Un pare-chocs d’une année touristique en Grèce, malgré la pandémie

[ad_1]

Les Allemands constituent le plus grand marché du tourisme en Grèce. Le promoteur du tourisme du gouvernement grec, l’Organisation nationale du tourisme grec (GNTO) cible actuellement 10 villes allemandes avec une tournée de présentation pour mettre en valeur les attractions du pays.

L’initiative fait partie des efforts visant à promouvoir le tourisme toute l’année en Grèce.

À l’aide d’Expipoint, une nouvelle entreprise privée qui se décrit comme un outil de communication pour l’industrie du voyage et son personnel, GNTO a lancé le roadshow dans la première quinzaine de novembre. Il est allé à Düsseldorf, Dortmund, Münster, Cologne, Aix-la-Chapelle, Munich, Nuremberg, Francfort, Mannheim et Stuttgart.

Expipoint vise à mettre en réseau les différents acteurs de l’industrie du tourisme, tels que les agences de voyages, les compagnies aériennes, les promoteurs nationaux et leur personnel. Expipoint se décrit comme « une plate-forme Internet où nous connectons les agents de voyages et les partenaires de voyage (hôtels, compagnies aériennes, etc.). En leur donnant la possibilité de se connecter grâce à des outils de communication numérique conçus en interne, notre objectif est d’établir une communication directe entre eux.

Une trentaine d’agences de voyages ont participé au récent roadshow allemand.

LIRE LA SUITE: La colère grecque éloigne les touristes allemands

En juillet, les voyageurs allemands ont principalement séjourné en Grèce, en Espagne et en Turquie.

Pendant ce temps, le gouvernement grec a signalé que le retour du tourisme cette année a dépassé toutes les attentes et qu’il vise les chiffres pré-Corona pour l’année prochaine, bien que la pandémie reste un risque, avec une inquiétude particulière concernant la nouvelle variante Omicron d’Afrique du Sud.

Au début de l’année, les perspectives semblaient sombres. La Grèce a ouvert ses portes à la mi-mai. Mais les hôteliers et les hôtes de taverne ont été compensés au second semestre par un afflux inattendu de visiteurs et un « automne doré ».

L’été grec semblait ne pas vouloir se terminer cette année. Alors que la saison se terminait auparavant en octobre, de nombreux voyagistes et compagnies aériennes de vacances ont prolongé cette année leurs programmes en Grèce jusqu’à fin novembre.

En fait, une raison pour l’industrie grecque d’entrer en 2022 avec confiance.

« Cette saison s’est bien passée et les perspectives pour l’année prochaine sont encore meilleures », a déclaré le ministre grec du Tourisme, Vasilis Kikilias.

LIRE LA SUITE: Le tourisme allemand en Grèce à la hausse

La nouvelle saison ouvrira déjà en mars, deux mois plus tôt que cette année.

Mais un grand point d’interrogation plane sur tout cet optimisme : comment va évoluer la pandémie ?

Personne ne connaît mieux les risques que Kikilias. Avant de prendre en charge le ministère du Tourisme fin août, il a géré la stratégie Corona du gouvernement en tant que ministre de la Santé.

En été, il semblait encore que la Grèce maîtrisait la pandémie. Fin juin, l’incidence sur sept jours est tombée à 25. Pendant ce temps, elle est à 461.

Depuis une semaine, l’institut allemand Robert Koch, qui surveille la maladie, a de nouveau classé la Grèce comme zone à haut risque. C’est un frein à l’enthousiasme pour les voyages.

Pourtant, l’industrie grecque du tourisme espère être liée au succès de cette année. Le retour a été meilleur que prévu. La Banque de Grèce, la banque centrale, rapporte qu’au cours des neuf premiers mois, 11,6 millions de visiteurs sont venus, près de 90 % de plus qu’au cours de l’année de crise 2020.

LIRE LA SUITE: Le Conseil mondial du voyage et du tourisme honore le tourisme grec

Le groupe le plus important était les Allemands avec 2,1 millions. Le boom s’est même accéléré en octobre. Le nombre d’arrivées par voie aérienne a augmenté de 127 % par rapport à l’année précédente.

Certaines îles grecques rapportent déjà des records. En octobre, Santorin a reçu 55% de vacanciers de plus que lors de sa meilleure année précédente 2019. Mykonos a également signalé plus de visiteurs en automne qu’avant la pandémie.

Les calculs préliminaires montrent que la Grèce pourrait s’attendre à 19 millions de visiteurs étrangers cette année, 60% de plus que l’année dernière.

C’est surtout grâce au rebond du tourisme que la Grèce est cette année l’un des champions de la croissance en Europe. L’UE prévoit une croissance de 7,1 pour cent de son produit intérieur brut cette année. Il s’attend à ce que seules l’Irlande, la Croatie et la Hongrie développent leurs économies. Les analystes indépendants sont encore plus optimistes : l’agence de notation Scope et la Bank of America tablent sur une croissance de 8,6 %, le Citigroup même de 8,8 %.

Non seulement le nombre de visiteurs augmente mieux que prévu, mais leurs dépenses aussi. La banque centrale rapporte que cette année, chaque touriste a dépensé 632 euros (998 AUD), contre 535 euros (845 AUD) en 2019.

Cette augmentation reflète une tendance à des vacances plus longues et à des hôtels plus chers. Après les fermetures, il semble que de nombreux vacanciers s’adonnent à des séjours plus longs et plus luxueux. Cela profite principalement aux secteurs de l’hôtellerie à prix élevé.

La banque nationale grecque a annoncé une augmentation de 139% des revenus du tourisme par rapport à 2020 au cours des trois premiers trimestres. Jusqu’à fin septembre, 8,76 milliards d’euros (14 milliards AUD) sont entrés dans le pays, plus que les huit milliards (13 milliards AUD) visés pour l’ensemble de l’année. Il pourrait s’élever à près de 12 milliards d’euros (19 milliards AUD) d’ici la fin de l’année.

Cela plaira au ministre grec des Finances Christos Staikouras, car le tourisme est un moteur de croissance majeur. Les bonnes années, il génère environ un cinquième du produit national brut.

Les perspectives de croissance de la Grèce pour l’année prochaine sont également bonnes. La Commission européenne attend 5,2%. Avec cela, le pays pourrait revenir au niveau d’avant-crise dans ses performances économiques.

La tenue de ces pronostics dépend en grande partie du tourisme. Le président de la Confédération grecque du tourisme (SETE), Yiannis Retsos, suggère que l’année prochaine, la Grèce pourrait à nouveau atteindre le record de tous les temps en 2019. L’industrie l’avait prévu au plus tôt en 2023.

Premier vendeur de voyages de l’industrie allemande, Tui suppose que l’été prochain atteindra « entièrement ou presque » le niveau d’avant la crise de 2019. Les réservations en Grèce pour 2022, comme cette année, sont parmi les destinations les plus réservées par les Allemands.

Les experts du secteur y voient un succès du concept touristique grec. « L’accent post-Corona est mis sur l’individualisation des vacances, sur les activités de loisirs et sur des lieux moins connus et pas encore inexplorés », a déclaré Ioanna Dretta, PDG de Marketing Greece, une initiative à but non lucratif de la Confédération grecque du tourisme et de la Confédération hellénique. Chambre des Hôtels.

À cette fin, elle voit la Grèce bien équipée avec ses complexes hôteliers, ses hôtels de charme et ses maisons d’hôtes familiales et sa grande variété de paysages et de culture.
Mais Corona reste la plus grande menace. En raison de l’évolution actuelle des infections, la demande a quelque peu baissé, explique Christoph Führer, directeur du prestataire spécialisé dans les voyages aller-retour et les voyages de groupe, Leitner Reisen. Le deuxième plus grand fournisseur de voyages d’Allemagne, DER Touristik, constate également une baisse des réservations causée par l’augmentation spectaculaire des infections à Corona. « Les gens sont toujours dans l’attentisme », explique leur responsable Europe centrale, Ingo Burmester.

En plus de l’augmentation générale actuelle des infections, la nouvelle variante virale qui est apparue en Afrique du Sud est préoccupante. La Grèce a renforcé les restrictions. Dans le commerce de détail et l’hôtellerie de plein air, les personnes doivent être vaccinées, récupérées ou fraîchement testées, dans la gastronomie d’intérieur, vaccinées et récupérées demandent l’entrée.

Pour les personnes de plus de 60 ans, les certificats de vaccination deviennent invalides sept mois après la vaccination, à moins qu’ils n’aient reçu un rappel.
« Vacciner, vacciner, vacciner », tel est le mantra du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. Avec cela, il espère non seulement sauver l’entreprise de Noël, mais aussi la saison des voyages 2022.

Il n’y aura « certainement » pas de nouveau confinement, assure le gouvernement. Mais qu’y a-t-il de sûr dans cette pandémie ?

[ad_2]

Laisser un commentaire