Un professeur du SDSU partage son expertise en matière de jazz lors d’un voyage à Cuba

[ad_1]

SDSU Marketing et communications

BROOKINGS — Un membre du corps professoral de l’Université d’État du Dakota du Sud a partagé son amour du trombone et de la musique jazz plus tôt ce semestre dans une partie du monde que peu de gens connaîtront de première main.

Pour la troisième fois de sa carrière musicale, Bradley Snyder, professeur de cuivres graves à l’École des arts du spectacle, s’est rendu à Cuba pour se produire, éduquer et apprendre auprès d’étudiants, d’enseignants et de musiciens professionnels.

Du 21 au 28 janvier, Snyder était à Santiago de Cuba, dans le sud-est de Cuba, en tant que membre d’un ensemble de jazz invité à se produire parmi les groupes vedettes du Festival international de jazz Jazz Plaza.

Bien que les Américains ne puissent pas se rendre à Cuba pour des activités touristiques, les voyages relevant de 12 zones sont couverts par une licence générale délivrée par le Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor. Ces domaines comprennent des activités éducatives ; représentations publiques, cliniques, ateliers, compétitions et expositions sportives et autres ; et des recherches professionnelles et des rencontres professionnelles.

Ce voyage d’ensemble de jazz a été coordonné par Michael Davison, professeur de musique à l’Université de Richmond, et Mark Lusk, professeur de trombone à la Pennsylvania State University. Le big band comprenait des musiciens américains professeurs d’université, ainsi que des musiciens professionnels qui se sont produits à Broadway et avec d’autres artistes célèbres.

Originaire de Pittsburgh, Snyder a rejoint la faculté du SDSU à l’automne 2022. Il a obtenu son doctorat de la Florida State University, sa maîtrise de la Shepherd School of Music de la Rice University et son baccalauréat de la Pennsylvania State University.

Avant de rejoindre le SDSU, Snyder a été tromboniste basse de l’Orchestre Symphonique d’Ocala pendant quatre saisons. Il s’est produit avec des orchestres symphoniques et d’autres ensembles dans tout le sud des États-Unis. En dehors de son enseignement et de ses performances, Snyder est un arrangeur actif pour des ensembles de trombones et de cuivres graves.

Ce voyage était la première fois que Snyder se produisait au Festival international de jazz. Ses deux voyages précédents en 2016 et 2017 comprenaient des performances avec un quintette de trombones de jazz et un chœur de trombones de 16 musiciens. Les voyages de Snyder à Cuba ont commencé par une connexion via son ancien professeur à Penn State.

Lors du voyage 2024, l’ensemble de jazz a donné trois concerts formels. Le premier a eu lieu au légendaire Iris Jazz Club, le deuxième à la salle de concert Sala Dolores et le dernier au siège de l’UNEAC, qui se traduit par l’Union nationale des écrivains et artistes de Cuba. De plus, l’ensemble a donné un concert informel au Conservatoire de Musique Estaban Salas.

« Au conservatoire, nous avons eu la chance de participer à des master classes spécifiques aux instruments avec les étudiants et les professeurs. Au cours de notre discussion avec les étudiants, nous avons abordé un large éventail de sujets spécifiques au trombone, notamment l’interprétation des styles de jazz américains, le fait de jouer dans la section de trombone d’un ensemble de jazz, l’initiation à l’improvisation jazz et les principes fondamentaux du jeu du trombone », a déclaré Snyder. .

Snyder a déclaré que l’un des aspects les plus gratifiants du voyage à Cuba est d’avoir l’opportunité de passer du temps avec les étudiants, les enseignants et les musiciens professionnels qui y vivent.

« Au cours de notre voyage, nous avons pu nous asseoir avec deux professeurs de trombone (l’un de Santiago de Cuba et l’autre de la ville voisine de Camaguey), et parler non seulement de pédagogie du trombone, mais aussi de musique et de ce que la musique signifie non seulement pour eux, mais au peuple cubain dans son ensemble.

Le voyage s’est terminé par quelque chose qui est devenu une tradition pour les musiciens américains. Les membres de la section trombone ont rencontré l’orchestre communautaire local qui se produit au Parque Cespedes tous les samedis à 17 heures.

« Cela a toujours été une activité préférée des membres du groupe car cela nous offre l’opportunité de renouer, à la fois musicalement et personnellement, avec certains des trombonistes avec lesquels nous avons pu travailler au cours de la dernière décennie. L’expérience que j’ai vécue à Cuba continuera d’inspirer mon enseignement et ma musicalité pendant de nombreuses années à venir », a déclaré Snyder.

Le voyage musical et éducatif de Snyder à Cuba est une forme de rayonnement international et s’inscrit dans le cadre du travail du corps professoral en matière de recherche, d’érudition et d’activité créative.

«Cela continue d’ajouter à la polyvalence des styles de musique que j’interprète et que je connais, et que je peux partager avec les étudiants. C’est vraiment une expérience qui change la vie d’y aller parce que les ressources dont dispose le peuple cubain sont radicalement différentes de celles dont nous disposons », a déclaré Snyder.

« Mais ce que le peuple cubain possède et qu’il ne perd jamais de vue, c’est sa passion pour sa musique et sa culture. Peu importe ce qui se passe dans leur vie, il y a un amour pour la musique qui leur tient à cœur. … Une grande partie du jazz américain est enracinée dans la musique cubaine.



[ad_2]

Laisser un commentaire