VOYAGE FANTASTIQUE (PARTIE II) : La patience est une vertu au Brésil


Walter Bahr avec un enfant de Belo Horizonte lors d’une réunion de la Coupe du monde 1950. (Michael Lewis/Photo de FrontRowSoccer)

Par Michael Lewis

Deuxième de deux parties

La leçon la plus importante que j’ai apprise de mon expérience brésilienne en 1987 était celle de la patience, comme de savoir comment être plus patient.

Le temps et la vie se déplacent beaucoup plus lentement au sud du Rio Grande. Il y a eu un voyage en bus avec l’équipe de sélection des garçons des moins de 16 ans de la Long Island Junior Soccer League, par exemple, où le temps s’est apparemment arrêté pour moi.

Honnête.

J’ai regardé ma montre. Il lisait 11h31. J’ai fermé les yeux, regardé dehors, parlé un peu puis regardé à nouveau ma montre : 11h35. Il semblait qu’une heure s’était écoulée.

Selon l’endroit où vous alliez, cela aurait pu être la vie sur la voie rapide – et parfois lente – au Brésil avec l’équipe du tournoi Pele.

Dimanche 9 août

Avant d’être brutalement interrompu par la fin de la page neuf du numéro du 27 août de Soccer Week, je racontais mes expériences avec une réunion spéciale de plusieurs joueurs de l’équipe de la Coupe du monde 1950 qui a bouleversé l’Angleterre à Belo Horizonte.

Nous avons passé un agréable séjour au stade où les Américains Harry Keough et Walter Bahr ont évoqué la reconstitution de quelques-uns des grands moments et jeux du match : le but de Joe Gaetjens, le sauvetage du gardien Frank Borghi et le tacle salvateur mais dangereux de Charlie Columbo. Et il y avait Wilf Mannion, un homme qui déborde de classe, un membre de cette équipe anglaise qui a accepté une invitation à la réunion.

Des enfants du quartier nous ont suivis dans le stade et sont devenus les chouchous de la séance. Ils ont formé un cercle autour des trois dignitaires et se sont tenus par la main. Quelle belle scène. En fait, tout le monde s’est bien amusé, ils ont dû être tirés dans le bus, de peur que nous manquions notre avion de retour à la réalité et à Rio.

Alors, nous avons pris l’avion pour Rio (nos bagages ont été emmenés en taxi jusqu’à l’hôtel ; au début, j’avais peur de le laisser partir, mais j’ai pensé qu’il y arriverait d’une manière ou d’une autre. Il y a cette patience brésilienne qui sort de moi) où nous avons assisté le match de championnat de Rio entre Vasco de Gama et Flamengo.

D’où j’ai vu – à gauche de la surface de réparation – je ne pouvais pas dire si c’était vraiment un match. Mais c’est le spectacle surréaliste qui a volé la vedette au stade Maracana, le plus grand stade du monde. Certains des 150 000 fans ont fièrement agité les drapeaux de leurs équipes tandis que des chants pouvaient être entendus, noyant tous les autres bruits. Certains des fans les plus odieux ont mis le feu au papier toilette et à d’autres objets inflammables, et vers la fin du match, les fans de Flamengo brûlent leurs drapeaux. Et oh oui, pour info, Vasco a gagné 1-0.

Lundi 10 août

Je comprends maintenant pourquoi Rio est l’une des plus belles villes du monde. Alors que je marchais le long de la plage près de notre hôtel, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer les vagues déferlantes, les rochers et les montagnes sereins en arrière-plan de notre hôtel, l’hôtel Nacional, une structure cylindrique qui semblait avoir été plus à l’aise dans le 21ème siècle.

À quelques mètres de moi, l’entraîneur de LI Bill Easteadt avait soumis son équipe à un entraînement unique sur la plage, d’abord en courant, puis en jouant en 2 contre 2. Quelques arbitres américains m’ont convaincu de les rejoindre dans un match. Rappelez-vous, le sable est comme des sables mouvants, jusqu’à la cheville. Cela vous ralentit un peu.

Je ne me souviens pas du score, mais j’ai eu mes moments, tombant dans le sable pour plaquer le ballon loin d’un adversaire (alors que mes lunettes quand à sens unique, j’arrivais à faire tomber le ballon à un coéquipier), créer un but ( grâce au style de jeu court et brésilien que j’ai adopté) et causant des ravages (j’ai arrêté un adolescent brésilien en échappée, le faisant trébucher, le renversant contre son propre coéquipier. Pas mal, éliminant deux joueurs à la fois). J’ai bousculé, mais on aurait pu dire que j’avais un petit problème d’attitude, constamment à bout de souffle tout en demandant à mes coéquipiers : « Quand est la mi-temps ? »

Plus tard dans la journée, nous avons visité le Pain de Sucre, l’une des vues les plus hautes et les plus spectaculaires de Rio. Là, j’ai remarqué, malgré quelques 15 minutes sous la douche, que j’avais du sable fin dans les cheveux et sur les bras et le dos. Pour le reste du voyage, mon objectif était de me débarrasser du sable (je le voyais maintenant passer la douane : « Qu’avez-vous à déclarer M. Lewis ? » « Oh, environ trois kilos de sable brésilien »).

Mardi, août. 11

C’était le retour aux affaires et aux jeux à portée de main. L’équipe LI devait jouer son premier match à environ 30 miles dans les montagnes dans une ville appelée Petropolis (non, ce n’est pas près de Metropolis).

Le voyage et la campagne étaient à couper le souffle, encore plus étonnants que le trek à Santos la semaine prochaine. C’était comme être au paradis, mais en mieux, parce que tu étais en vie.

Long Island ne s’en sort pas trop mal, affrontant l’équipe française très vantée à égalité sans but. Nous sommes revenus à temps pour assister à un séminaire informatif pour entraîneurs sur l’état du football brésilien aujourd’hui. Nous sommes rentrés vers 17h30 et le forum était prévu à 18h. Mais j’étais dans le swing brésilien. J’ai pris mon temps pour me doucher et m’habiller (ce foutu sable toujours collé à mon corps) et je me suis présenté en retard à la mode pour la fonction à 6h21. Sans surprise, il n’a commencé qu’à 6h45.

Le point culminant de la réunion a été la présentation d’un entraîneur qui prétendait être un ancien Rochester Lancer (pendant les jours de gloire de la Ligue nord-américaine de soccer, j’ai couvert les anciens Lancers déplorés, une équipe sur laquelle on pourrait écrire une comédie de situation très appréciée ). Ma mâchoire a chuté. Lynn Berling, éditrice associée de Soccer America qui aimait plaisanter en disant que j’en savais plus que quiconque sur les Lancers, était assise à côté de moi. Je lui ai dit : « Lynn, tu ne peux pas leur échapper. Ils sont partout.

Mercredi 12 août

J’ai trouvé Shangri-La et c’est le Brésil et le football brésilien. Après avoir regardé une vingtaine de matchs de soccer en cinq semaines (j’ai couvert la Coupe du monde des moins de 16 ans de la FIFA au Canada en juillet), j’ai atteint un nouveau niveau d’appréciation d’un match de soccer.

Je me suis assis seul dans les gradins, les jambes repliées en position de yoga. Sans devenir trop spirituel, je me rends compte que la force (du football) était avec moi. Et après cette expérience, j’ai aussi réalisé que je ne pourrais plus jamais regarder un autre match de football à la télévision.

D’une manière ou d’une autre, cette force était avec Long Island, au moins en première mi-temps. Long Island ressemblait à une équipe brésilienne et Tupi à des Américains. Grâce à un jeu patient et aux passes courtes, Long Island a pris une avance de 1-0, mais un certain nombre d’appels ont été contre l’équipe et l’équipe et l’entraîneur ont perdu leur sang-froid et presque le match. Il a lutté pour un match nul 1-1, laissant un goût amer sur sans aucun doute sa meilleure performance du voyage.

C’est peut-être le meilleur moment pour parler de mon colocataire à Rio, Randy Vogt de Syosset. Randy est un type extraverti, connu sous le nom d’arbitre disco en raison de sa veste noire avec un écusson de la Major Indoor Soccer League, et peut-être mieux connu pour avoir interprété « Born in the USA » à propos de ce voyage à la fois en anglais et en anglais. français (« Je suis nais aux États-Unis »). Cela ne m’aurait pas dérangé, mais il a essayé toutes les lignes possibles sur votre serviteur.

Jeudi 13 août

OK, maintenant il était temps de passer aux choses sérieuses alors que les quarts de finale de la portion Rio ont commencé. Comme dans d’autres matchs, l’équipe a joué « We Are the Champions » de Queen sur le système stéréo du bus sur le chemin du match. Cela a aidé lors des rencontres précédentes, mais le match d’aujourd’hui, si vous osez l’appeler ainsi, n’était pas un concours. Flamengo a tiré sur Long Island, 14-1, en première mi-temps. Long Island a eu une pénétration dans la surface de réparation dans la mi-temps – environ 19 minutes après le début du match. Le score final : 5-1 et pour être honnête, ce n’était même pas si proche.

Dans le bus, l’équipe était maîtrisée, mais les joueurs n’étaient pas prêts à se suicider. Ils étaient aussi optimistes qu’un groupe pouvait l’être. En fait, ils ont fait le voyage pour moi. Alors qu’il était facile de se plaindre des conditions de déplacement inhabituelles, les joueurs (certains avaient 16 ans allant sur 20), ont roulé avec les coups de poing. C’était super de parler football, vie, musique, sports, filles/femmes avec eux. Ils m’ont fait me sentir jeune, et parfois, 16 à nouveau.

En fait, ils ont passé une cassette de Simon et Garfunkel, qui ont chanté « The Boxer » et « Bridge Over Troubled Water ». Mon Dieu, pensai-je. J’avais leur âge quand ces chansons sont sorties. Parler de combler le fossé entre les générations.

Puis c’était de retour à Rio pour un séminaire entre les médias brésiliens et américains sur le pays qui devrait accueillir la Coupe du monde 1994. Le consensus écrasant était les États-Unis. Pendant que je donnais mes opinions en faveur des États-Unis, j’ai levé les yeux et j’ai remarqué que des journalistes prenaient des notes. C’était effrayant. Mon Or, ils écoutaient en fait ce que j’avais à dire.

Plus tôt, alors que je marchais jusqu’à ma place sur le panneau, Pelé, un membre du séminaire m’a remarqué. Il se leva et me serra la main. Il se souvenait de moi lors d’entretiens passés, devant tous ces gens. Cela a fait ma nuit.

Vous devez voir cet homme en action avec les gens. Il était aimable, courtois et charismatique. Il est une définition ambulante de la patience (il y a encore ce monde), signant des autographes et parlant aux gens.

Vendredi 14 août

J’ai rencontré des personnes que je connaissais de Coca-Cola et visité plusieurs clubs de football, interviewé la star de l’équipe nationale brésilienne des moins de 20 ans, le secrétaire général de la Confédération brésilienne de football et l’ancienne star de Cosmos Julio Cesar Romero, mieux connu sous le nom de Romerito en Amérique du Sud.

Pour couronner la journée, je suis allé à une samba ce soir-là. Comme la scène au stade Maracana, c’était plus du spectacle qu’autre chose, étant donné que je ne comprenais pas le portugais – ou quelle que soit la langue – que les participants signaient.

À un moment donné, le chanteur principal a commencé à mentionner des pays pour voir quelle partie du public était représentée. Il a commencé avec l’Amérique du Sud, puis a continué avec l’Amérique centrale et les Caraïbes.

Me souvenant de la marche de 44 heures et de sept arrêts jusqu’au Brésil, je n’ai dit à personne en particulier : « Ne riez pas. C’est notre itinéraire à la maison.

Samedi 15 août

Le voyage de retour – après une dernière journée à 105 degrés à Rio – s’est déroulé sans incident. Nous avons dormi la plupart du temps, même si ce n’était pas sans moments légers. Lorsque nous nous sommes arrêtés à Manaus, cette ville animée du centre de l’Amazonie, plusieurs personnes sont descendues, dont le chroniqueur américain de football Paul Gardner. Alors qu’il est parti pendant 20 bonnes minutes, nous avons rabattu son siège d’avion et laissé une épitaphe :

En souvenir

Paul Gardner

Jan. 29, 1837-août. 15, 1987

Perdu en Amazonie

Naturellement, il est revenu, a lu le morceau de papier et a dit : « Je ne trouve pas ça très drôle. J’ai répondu: « Eh bien, nous le faisons et nous vous surpassons, 3-1. »

Enfin, après de courtes escales à Brasilia, Manaus, Aruba et Orlando (ok, pas si court, sept heures d’attente au cas où notre charter raterait son coup), nous avons touché le sol new-yorkais à 21h53 dimanche.

Ce fut un voyage inoubliable, le voyage d’une vie.

Voici deux histoires qui pourraient vous intéresser :

VOYAGE FANTASTIQUE (PARTIE I) : Une odyssée brésilienne inoubliable qui fut mouvementée, mais assez étonnante

OBTENIR UN PASS (JOUR 3) : un voyage mémorable de 44 heures au Brésil, un voyage dans un stade légendaire de Belo Horizonte et bien plus encore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *