Un homme demande une ordonnance du tribunal pour que sa fille se fasse vacciner contre le COVID-19 après que son ex-femme s’est « fortement opposée » au vaccin


SINGAPOUR : Un homme a déposé une requête en justice pour ouvrir la voie à sa fille de 16 ans pour qu’elle se fasse vacciner contre le COVID-19, après que son ex-femme, qui partage la garde partagée de l’adolescente, se soit « fortement opposée » au vaccin.

Les parties impliquées dans l’affaire ne peuvent être nommées car l’enfant est mineur.

Selon l’assignation introductive d’instance, l’homme demande une décision de justice pour permettre à sa fille de se faire vacciner, et pour que son ex-femme supporte les frais de sa demande.

Dans les documents du tribunal de la famille consultés par l’AIIC, l’homme et l’accusé se sont mariés en 2003 à Singapour. L’homme est un résident permanent de Singapour et son ex-femme est une Singapourienne.

Il a demandé le divorce en 2015 après avoir vécu séparé de son épouse pendant trois ans, et le couple a obtenu la garde conjointe de leur fille aux termes du jugement provisoire.
Il s’est remarié depuis.

Dans l’affidavit de l’homme, il a écrit qu’il n’y avait eu aucun problème de garde, de soins et de contrôle jusqu’à récemment.

« Je suis vacciné et je souhaite que (ma fille) le soit aussi », a-t-il écrit. « C’est surtout après que le gouvernement a annoncé la politique actuelle de vivre avec le virus qui s’accompagne de la récente augmentation du nombre de cas de COVID-19 à Singapour. »

La plupart de ses camarades de classe ont également été vaccinés contre COVID-19, a écrit l’homme dans son affidavit.

Il a déclaré qu’il pensait qu’il serait dans l’intérêt de sa fille de se faire vacciner contre le COVID-19, mais que son ex-femme « s’y oppose fermement ».

Selon lui, le couple a eu de nombreuses discussions sur la question mais n’a pas été en mesure de résoudre le problème à l’amiable.

« Je n’ai d’autre choix que de demander à ce tribunal honorable de modifier l’ordonnance par consentement pour me permettre de prendre une décision concernant la vaccination (de ma fille) », a-t-il écrit.

L’homme est représenté par l’avocat Chung Ting Fai.

LETTRE DE LA FILLE

À l’affidavit était jointe une lettre de la fille de l’homme, dans laquelle elle exprimait son désir de se faire vacciner contre la COVID-19.

« En raison de l’augmentation du nombre de cas communautaires ces dernières semaines, je suis devenue plus inquiète pour ma santé et celle de ceux qui m’entourent », a-t-elle écrit.

« Je veux m’immuniser contre le virus donc même dans le cas où je l’attrape, mes chances de tomber gravement malade sont inhibées. »

Elle a également ajouté quelques motivations personnelles pour se faire vacciner, telles que ses espoirs de voyager, d’avoir une vie sociale et de dîner au restaurant et de regarder un film.

Mercredi matin (6 octobre), la mère de l’adolescent n’avait pas encore répondu à l’action en justice.



Source link

Laisser un commentaire