«Une tache au milieu de notre ville»: le cauchemar de la prison du Park Hotel de Melbourne continue


Au moins quinze réfugiés emprisonnés au Park Hotel de Melbourne ont été testés positifs au COVID. L’un d’eux a été transporté à l’hôpital. Quarante-cinq hommes sont détenus dans des conditions exiguës et dangereuses dans l’hôtel, et aucune tentative n’a été faite pour évacuer ou mettre en quarantaine aucun d’entre eux.

« Nous avons très peur ici, très inquiets, nous ne pouvons pas dormir, nous ne pouvons pas manger », confie au téléphone Don Khan, 25 ans et actuellement incarcéré à l’hôtel. « Nous avons peur de mourir ici ; c’est une très mauvaise situation pour nous.

Don affirme que certains des réfugiés ne sont pas complètement vaccinés et qu’ils n’ont reçu une première dose qu’en août. Les fenêtres des chambres ont été scellées avant leur arrivée en décembre dernier et l’air est recyclé dans tout l’hôtel. Ils ont été amenés en Australie depuis des camps de détention offshore en 2019 dans le cadre des transferts de santé Medevac – beaucoup ont déjà des conditions sous-jacentes.

Les chiffres communiqués au Sénat le 18 octobre montrent que les taux de vaccination des réfugiés détenus sont bien inférieurs à ceux de la population générale. Au 6 septembre, date à laquelle les chiffres ont été publiés, 52 pour cent avaient reçu une dose du vaccin et seulement 17 pour cent étaient complètement vaccinés. Cela se compare à 63 pour cent et 39 pour cent pour la population éligible à l’échelle nationale.

Depuis le début de l’épidémie, dit Don, la situation est devenue encore plus difficile dans la prison de l’hôtel. « Nous ne pouvons aller nulle part, nous ne pouvons pas bouger, nous ne pouvons même pas prendre de café. »

Les conditions avant l’épidémie étaient déjà terribles. Les hommes ont été détenus dans des prisons hôtelières pendant deux ans et demi, et dans des camps offshore pendant des années auparavant. Don a été détenu pour la première fois sur l’île Christmas en 2013. Il avait 17 ans et avait fui le nettoyage ethnique des Rohingyas au Myanmar. En 2015, il a été emmené au camp de prisonniers de l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée, avant d’être transféré en Australie en 2019.

« Ils nous torturent ici. Mais s’il vous plaît, nous sommes des innocents, pas des criminels. Nous sommes de véritables réfugiés. Mais ils nous retiennent ici, ils nous torturent, quel est notre crime ? Nous voulons juste notre liberté », plaide Don au téléphone.

L’incarcération indéfinie de réfugiés comme Don, et l’insouciance avec laquelle leur santé a été traitée pendant cette pandémie mortelle, contredisent le but prétendu des plans de réouverture en cours à Victoria et en Nouvelle-Galles du Sud. C’est une froide ironie que cette épidémie au Park Hotel ait commencé la semaine du « jour de la liberté » de Melbourne.

Le Premier ministre victorien Daniel Andrews est devenu ému lorsqu’il a annoncé la fin du verrouillage de l’État. Mais il n’a rien dit sur l’incarcération en cours de ces hommes au milieu de Melbourne et à quelques kilomètres du parlement. Le Premier ministre ne se lasse pas non plus de parler de liberté. Il a le pouvoir d’accorder sa liberté à Don, mais il ne bougera pas.

Les milliers de manifestants anti-vaccins qui encombraient les rues du centre de Melbourne en scandant «liberté» pendant trois jours en septembre n’ont pas non plus pris la peine de faire un arrêt devant le Park Hotel. Les libertés des réfugiés leur importent peu.

Aran Mylvaganam, fondateur du Tamil Refugee Council, décrit la situation actuelle des réfugiés à Park Hotel comme « déchirante ».

« Ils appellent ça un hôtel, mais c’est une prison. Une prison privée. Les gens gagnent des millions de dollars avec la misère de ces hommes. C’est une tache au milieu de notre ville. Ces hommes doivent être libérés.

On craint également maintenant une épidémie de COVID au Melbourne Immigration Transit Accommodation (MITA) à Broadmeadows, un centre de détention dans lequel plus de 200 réfugiés sont emprisonnés.

« Nous sommes très préoccupés par MITA. Nous entendons dire que des réfugiés là-bas ont été testés positifs au COVID, et tout le monde a été invité à s’isoler. Il y a aussi des patients atteints de cancer dans cette prison », dit Aran.

« Nous sommes vraiment inquiets pour la vie des réfugiés dans ces centres de détention. Ce n’est pas un endroit sûr pour eux à ce stade.

« Nous avons besoin que les gens prennent ce problème au sérieux, se présentent à des rassemblements et organisent des actions dans leurs communautés pour faire sortir ces personnes. C’est une époque désespérée.

Il y a actuellement 1 427 réfugiés enfermés dans des centres de détention australiens. Toutes leurs vies sont en danger. Beaucoup d’entre eux ont subi des années d’abus de la part du gouvernement australien, de l’Australian Border Force et de diverses sociétés de sécurité. Tous devraient être libérés immédiatement dans la communauté et recevoir des soins de santé, un logement et d’autres formes de soutien social.

Laisser un commentaire