Un président américain aux connaissances particulières

[ad_1]

La critique des pratiques turques par la communauté internationale est une caractéristique récurrente de la politique mondiale. Rien que cet été, les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont condamné l’annonce du président Recep Tayyip Erdogan de rouvrir davantage la station balnéaire abandonnée de Varosha à Chypre occupée par les Turcs et ont convenu qu’aucune action ne devrait être menée qui ne soit conforme aux résolutions pertinentes.

La conjoncture actuelle est critique pour l’équilibre des pouvoirs en Méditerranée orientale. La pression sur le président américain Joe Biden de la part de plusieurs sénateurs américains pour qu’il agisse contre les provocations turques augmente ainsi. La bonne nouvelle pour la Grèce et la République de Chypre est que Biden a une connaissance particulière de la situation. L’ancien ministre grec des Affaires étrangères Dimitrios Bitsios raconte une histoire intéressante dans ses mémoires.

En 1977, Biden, alors jeune sénateur démocrate du Delaware qui avait prêté serment pour la première fois en 1973, a participé à la commission des relations étrangères chargée de poser quelques questions au diplomate américain William Everett Schaufele Jr et de confirmer sa nomination comme ambassadeur en Grèce. Lorsque Biden a interrogé Schaufele sur les tensions gréco-turques en mer Égée, ce dernier a utilisé le lemme « inhabituel » pour décrire la proximité des îles grecques avec les côtes turques. Helen Vlachos, révèle un article du New York Times de 1977, faisait partie des critiques dans le discours médiatique de l’utilisation de ce lemme par Schaufele. L’ambassadeur de Grèce à Washington Menelaos Alexandrakis s’est plaint au département d’État en expliquant la position grecque à une période où la Turquie enrichissait ses revendications égéennes. Schaufele n’a jamais été affecté à Athènes, bien qu’il ait déjà été sélectionné par le président Jimmy Carter.

En 2008, en tant que colistier du candidat démocrate à la présidentielle Barack Obama, Biden s’est entretenu avec Kathimerini et a appelé au retrait complet des troupes turques du nord de Chypre. Six ans plus tard, il est devenu le premier vice-président américain – après le voyage de Lyndon Johnson en 1962 – à se rendre à Chypre. Biden a souligné la valeur que les États-Unis attachaient à leur coopération croissante avec la République de Chypre, a élaboré sur la réunification de l’île en tant que fédération bizonale et bicommunautaire et a encouragé les pourparlers entre les deux communautés sur un paquet pour Varosha, que Washington faciliterait.

Alors qu’il était candidat à la présidentielle en 2020, une déclaration publiée par sa campagne était intitulée « La vision de Joe Biden pour les Grecs américains et les relations américano-grecques ». Entre autres choses, cette déclaration a dénoncé un comportement turc qui violait le droit international et contrevenait aux engagements de l’OTAN. Dans ce contexte, les attentes ne pouvaient qu’être élevées pour la politique étrangère américaine en Méditerranée orientale sous Biden en tant que président. Les conditions sont difficiles et la Turquie est différente. Cependant, la détermination de Biden à réussir et à remporter des succès en politique étrangère dans la région turbulente reste inchangée.


Dr George Tzogopoulos, est maître de conférences à l’Institut européen de Nice (CIFE) et chercheur principal à la Fondation hellénique pour la politique européenne et étrangère (ELIAMEP) et le Centre d’études stratégiques Begin-Sadate.

[ad_2]

Laisser un commentaire