Villarreal remporte une victoire méritée sur le Real Madrid fatigué en Liga


Un penalty en deuxième mi-temps de Gérard Moreno a vu le Real Madrid battu 2-1 à Villarreal samedi pour laisser Madrid à égalité de points avec Barcelone en tête de la Liga avant le voyage du Barça à l’Atletico Madrid dimanche.

– Rapport : Villarreal 2-1 Real Madrid | Tableau de la Liga | Résultats de la Liga, calendriers

Yérémi Pino a donné l’avantage à Villarreal à la 47e minute avant que deux pénalités en trois minutes – toutes deux pour le handball – ne soient accordées par l’arbitre Cesar Soto Grado. Karim Benzéma a converti son coup de pied après Juan Foyth manipulé à l’intérieur de la zone avant David Alaba a également été pénalisé, donnant à Moreno la chance de remettre l’équipe locale devant.

SAUTER À: Notes des joueurs | Meilleurs/moins performants | Faits saillants et moments marquants | Citations d’après-match | Statistiques clés | Rencontres à venir


Réaction rapide

1. Pas encore de crise madrilène, mais la défaite arrive au mauvais moment

Il n’y a pas de honte à perdre à Villarreal : après tout, le Real Madrid n’a pas gagné au stade La Ceramica depuis 2017. Mais le moment et la manière de cette défaite pourraient bien déclencher des sonnettes d’alarme au Bernabeu. Madrid n’a été que de justesse dominé samedi – Villarreal a devancé le match sur xG (2,94 à 2,02), tirs (17 à 12) et tirs cadrés (5 à 3), Madrid ayant légèrement plus de possession – mais personne ne pouvait vraiment discuter que Villarreal ne méritait pas sa victoire après une compétition passionnante de bout en bout.

– Diffusez sur ESPN +: LaLiga, Bundesliga, plus (États-Unis)

Dans ce qui s’annonce comme une course au titre serrée – Madrid et Barcelone ont tous deux verrouillé 38 points avant le voyage du Barca à l’Atletico Madrid dimanche – tout point perdu est préoccupant, et cette défaite précède un calendrier éprouvant. Madrid se rendra en Arabie saoudite la semaine prochaine pour la Supercopa espagnole, et ils seront de retour à La Ceramica dans 10 jours en huitièmes de finale de la Copa del Rey. en forme la Real Sociedad lors du dernier match ce mois-ci, plus la Coupe du Monde des Clubs au Maroc à l’horizon début février.

Une défaite du Barça à l’Atletico calmerait certains nerfs, mais une victoire des rivaux madrilènes remettrait l’équipe de Xavi aux commandes dans la course au titre.

2. Le XI non espagnol de Madrid reflète l’évolution des temps

Le Real Madrid est entré dans l’histoire avant même le coup d’envoi du match de samedi, l’entraîneur Carlo Ancelotti choisissant un onze de départ sans un seul joueur d’origine espagnole pour la première fois depuis la fondation du club en 1902. Avec Dani Carvajal blessé et Marco Asensio et Lucas Vazquez sur le banc, l’équipe comptait trois joueurs français (Ferland-Mendy, Aurélien Tchouameni et Karim Benzema), deux Allemands (Toni Kroos et Antonio Rüdiger), deux Brésiliens (Eder Militao et Vinicius Junior), un Belge (Thibaut Courtois), un Autrichien (David Alaba), un Belge (Thibaut Courtois) et un Uruguayen (Federico Valverde).

À bien des égards, c’est simplement le reflet d’un jeu de plus en plus mondialisé, où un club d’élite comme Madrid peut cibler les meilleurs joueurs du monde. Mais c’est aussi un rappel brutal de la façon dont un club qui, pendant de nombreuses années, était synonyme de l’équipe nationale – dirigé, bien sûr, par le capitaine de longue date de Madrid et de l’Espagne Sergio Ramos – est actuellement un joueur peu important en ce qui concerne l’Espagne. Seuls Carvajal et Asensio étaient présents dans l’équipe de 26 joueurs de Luis Enrique à la Coupe du monde.

Ce n’était pas la première fois que Madrid avait 11 joueurs non espagnols sur le terrain en même temps – ils ont mis fin à une défaite 2-1 en Ligue des champions contre le shérif Tiraspol comme ça le 28 septembre 2021 – mais ils ‘ Je n’ai jamais commencé de cette façon.

À bien des égards, c’est une conséquence de la politique de transfert du club ces dernières années. La dernière signature de l’équipe première espagnole était Brahim Díaz en janvier 2019. Depuis lors, danger édénique, Luka JovicFerland Mendy, Eder Militao, Rodrygo Goes, David Alaba, Eduardo CamavingaAntonio Rudiger et Aurélien Tchouameni sont tous entrés. Et avec l’Angleterre Jude Bellingham ciblé pour l’été prochain et le Brésilien Endrick Felipe prévu pour 2024, c’est une tendance qui devrait se poursuivre.

3. Le Villarreal de Quique Setien commence à prendre forme

La transition de Villarreal d’Unai Emery à Quique Setien – après qu’Emery a quitté en octobre pour prendre en charge Aston Villa – n’allait jamais être facile. Les deux entraîneurs sont radicalement différents dans leur style et leur philosophie, Emery donnant la priorité à la solidité défensive et aux transitions offensives rapides, et Setien privilégiant une approche plus patiente, basée sur la possession.

La première série de matches de Setien n’aurait pas pu être bien pire. Une série de quatre matchs sans victoire a déclenché des rumeurs selon lesquelles il pourrait être renvoyé deux semaines seulement après sa prise de fonction. Mais les choses se sont calmées depuis lors, la pause de la Coupe du monde est arrivée au bon moment – ​​donnant à Setien un temps d’entraînement précieux avec les joueurs laissés pour compte – et c’était la meilleure performance de Villarreal à ce jour sous le nouveau patron.

Le retour de Gerard Moreno est crucial à cet égard. Moreno, qui pourrait bien être le meilleur attaquant espagnol et qui a beaucoup manqué à l’équipe nationale du Qatar, a été absent de septembre à novembre en raison d’un problème aux ischio-jambiers. Sur cette preuve, il est de retour à son meilleur niveau, une menace constante pour la défense du Real Madrid, et c’est une excellente nouvelle pour Setien et Villarreal. Un top quatre ne devrait pas être exclu compte tenu de la qualité de leur équipe.


Notes des joueurs

Villarréal : Pepe Reine 7; Juan Foyth 6, Raúl Albiol 8, Pau Torres 7, Alberto Moreno 7; François Coquelin 7, Dani Parejo 8, Alex Baena 7; Samu Chukwueze 7, Yeremy Pino 7, Gérard Moreno 8.
Sous-titres : Alphonse Pedraza 6, José Luis Morales 6, Arnaut Danjuma 6, Manuel Trigueros 6.

Real Madrid: Thibaut Courtois 7 ; Eder Militão 7, Antonio Rudiger 6, David Alaba 6, Ferland Mendy 5 ; Aurélien Tchouameni 5, Toni Kroos 7, Luka Modric 6 ; Fede Valverde 6, Vinicius Junior 6, Karim Benzema 7.
Sous-titres : Rodrygo Goes 6, Lucas Vazquez 6, Eduardo Camavinga 6, Marco Asensio 6.


Meilleurs et pires interprètes

MEILLEUR : Gérard Moreno, Villarreal

Son mouvement intelligent a fait de lui un cauchemar pour Madrid. Quelques touches glorieuses en seconde période. Je suis parti sous une standing ovation.

Le pire : Ferland Mendy, Real Madrid

A donné le ballon pour le premier match de Villarreal et a été remplacé par Ancelotti lorsque Madrid a perdu 2-1.


Faits saillants et moments marquants

Le sous-marin jaune est toujours difficile à briser à domicile et samedi n’a pas été différent en éliminant les champions en titre de la Liga samedi. Leur premier but, de Pino juste après la mi-temps, était adorable aussi…

Le Real Madrid a riposté mais Villarreal s’est accroché pour une victoire célèbre et n’a certainement pas perdu de temps à profiter de l’ambiance d’après-match…

… et se rendre au vestiaire pour vraiment célébrer.


Après le match : Ce que les joueurs/entraîneurs ont dit

Les citations d’après-match apparaîtront ici…


Statistiques clés (fournies par ESPN Stats & Information research)

  • Villarréal : Première victoire contre le Real Madrid en Liga depuis 2018, mettant fin à une séquence de neuf matchs de Liga sans victoire contre Madrid. (C’était la plus longue course active sans victoire du club contre un seul adversaire en Liga.)

  • Yeremy Pino (Villarreal) : Son but à la 47e minute a mis fin à une séquence de 19 matchs sans marquer pour Villarreal dans toutes les compétitions. (C’était son premier but depuis le 21 août.)

  • Gérard Moreno (Villarreal) : Ses 2 derniers buts avec Villarreal étaient sur penalty. Avant cela, il avait marqué 6 buts consécutifs non PK. De plus, samedi a marqué son deuxième but gagnant en carrière en Liga contre le Real Madrid, après l’avoir déjà fait en 2018 avec un but à la 93e minute.

  • Karim Benzema (Real Madrid) : Son penalty à la 60e minute était son 227e but en carrière en Liga, égalant Alfredo Di Stéfano (227) pour la sixième place et le plaçant à un peu moins de Raúl González (228) pour la cinquième place sur la liste des meilleurs buteurs de tous les temps en Liga.

  • Real Madrid: A perdu trois de ses huit derniers matchs toutes compétitions confondues après avoir commencé la saison sans défaite lors de ses 16 premiers


Suivant

Villarréal : Le « sous-marin jaune » n’aura pas longtemps pour profiter de ce résultat, car il affrontera un déplacement au Celta Vigo (13 janvier) vendredi, suivi d’un rendez-vous en Copa del Rey avec un adversaire familier, le Real Madrid, le mercredi janv. 18.

Real Madrid: L’équipe de Carlo Ancelotti fera face à une série de matchs plus difficiles compte tenu de sa participation à la Super Coupe d’Espagne à Riyad, en Arabie saoudite, la semaine prochaine. Leur prochain match est la demi-finale de la Super Coupe contre Valence (mercredi 11 janvier) et, s’ils la gagnent, ils auront la finale contre Barcelone ou le Real Betis le dimanche 15 janvier. De là, un petit retour à la maison avant le huitième de finale de la Copa del Rey contre Villarreal le 18 janvier. Ouf !



Laisser un commentaire