Un yacht russe de 325 millions de dollars saisi par les États-Unis s’approche bientôt d’Hawaï, en provenance des Fidji

[ad_1]

Un yacht d’une valeur de 325 millions de dollars appartenant à des Russes mais saisi par les États-Unis avec une piscine et un héliport est en route pour Hawaï, affichant un drapeau américain pendant qu’il navigue, avec un tout nouvel équipage après qu’un oligarque affilié au Kremlin ait tenté de déguiser sa propriété .

L’Amadea de 106 mètres (350 pieds) est arrivé aux Fidji le 13 avril après un voyage de 18 jours depuis le Mexique. Il a été saisi par les autorités fidjiennes après que la Haute Cour du pays a accordé le mois dernier un mandat américain liant le yacht au milliardaire et oligarque russe sanctionné Suleiman Kerimov.

Le FBI a déclaré que le navire de luxe de 325 millions de dollars avait des coûts de fonctionnement de 25 à 30 millions de dollars par an, et que les États-Unis paieraient pour entretenir le navire après sa capture.

Le groupe de travail KleptoCapture du ministère américain de la Justice s’est concentré sur la saisie de yachts et d’autres actifs de luxe d’oligarques russes dans le but de faire pression sur le président russe Vladimir Poutine au sujet de la guerre en Ukraine.

Anthony Coley, porte-parole du ministère américain de la Justice, a publié sur Twitter le 7 juin que l’Amadea était prêt à naviguer vers les États-Unis « après avoir été saisi comme produit de l’évasion criminelle des sanctions américaines contre l’oligarque russe Suleyman Kerimov ».

« Les États-Unis sont profondément reconnaissants à la police et aux procureurs fidjiens dont la persévérance et le dévouement à l’État de droit ont rendu cette action possible », a-t-il tweeté plus tard.

L'Amadea, d'une valeur de 325 millions de dollars, a mis le cap sur les États-Unis le 7 juin avec l'autorisation de la Haute Cour fidjienne et sous le drapeau américain (photo) après avoir été saisi le mois dernier dans le cadre de la sanction du gouvernement américain contre l'oligarque russe Suleyman Kerimov.

L’Amadea, d’une valeur de 325 millions de dollars, a mis le cap sur les États-Unis le 7 juin avec l’autorisation de la Haute Cour fidjienne et sous le drapeau américain (photo) après avoir été saisi le mois dernier dans le cadre de la sanction du gouvernement américain contre l’oligarque russe Suleyman Kerimov.

Le quadruple pont Amadea a quitté les Fidji avec un nouvel équipage il y a neuf jours et devrait effectuer un voyage de 3 100 milles directement vers l'île d'Hawaï

Le quadruple pont Amadea a quitté les Fidji avec un nouvel équipage il y a neuf jours et devrait effectuer un voyage de 3 100 milles directement vers l’île d’Hawaï

Anthony Coley, directeur des affaires publiques au ministère américain de la Justice, a partagé la nouvelle sur Twitter, ajoutant dans un deuxième tweet que les États-Unis sont « profondément reconnaissants à la police et aux procureurs fidjiens dont la persévérance et le dévouement à l'État de droit ont rendu cette action possible ». '

Anthony Coley, directeur des affaires publiques au ministère américain de la Justice, a partagé la nouvelle sur Twitter, ajoutant dans un deuxième tweet que les États-Unis sont « profondément reconnaissants à la police et aux procureurs fidjiens dont la persévérance et le dévouement à l’État de droit ont rendu cette action possible ». ‘

Le yacht redécoré a été vu pour la dernière fois à environ 160 milles de la côte d’Hawaï, selon un traqueur sur le site Web de Spire Maritime. Au total, le luxueux navire a parcouru plus de 3 000 milles depuis les Fidji, situées dans l’océan Pacifique Sud.

« Il est logique qu’il aille à Honolulu car c’est le port le plus proche où les États-Unis pourraient l’accoster et le retenir jusqu’à ce qu’il puisse être éliminé dans n’importe quelle procédure qui peut être prise », Ian Ralby, directeur général du droit maritime cabinet IR Consilium, dit Bloomberg.

« C’est une destination tout à fait logique », a-t-il ajouté. On ne sait toujours pas ce que le gouvernement américain prévoit de faire ensuite avec le yacht une fois qu’il arrivera sur les côtes américaines.

Les avocats, qui prétendaient représenter le propriétaire du yacht, ont déclaré que le navire appartenait au milliardaire russe Eduardo Khudainatov, qui n’est actuellement pas sous le coup de sanctions américaines.

Le mois dernier, la Cour suprême des Fidji n’a pas trouvé l’objection convaincante et a levé une ordonnance de suspension qui avait empêché les États-Unis de saisir le superyacht de luxe.

Le juge en chef Kamal Kumar a statué que sur la base des preuves, les chances que les avocats de la défense fassent appel que le tribunal supérieur entendrait étaient « nulles à très minces » et ont accepté les arguments selon lesquels le maintien du superyacht amarré aux Fidji dans le port de Lautoka « coûtait aux Fidji ». cher gouvernement.

« Le fait que les autorités américaines se soient engagées à payer les frais encourus par le gouvernement fidjien est totalement hors de propos », a conclu le juge. Il a déclaré que l’Amadea « avait navigué dans les eaux fidjiennes sans aucun permis et très probablement pour échapper aux poursuites des États-Unis d’Amérique ».

L'Amadea, photographié en avril, a été amarré au Queens Wharf à Lautoka, aux Fidji, avant d'être transporté par le gouvernement américain en mai après que les autorités fidjiennes ont renoncé aux droits sur le navire.

L’Amadea, photographié en avril, a été amarré au Queens Wharf à Lautoka, aux Fidji, avant d’être transporté par le gouvernement américain en mai après que les autorités fidjiennes ont renoncé aux droits sur le navire.

Soliman Kerimov

Eduardo Khudainatov

Le FBI a lié le navire à l’oligarque russe Suleiman Kerimov (à gauche), qui fait face à des sanctions pour l’invasion de l’Ukraine par son pays, mais les avocats du propriétaire du yacht ont affirmé qu’il appartenait au milliardaire russe Eduardo Khudainatov (à droite), qui n’est pas sous Sanction américaine

Le juge en chef fidjien Kamal Kumar a déclaré que le bateau coûtait

Le juge en chef fidjien Kamal Kumar a déclaré que le bateau coûtait « cher » au pays et pensait qu’il était amarré aux Fidji pour échapper aux poursuites américaines.

La décision de justice a représenté une victoire importante pour les États-Unis, car ils rencontrent des obstacles dans leurs tentatives de saisir les actifs des oligarques russes dans le monde.

Alors que ces efforts sont bien accueillis par beaucoup de ceux qui s’opposent à la guerre en Ukraine, certaines actions ont testé les limites de la juridiction américaine à l’étranger.

Les États-Unis ont retiré le navire motorisé une heure ou deux après la décision du tribunal, peut-être pour s’assurer que le yacht ne soit pas empêtré dans une autre action en justice.

DailyMail.com a contacté le ministère américain de la Justice pour obtenir des commentaires.

Début mai, le ministère de la Justice a publié une déclaration indiquant que l’Amadea avait été saisi aux Fidji, mais cela s’est avéré prématuré après que les avocats ont fait appel.

Et à l’époque, on ne savait pas immédiatement où les États-Unis avaient l’intention de faire naviguer l’Amadea.

Le directeur des poursuites publiques des Fidji, Christopher Pryde, a déclaré que les questions non résolues du blanchiment d’argent et de la propriété de l’Amadea devaient être tranchées aux États-Unis.

« La décision reconnaît l’engagement des Fidji à respecter les demandes d’assistance mutuelle internationale et les obligations internationales des Fidji », a déclaré Pryde.

Dans des documents judiciaires, le FBI a lié l’Amadea à la famille Kerimov par leur utilisation présumée de noms de code à bord et l’achat d’articles tels qu’un four à pizza et un lit de spa.

Le FBI a déclaré qu’un mandat de perquisition aux Fidji avait révélé des courriels montrant que les enfants de Kerimov étaient à bord du navire cette année et que l’équipage avait utilisé des noms de code – G0 pour Kerimov, G1 pour sa femme, G2 pour sa fille, etc.

Le département a déclaré avoir trouvé un SMS sur le téléphone d’un membre d’équipage disant: « Nous n’allons pas en Russie » suivi d’un emoji « chut ».

Le juge en chef fidjien Kamal Kumar a déclaré le mois dernier que les chances que les avocats de la défense fassent appel que le tribunal supérieur entendrait étaient

Le juge en chef fidjien Kamal Kumar a déclaré le mois dernier que les chances que les avocats de la défense fassent appel que le tribunal supérieur entendrait étaient « nulles à très minces ».

Le navire de 350 pieds de long, à peu près la longueur d'un terrain de football, comprend un vivier de homards vivants, un piano peint à la main, une piscine et un grand héliport.

Le navire de 350 pieds de long, à peu près la longueur d’un terrain de football, comprend un vivier de homards vivants, un piano peint à la main, une piscine et un grand héliport.

Le navire de 350 pieds de long, à peu près la longueur d’un terrain de football, comprend un vivier de homards vivants, un piano peint à la main, une piscine et un grand héliport.

L’avocat Feizal Haniff, qui représentait le propriétaire du papier Millemarin Investments, avait soutenu que le propriétaire était un autre Russe riche qui, contrairement à Kerimov, ne fait pas face à des sanctions.

Les États-Unis ont reconnu que les documents semblaient montrer que Khudainatov était le propriétaire, mais ont déclaré qu’il était également le propriétaire du papier d’un deuxième superyacht encore plus grand, le Scheherazade, qui a été lié au président russe Vladimir Poutine.

Khudainatov est l’ancien président-directeur général de Rosneft, la société pétrolière et gazière russe contrôlée par l’État.

Les États-Unis se sont demandé si Khudainatov pouvait vraiment se permettre deux superyachts d’une valeur totale de plus d’un milliard de dollars.

« Le fait que Khudainatov soit considéré comme le propriétaire de deux des plus grands superyachts jamais enregistrés, tous deux liés à des personnes sanctionnées, suggère que Khudainatov est utilisé comme propriétaire de paille propre et non autorisé pour dissimuler les véritables propriétaires bénéficiaires », a déclaré le FBI. écrit dans un affidavit du tribunal.

Des documents judiciaires indiquent que l’Amadea a éteint son transpondeur peu de temps après que la Russie a envahi l’Ukraine et a quitté les Caraïbes par le canal de Panama pour se rendre au Mexique, arrivant avec plus de 100 000 dollars en espèces.

Il a ensuite parcouru des milliers de kilomètres à travers l’océan Pacifique jusqu’aux Fidji.

Le ministère de la Justice a déclaré qu’il ne croyait pas que les documents montrant que l’Amadea se dirigeait ensuite vers les Philippines, arguant qu’il était vraiment destiné à Vladivostok ou ailleurs en Russie.

Les États-Unis ont déclaré que Kerimov avait secrètement acheté l’année dernière Amadea, battant pavillon des îles Caïmans, par l’intermédiaire de diverses sociétés écrans.

Kerimov a fait fortune en investissant dans le producteur d’or russe Polyus, le magazine Forbes évaluant sa valeur nette à 14,5 milliards de dollars.

Les États-Unis l’ont d’abord sanctionné en 2018 après avoir été détenu en France et accusé de blanchiment d’argent là-bas, arrivant parfois avec des valises bourrées de 20 millions d’euros.

[ad_2]

Laisser un commentaire