Vous voulez la paix au Yémen ? Tout d’abord, rétablir l’équilibre des forces.


Source MENA

6 janvier 2023 • 8 h 50 HE

Vous voulez la paix au Yémen ? Tout d’abord, rétablir l’équilibre des forces.

Par
Sam Mundy et Mick Mulroy

Même les observateurs les plus endurcis du conflit en cours au Yémen pourraient être pardonnés pour leur optimisme récent. Pour la première fois depuis 2015, les rebelles houthis et la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont convenu et généralement observé un cessez-le-feu qui a duré près de six mois. Malheureusement, les Houthis ont fait plusieurs demandes tardives et déraisonnables et la trêve a été officiellement expiré le 2 octobre 2022.

Comme lors des précédents cessez-le-feu au Yémen, les combats se sont poursuivis à un certain niveau dans diverses régions du pays, même pendant la dernière trêve. Mais il n’a pas retrouvé son niveau d’avant la trêve. Les accords clés, tels que les vols commerciaux au départ de Sanaa et les livraisons de pétrole via le port de Hudaydah, restent intacts – un crédit aux efforts diplomatiques américains en cours. Bien qu’aucune attaque transfrontalière de missiles ou de drones n’ait été signalée en Arabie saoudite, des combats de faible intensité à l’intérieur du pays se poursuivent, notamment rapports des attaques des Houthis contre des navires dans divers ports. Ainsi, le Yémen fera probablement une huitième apparition consécutive sur l’International Crisis Group « Dix conflits à surveiller» liste pour 2023.

Bien qu’incomparable au bilan humanitaire supporté par les Yéménites, le conflit a néanmoins coûté cher au Royaume d’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU) en termes de dépenses financières, de matériel utilisé et de réputation internationale. Les deux pays cherchent à mettre fin au conflit mais ont peu de bonnes options. La meilleure option est proactive : plutôt que de céder aux demandes les plus récentes et souvent variables des Houthis et de retirer leur soutien aux forces pro-gouvernementales, ces alliés devraient tenter de rétablir un équilibre des forces dans les négociations.

Un humanitaire bien informé nous a dit un jour : « les Houthis ne sont que de pauvres et simples montagnards ». Sympathies mises à part, ce sont aussi de redoutables combattants et la puissance militaire dominante au Yémen. Cela n’a pas toujours été le cas, en particulier au début de la guerre lorsqu’ils ont uni leurs forces fidèles à l’ancien président Ali Abdullah Saleh avant de le tuer en 2017. Depuis lors, les Houthis n’ont fait que consolider leur emprise sur le pouvoir, cooptant diverses tribus et étendant leur influence dans plusieurs provinces clés.

Bien qu’ils n’aient pas encore prouvé leur capacité à gouverner le pays, les Houthis jouissent néanmoins du rôle de premier parmi leurs pairs au Yémen et semblent parler avec la voix la plus forte dans les négociations de cessez-le-feu. Comme l’érudit Fatima Abo Alasrar de l’Institut du Moyen-Orient à juste titre c’est noté« la réalité de la gestion du monopole de la violence des Houthis devient un obstacle à un règlement politique équitablement négocié ».

Les Houthis pourraient avoir moins de monopole si une coalition plus unifiée s’opposait à eux. Malheureusement, les éléments fidèles au Presidential Leadership Council (PLC), qui a succédé au gouvernement de la République du Yémen dirigé par l’ancien président Abdrabbuh Mansur Hadi, ont souvent divergé des tribus alliées au Southern Transition Council (STC). Le STC fait partie de l’automate mais n’est pas toujours aligné avec lui.

L’automate bénéficie Support d’Arabie saoudite, tandis que les Émirats arabes unis soutiennent le STC. Au début du conflit, ces puissances du Golfe semblaient s’accorder sur l’objectif ultime de rétablir le gouvernement légitime au Yémen, même si elles différaient sur les objectifs nécessaires pour atteindre cet état final. Ainsi, leur détournement contestataire de cette vision unifiée a affaibli leur influence dans les négociations.

Développer une position commune sur des questions clés telles que le rôle du parti Islah, le groupe yéménite aligné sur les Frères musulmans, le partage du pouvoir entre rivaux pro-gouvernementaux et le statut des ressources pétrolières de Marib – même si celles-ci impliquent un certain compromis interne – permettrait d’unifier la coalition et présenter un meilleur équilibre face aux Houthis. En ce moment, le manque d’unité perpétue le conflit et la souffrance du peuple yéménite.

Tous les partis de la coalition conviennent de limiter considérablement le rôle de l’Iran au Yémen. Bien que les détails comptent, au minimum, la coalition soutiendrait sans aucun doute une politique interdisant à l’Iran de fournir des armes, de l’équipement et de la formation aux groupes armés au Yémen. Compte tenu de l’ouverture et de la routine de l’Iran violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies contre la contrebande d’armes, les États-Unis et la communauté internationale soutiendraient également cette position. Cependant, il faudra plus que des déclarations de détermination pour limiter l’influence de l’Iran sur les Houthis et leurs efforts pour les armer et les développer en tant que mandataires militaires.

Premièrement, les Saoudiens et les Émiratis doivent s’entendre sur le rôle des groupes fondamentalistes sunnites au Yémen. Les deux pays cherchent à éliminer al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) et l’État islamique d’Irak et d’al-Sham (ISIS) au Yémen, et les Houthis sont des ennemis jurés des deux. Les Saoudiens sont plus à l’aise avec les groupes alignés sur les Frères musulmans, comme le parti Islah, tandis que les Émiratis s’opposer ces groupes islamiques politiquement actifs. Pourtant, comparer l’Islah du Yémen avec, par exemple, les Frères musulmans en Égypte est inexact – ce dernier fait bien plus partie de la culture politique du pays. Un certain compromis sur ce point pourrait unir toutes les parties contre une menace commune.

À l’inverse, le soutien émirati aux tribus du sud et de l’est qui composent l’épine dorsale du STC va à l’encontre du rôle global joué par le PLC, que les Saoudiens et les Émiratis ont co-créé comme moyen de fusionner les mouvements anti-Houthi. Cependant, une fissure entre les deux principaux groupes est apparue, entraînant des combats occasionnels entre les forces du STC et du PLC. Résoudre les différends entre ces groupes suffisamment longtemps pour faire comprendre aux Houthis un cessez-le-feu durable pourrait conduire à de nouvelles mesures de confiance et à des pourparlers de paix. Pour l’instant, la division interne fait directement le jeu des Houthis en se battant essentiellement à leur place et en leur permettant de traiter leurs adversaires au coup par coup.

La scission entre les différents groupes soutenus par les Saoudiens et les Emiratis est une caractéristique malheureuse de l’incohérence de la coalition. À quoi devrait ressembler le Yémen après le conflit ? Un retour au nord et au sud du Yémen est-il la meilleure ou même une alternative réalisable ? En l’absence d’un PLC unifié incluant le STC, un gouvernement fédéral fort au Yémen semble peu probable. Sinon, une confédération qui offre un certain degré d’autonomie provinciale est-elle pratique? Il n’est pas immédiatement clair si la coalition a une position sur la question de la gouvernance centrale. L’absence d’une position claire sur l’avenir de l’État yéménite tire à la couture de l’unité de la coalition.

Le statut des installations de production de pétrole et de gaz naturel du Yémen à Marib reste également un point de friction. Les attaques répétées des Houthis pour s’emparer de ces ressources au fil des ans soulignent la valeur de ce prix et le pouvoir qu’il confère à la partie contrôlante. Au début du conflit, les forces émiraties et bahreïnites ont aidé le gouvernement de la République du Yémen à défendre avec succès Marib. Plus tard, les Saoudiens appliqué de généreuses sorties de puissance aérienne pour repousser les poussées des Houthis.

Et si, dans le cadre d’une solution négociée, les Houthis se voyaient garantir une partie de ces revenus pétroliers et gaziers ? Cela pourrait être une puissante incitation à la négociation, en particulier compte tenu de leurs plaintes de longue date sur ce point précis. Mais d’abord, la coalition doit s’entendre en interne sur les enjeux et présenter une position unifiée lors des négociations. Cela pourrait dépendre de l’intervention d’un tiers de confiance désintéressé, comme le Koweït, pour garantir le partage des ressources.

Les Saoudiens et les Emiratis n’obtiendront que ce qu’ils veulent dans un futur Yémen. Les Houthis ont placé le renouvellement de la récente trêve hors de portée et leurs exigences irréalistes ont entravé l’effort de paix. Mais amener la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à s’entendre sur une vision unifiée et une position de négociation rééquilibrerait efficacement le conflit et éliminerait un avantage majeur des Houthis : un adversaire divisé.

Rétablir l’équilibre des forces dans les négociations avec les Houthis n’est pas encore une chimère. Une coalition unie aurait de meilleures chances de prolonger les cessez-le-feu à des conditions favorables, ce qui, espérons-le, conduirait à des pourparlers de paix au Yémen. Cela exige que les principaux membres de la coalition s’accordent d’abord sur l’avenir du Yémen, le rôle de ses différentes entités politiques et la répartition des revenus tirés des ressources pétrolières et gazières du pays. Les négociations directes ou indirectes de la voie II pour parvenir à une vision de coalition unifiée doivent être entreprises avec un sentiment d’urgence. Tant que les Houthis ne reconnaîtront pas que la coalition est unie sur ces points – en pensée, en parole et en action – ils n’auront que peu de raisons de conclure un accord.

Lieutenant-général (retraité) Sam Mundy est un ancien commandant du Marine Corps Forces Special Operations Command et du Marine Corps Forces Central Command, avec la responsabilité d’employer des Marines affectés au Moyen-Orient. Il est également président de Once a Marine LLC.

Mick Mulroy est un ancien sous-secrétaire adjoint à la défense pour le Moyen-Orient et un analyste de la sécurité nationale et de la défense d’ABC News. Il est également co-fondateur du Lobo Institute et co-président de End Child Soldiering.

Les opinions exprimées dans cet article sont les leurs.

Lectures complémentaires

Image : Un partisan houthi porte une arme lors d’une manifestation contre les États-Unis et l’Arabie saoudite appelant à la fin de la guerre au Yémen, un jour après le renouvellement de la trêve à Sanaa.

Laisser un commentaire