Un parlement français « ingouvernable » pour contrecarrer la campagne de réforme d’Emmanuel Macron

[ad_1]

« Ingouvernable! » lire la première page du Parisien sur l’état de la France au lendemain de la tenue du deuxième et dernier tour des élections législatives.

Le quotidien populaire a capturé l’ambiance après que le président Emmanuel Macron a perdu sa majorité à l’Assemblée nationale et s’est retrouvé face à des blocs parlementaires de gauche et d’extrême droite déterminés à saboter ses réformes économiques, y compris une refonte du système de retraite.

« C’est le pire des scénarios pour Macron », a déclaré Vincent Martigny, professeur de sciences politiques à l’université de Nice. « La culture politique française n’est pas favorable aux parlements sans majorité. . . Nous n’avons pas l’habitude de faire des compromis.

C’est la première fois depuis 1988 que des élections ne parviennent pas à générer une majorité absolue à l’assemblée. Macron sera contraint de conclure des accords avec des rivaux politiques – très probablement les conservateurs Les Républicains (LR) – s’il veut faire adopter des lois telles que celle dont il aurait besoin pour promulguer son plan impopulaire visant à augmenter l’âge officiel de la retraite de 62 à 65 ans. .

Mais les analystes doutent que Macron puisse faire beaucoup de progrès avec le parlement actuel. Il pourrait remplacer sa première ministre Élisabeth Borne en clin d’œil aux piètres résultats de son parti, et serait tenté de dissoudre l’assemblée et de convoquer de nouvelles élections dans un an ou deux, comme le permet la constitution.

Quels que soient ses choix, il est peu probable que le dirigeant ravive l’enthousiasme réformiste libéral qui a marqué le début de son premier mandat après son arrivée au pouvoir en 2017.

Élisabeth Borne, première ministre, s'adresse aux médias
Élisabeth Borne, première ministre, sous pression après des résultats électoraux décevants © Ludovic Marin/AFP/Getty Images

« Macron ne pourra pas poursuivre les objectifs de politique économique qu’il a promis pendant la campagne, car il doit faire trop de compromis », a déclaré Armin Steinbach, professeur de droit et d’économie à HEC Paris. « Son programme de réforme sera beaucoup moins ambitieux que prévu. »

Même la réforme des retraites sera probablement édulcorée, a déclaré Steinbach, tandis que les politiques les plus faciles à faire adopter seront celles impliquant plus de dépenses plutôt que moins – investir dans les énergies renouvelables, par exemple, ou subventionner les consommateurs touchés par l’inflation – car elles sont plus susceptibles de être approuvé par les partis d’opposition.

Pour les réformes plus dures, Macron pourrait essayer de trouver un arrangement avec LR, qui a obtenu 61 sièges, pour disposer d’une majorité de travail à l’assemblée. L’alliance du président Ensemble, qui a remporté 245 sièges, et LR sont tous deux favorables aux entreprises et s’accordent sur des politiques telles que la réduction des taxes à la production qui irritent l’industrie française.

« Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’il ne se passera rien », a déclaré Xavier Jaravel, professeur d’économie à la London School of Economics. « Il y aura des mesures pour contrer la [inflation] crise, par exemple. Mais la préoccupation est de savoir si nous pouvons changer les choses à long terme.

Vous voyez un instantané d’un graphique interactif. Cela est probablement dû au fait que vous êtes hors ligne ou que JavaScript est désactivé dans votre navigateur.


Certains voient une doublure argentée pour la démocratie française – en proie à une forte abstention des électeurs – sinon pour son économie. L’élection de centaines de nouveaux députés issus de partis qui se plaignaient auparavant d’une sous-représentation pourrait montrer à des électeurs jusque-là désabusés qu’ils peuvent faire entendre leur voix même dans un système électoral sans représentation proportionnelle.

« Contrairement à ce que beaucoup de gens disent, c’est une démonstration que le scrutin majoritaire à deux tours [winner takes all] système ne produit pas nécessairement des résultats qui ne reflètent pas l’opinion publique », a déclaré Anne Levade, experte en droit constitutionnel à l’université de la Sorbonne. « Les partis d’opposition vont-ils systématiquement s’opposer à tout et rendre impossible la gouvernance du pays, ou vont-ils prendre des positions qui permettent de gouverner le pays ? Leur crédibilité est en jeu. »

Lors des élections législatives de 2017, le Rassemblement national d’extrême droite a remporté huit des 577 sièges à l’Assemblée nationale alors que Marine Le Pen a obtenu 34 % des voix lors du second tour présidentiel cette année-là. Cette fois, il en a remporté 89.

Quant à la gauche, son soutien lors des élections précédentes a été divisé entre différents partis, la laissant avec peu de députés. Cette fois, le politicien d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon a forgé une alliance gauche-vert qui est devenue le plus grand groupe d’opposition.

Rachel Keke, candidate de France Insoumis, fait campagne à Paris
Rachel Keke, femme de chambre d’hôtel et membre du parti France Insoumise, fait campagne à Paris la semaine dernière : l’alliance gauche-vert est devenue le plus grand groupe d’opposition © Thibault Camus/AP

La nouvelle vague de députés de droite et de gauche vient d’horizons plus divers, selon les analystes. Alors que la cohorte de nouveaux députés de Macron en 2017 comprenait de nombreuses femmes et étaient pour la plupart très instruites et de la classe moyenne, le nouveau contingent comprend des travailleurs tels que Rachel Keke, une femme de chambre d’hôtel. Le membre du parti France Insoumise de Melenchon a mené une longue grève syndicale sur les conditions de travail dans un hôtel Ibis de la périphérie parisienne. L’un de ses collègues est l’étudiant de 21 ans Louis Boyard, l’un des deux plus jeunes députés de l’histoire de France.

« Je pense que les Français ont demandé un grand renouvellement de leur démocratie », a déclaré Martigny. « Ce sera un tout nouveau parlement. Ce qui est nouveau, c’est l’incroyable renouveau social. . . Macron a appelé son [campaign] livre Révolution, mais ce que nous avons vu était en fait très conservateur.

Macron, qui a réussi à se remettre des revers politiques, risque maintenant d’être victime de la malédiction du président en difficulté du second mandat qui a affligé Charles de Gaulle, François Mitterrand et Jacques Chirac, a ajouté Martigny : « C’est le début de son mandat et il semble comme la fin déjà. C’est très difficile de voir comment il va rebondir.

[ad_2]

Laisser un commentaire