Vague Covid en Chine : Virus sans visa


Image par Gerd AltmannIl y a une grande joie dans les pays voisins que les Chinois soient à nouveau autorisés à voyager. Mais ils ont aussi peur d’eux. D’une part, ils ont disparu en tant qu’associés d’affaires et touristes de la Thaïlande à Singapour et en Indonésie. En revanche, personne ne sait quelle variante du Covid 19 ils apportent dans leurs bagages.

Les autorités chinoises ont rapporté samedi qu’un total de 59 938 décès liés au Covid-19 sont survenus à travers le pays entre le 8 décembre, après que le pays a renversé sa politique pandémique, et jeudi dernier. Tedros Adhanom Ghebreyesus, chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a réitéré l’importance d’une coopération et d’une transparence accrues dans les discussions avec le Dr Ma Xiaowei, directeur de la Commission nationale chinoise de la santé, selon l’agence dans un communiqué ce week-end. Mais le manque de données rend difficile pour l’OMS de fournir des conseils aux pays touchés, a-t-il déclaré.

« L’agence a déclaré qu’elle ne disposait pas encore de suffisamment d’informations pour évaluer pleinement les dangers de la flambée et de toute variante », a rapporté le Straits Times depuis Singapour. L’inquiétude règne dans la cité-Etat, qui entretient des liens particulièrement étroits avec Pékin. Pourtant, le grand rush est encore à venir : le Nouvel An chinois sera célébré le 22 janvier, dimanche prochain

Avant la pandémie, cette date marquait la haute saison des voyages en Chine ainsi que dans les pays voisins et était considérée comme le plus grand mouvement migratoire au monde. Dans le quartier chinois de Bangkok, les cerfs-volants se mettent déjà en place, car les cerfs-volants partent toujours, même si 2023 est l’année du lapin. Traditionnellement, Yaowarat Road sera plein de danseurs et de spectacles de lumière ce jour-là, avec des gens se bousculant des temples aux stands de nourriture en passant par les bars. Un événement de grande diffusion.

En Thaïlande, donc, le ministère de la Santé a publié il y a une semaine de nouvelles conditions d’entrée avec des tests obligatoires pour simultanément accueillir les Chinois et rassurer sa propre population. Trois jours plus tard, la nouvelle réglementation a été abrogée car les compagnies aériennes d’autres parties du monde ne prendraient plus de passagers qui n’avaient pas été vaccinés au moins deux fois. Le ministre thaïlandais de la Santé, Anutin Charnvirakul, s’est senti obligé de publier une déclaration : « Les voyageurs internationaux arrivant en Thaïlande ne sont pas tenus de présenter une preuve de vaccination ». La PCR ou l’auto-test n’est pas non plus nécessaire, a-t-il déclaré. La politique de volte-face est ce qu’ils en sont venus à appeler cette façon de gouverner la Thaïlande.

Les habitants de Bangkok continuent de porter des masques ; le choc économique des dernières années pandémiques est trop profond. D’autant que les Chinois ne sont naturellement pas les premiers à se rendre dans les régions froides d’Europe. Ils s’envolent pour le Vietnam, la Thaïlande ou les Philippines, où ils peuvent cultiver des relations d’affaires et se détendre sur la plage.

Ce qui est également observé actuellement à Singapour : une augmentation significative des visiteurs en provenance de Chine qui se font vacciner contre le Covid-19 avec des vaccins à ARNm car leurs propres vaccins ne sont pas fiables. Raffles Medical, qui exploite 34 cliniques à Singapour, a indiqué avoir constaté un afflux constant de visiteurs en provenance de Chine depuis le lancement du dernier vaccin de Moderna, avec une augmentation pouvant atteindre 10 % vers la fin de l’année dernière.

Pendant ce temps, le nombre de personnes qui ont effectivement contracté le Covid-19 en Chine n’est pas seulement une préoccupation pour l’OMS. Citant la société britannique de données sur la santé Airfinity, l’agence de presse Reuters a rapporté que les infections à Covid en Chine ont atteint leur premier pic le week-end dernier à 3,7 millions de cas par jour, et actuellement 9000 personnes meurent probablement de Covid-19 chaque jour. Cela contraste fortement avec le nombre de cas signalés.

Dans une autre irritation, Pékin continue d’exiger que les visiteurs soient testés avant d’entrer dans le pays, mais appelle à l’inverse ces restrictions « discriminatoires » et « non scientifiques ». Les tensions avec la Corée du Sud et le Japon se sont intensifiées début janvier, les deux pays ayant restreint les voyages aériens, testé les voyageurs en provenance de Chine à leur arrivée et mis en quarantaine les positifs. La Chine a réagi en suspendant les visas de courte durée pour les Sud-Coréens et les Japonais. La Thaïlande et Singapour veulent désormais éviter cela à tout prix. Et je préférerais être heureux des nouveaux et anciens visiteurs plutôt que d’en avoir peur.

Image par Gerd Altmann

Laisser un commentaire