvent être plus attrayants que le purgatoire politique.

En accord avec Syndication Bureau

Nikola Mikovic est un contributeur invité. Les opinions exprimées sont personnelles.

Laisser un commentaire