Valley Views : Noëls que j’ai connus | Des nouvelles

[ad_1]

Après l’annulation de l’année dernière, « Casse-Noisette » est de retour. En 2016, ma fille Zoé, ma petite-fille Camille et moi avons assisté à une représentation du ballet, et c’est devenu notre tradition spéciale des Fêtes.

L’année dernière, de telles performances en direct n’étaient qu’un souvenir et un espoir pour l’avenir. Cette année j’étais réticent à y aller : il faudrait porter des masques, et Camille, 9 ans, devrait se faire tester pour le COVID. Mais Zoe, qui est normalement assez hésitante vis-à-vis des virus, était tout à fait d’accord, alors j’ai pensé, bien sûr, qu’il était peut-être temps de sortir.

Nous sommes allés à la soirée d’ouverture. Le chef d’orchestre se tenait grand et fier, rayonnant, dans la fosse d’orchestre, manifestement ravi au-delà des mots d’être de retour en action. Même Camille a saisi l’importance de la soirée et a saisi le bras de sa mère avec un frisson aux notes d’ouverture.

La danse – toute la performance – était magique. Était-ce parce que c’était merveilleux de profiter à nouveau d’un spectacle en direct ou était-ce la chorégraphie et le charme de cette production en particulier ? Peut-être les deux.

Avec sept décennies et demie derrière moi, j’ai vécu de nombreux types de Noël.

Nous avons passé Noël 1968 à Wichita Falls, au Texas, où mon mari était en formation secondaire de l’US Air Force, et c’était notre premier Noël loin de nos familles. Nous sommes allés à la messe de minuit, et je me souviens encore du sermon du prêtre alors qu’il pestait qu’il n’y avait pas de paix sur terre tant que la guerre du Vietnam faisait rage.

Nous étions déjà sombres quant à notre avenir personnel, et nous l’admirions pour avoir reconnu les bouleversements du monde plutôt que de célébrer automatiquement « la paix sur terre, la bienveillance envers l’homme ».

Et le lendemain, c’était amusant. J’ai cuisiné ma première dinde et nous avons invité des amis de Jim de la base, qui ont beaucoup apprécié le repas fait maison, les cigares et le vin que nos familles avaient envoyés de Californie.

Lorsque nous vivions à Djeddah, de 1975 à 1978, le Père Noël est venu à une fête d’entreprise sur un réservoir d’eau tiré par un âne. À Bangkok à la fin des années 80, il est arrivé à dos d’éléphant. Mais la plupart du temps, nous étions aux États-Unis et le Père Noël est venu chez nous la veille de Noël, probablement en traîneau.

Nous entendions des cloches au loin et les enfants se précipitaient à l’étage et écoutaient avec enthousiasme les sons de St. Nick qui traversait le salon, saluant maman et papa alors qu’il remplissait rapidement les bas et plaçait les jouets près de l’arbre.

Avec les enfants qui ont grandi, les vacances se sont transformées en de merveilleuses retrouvailles alors qu’ils « rentraient à la maison pour Noël ». Un an, le vol de mon fils depuis l’endroit où il vivait en Allemagne a été annulé en raison de la météo. Mon mari et moi avons donc fini par manger notre dîner de Noël dans un restaurant indien du centre-ville de Walnut Creek – les seuls autres clients étaient deux couples juifs discutant de leur voyage à Synagogues européennes.

Mais cela aussi était un joyeux Noël car nous attendions avec joie l’arrivée le lendemain de mon fils ainsi que de la famille de ma fille après leur célébration avec la belle-famille à SoCal.

Mon jour de Noël le plus solitaire a été 2013, lorsque mon mari mourait d’un cancer et était trop malade pour recevoir des visites ou une célébration. Mais la gravité de sa maladie n’avait pas encore été diagnostiquée, c’était donc un Noël d’espoir après un merveilleux Thanksgiving pour la famille élargie et je ne me souviens pas que cela ait été malheureux ; ce n’est triste que rétrospectivement.

Le Noël COVID de l’année dernière est également un candidat pour le plus solitaire, bien que je sois allé dans la cour de ma fille pour un bref échange de cadeaux à l’extérieur. Mais je ne me plains pas. J’ai passé de nombreuses vacances qui auraient pu inspirer Norman Rockwell. Eh bien, certaines années, nous nous sommes réunis autour du piano pour chanter des chants de Noël.

Cette année, ma fille organise une fête de famille pour 12, dont quatre enfants, le jour de Noël. Si Dieu le veut et la crique (et COVID) ne monte pas, c’est là que je serai.

Mais peu importe comment les vacances se déroulent, d’une manière ou d’une autre, elles sont toujours spéciales pour moi, peut-être parce que l’enchantement de la saison m’a été inculqué lorsque j’étais enfant.

En conclusion, et je sais que je saute de Tchaïkovski à Dickens, je voudrais dire : « Joyeux Noël à tous, et à tous une bonne nuit !

Note de la rédaction : Dolores Fox Ciardelli est la rédactrice de Tri-Valley Life pour le Pleasanton Weekly. Sa rubrique, « Valley Views », apparaît les deuxième et quatrième vendredis de chaque mois.



[ad_2]

Laisser un commentaire