Dîner à Athènes, hier et aujourd’hui


CTC Gastronomie Urbaine confirme ma conviction que le succès d’un restaurant ne doit pas être jugé par son effet sur les papilles et l’estomac, mais sur l’esprit et l’esprit. Un bon repas au restaurant comprend une conversation fascinante, des arguments fertiles, de nouvelles collaborations et des romances naissantes, où des groupes d’amis se sentent soudainement obligés de chanter, entraînant parfois les autres à chanter également. La nourriture et la boisson sont là pour aider cette magie à se produire et, idéalement, vous êtes tellement emporté par l’entreprise que vous ne pouvez même pas vous souvenir exactement de ce que vous mangez et buvez, même si c’est, en fait, le carburant de votre bonheur.

Si c’est dans votre nature de passer deux heures et demie à vous consacrer aux saveurs et aux arômes divins de la nourriture, vous devriez réserver une table au CTC Urban Gastronomy. Une table pour une personne serait probablement préférable, car il y a peu de chances que vous soyez intéressé par autre chose que ce qui se trouve dans votre assiette et dans votre verre.

Ce ne sont pas les Golden Toques ou l’étoile Michelin qui comptent, c’est le chef : Alexandros Tsiotinis. Élevé dans la banlieue athénienne de Patissia et initié à la gastronomie à Paris, Tsiotinis est un artiste inspiré. Son menu comprend 11 plats dont les natures exactes sont gardées secrètes du diner non initié, tout comme la fin d’un film pourrait l’être, et sept vins différents qui complètent la nourriture à la perfection. La vision? Élever la cuisine grecque vers les étoiles, la porter à son apogée. C’est une vision qui n’est pas trahie par l’exécution.

Un avertissement : nous sommes sur le point de révéler une partie de ce menu, qui comprend une combinaison de tarte aux épinards et de homard avec de la crème d’avocat pour donner le ton, suivi d’une chaudrée de maïs, puis de calamars avec une sauce au pesto et un soupçon d’ail, le frais poisson du jour avec un soupçon de caviar et agneau avec une simple vinaigrette d’huile d’olive et de citron. Les serveurs expliquent chaque plat et le sommelier donne de brèves leçons de son métier au fur et à mesure qu’il verse.

Le plus fantastique de tous est peut-être le dessert : une demi-pêche perchée sur du sucre glace apparaît devant vous, mais au fur et à mesure que vous commencez à manger, vous découvrez que la chair est du chocolat blanc et que le noyau est son pendant noir. C’est « Fantasia » de Disney sous forme de dessert. Sans parti pris, CTC Gastronomie Urbaine est au sommet de l’Olympe culinaire.

Les suites d’un excellent repas peuvent-elles ressembler à celles d’un rapport sexuel ? Avec la nourriture, peut-il y avoir quelque chose comme la tristesse post-coïtale, la mélancolie qui suit un orgasme intense, quand « le rire du diable se fait entendre », comme dit Schopenhauer ? Je le crois. Et là se trouve la plus grande – et la plus ridicule – des tragédies humaines ; nous ferons n’importe quoi pour un repas, un verre et une nuit d’amour, comme si nous courions après nous-mêmes…



Laisser un commentaire