Un gel soudain perturbe la chaîne d’approvisionnement sur la route maritime du nord de la Russie


glace de mer
Image de fichier avec l’aimable autorisation de Rosatomflot

Publié le 25 novembre 2021 à 14:34 par

L’observateur de Barents

[By Atle Staalesen]

L’accumulation rapide de glace de mer sur la route maritime du Nord crée une situation potentiellement critique le long de la côte est de l’Arctique russe. Depuis plusieurs semaines, plusieurs navires sont piégés dans une épaisse banquise.

Plusieurs navires attendaient également de naviguer dans la région. Pendant de nombreux jours, le Tiksi, Yamal Ibris, I. Trubin, Polar King et Archenevski se trouvaient dans la mer de Kara en attendant l’aide d’un brise-glace vers leur destination. À bord des navires se trouvaient des milliers de tonnes d’équipements nécessaires aux autorités locales et aux entreprises de la région de Tchoukotka.

Cependant, aucun des navires n’atteindra leur destination. Mi-novembre, ils ont tous rebroussé chemin vers l’ouest et s’apprêtent maintenant à rejoindre Arkhangelsk où la cargaison sera déchargée.

Selon les autorités régionales de Tchoukotka, un remplaçant viendra début janvier lorsque le porte-conteneurs à propulsion nucléaire Sevmorput apportera la cargaison à destination.

Le porte-conteneurs à propulsion nucléaire Sevmorput aidera à livrer des marchandises aux villes de la côte est de l’Arctique. Photo: Rosatomflot

L’accord a été conclu lors d’une réunion avec Rosatom, informe le gouvernement de Chukotka.

La situation difficile dans la région aurait été discutée à un niveau fédéral élevé. Sans les livraisons, les sociétés éloignées pourraient se retrouver en crise.

À bord des navires qui se rendaient d’Arkhangelsk à Chukotka se trouvaient des charges de matériaux de construction pour plusieurs grands projets industriels de la région, parmi lesquels le projet de traitement du minerai de Baimsky et le projet aurifère de Kekura. Les navires transportent également des matériaux pour la nouvelle ligne électrique entre Pevek et Bilibino, ainsi que la nouvelle piste d’atterrissage de l’aéroport de Pevek.

En outre, les cinq navires transportaient également des biens de consommation pour la population locale, informe le gouverneur régional Roman Kopek sur sa page Instagram. Les navires auraient également transporté du matériel pour la centrale nucléaire Akademik Lomonosov à Pevek.

« Akademik Lomonosov » est amarré à une jetée spécialement construite à Pevek. Photo : Rosatom

La région reculée de Chukotka dépend entièrement des livraisons par bateaux.

Les conditions de glace compliquées sur la route maritime de l’Arctique russe ont pris les expéditeurs par surprise. Les eaux le long des parties orientales de la route maritime étaient déjà couvertes de glace fin octobre, soit plusieurs semaines plus tôt que la normale. Début novembre, il était presque impossible de traverser la région sans l’aide d’un puissant brise-glace.

Parmi les navires qui ont passé les dernières semaines dans la capture des glaces, le vraquier finlandais Kumpula, qui a quitté le port coréen de Busan le 28 octobre et devait arriver à Skagen, au Danemark, le 22 novembre. Début novembre, le navire de 197 mètres de long doté de la classe glace Arc4 a navigué dans le détroit de Béring et dans la mer de Tchoukotka, d’où il a été escorté par le brise-glace nucléaire Vaigach dans la mer de Sibérie orientale.

La Kumpula dans les eaux glacées. Photo : Expédition ESL

Les Vaigach escorté Kumpula avec pétrolier Vladimir Roussanov et cargos Selenga et Projet Severnyi à un endroit au nord des îles de Nouvelle-Sibérie où les navires ont été abandonnés. Le brise-glace a ensuite navigué pour secourir d’autres navires dans la région.

Parmi eux se trouvaient les vraquiers UHL Vision, Golden Suek, Golden Pearl, Nordic Quinngua et Nuluujaak nordique. Ces navires ont été amenés le 20 novembre vers les eaux libres de glace de la mer de Tchoukotka, informe la compagnie d’énergie nucléaire Rosatom.

Le Nordic Quinngua escorté hors de la mer de Sibérie orientale. Photo : Rosatom

Les Vaigach par la suite mis le cap sur Pevek où il a pris l’escorte de trois cargos. Le convoi naviguait le 24 novembre au nord des îles de Nouvelle-Sibérie.

vraquier finlandais Kumpula a été piégé pendant des semaines au nord de la mer de Nouvelle-Sibérie avec trois autres navires. Pendant ce temps, le Kumpula et les trois autres navires devront attendre encore plusieurs jours dans la nuit polaire noire avant d’être secourus.

L’armateur ESL Shipping n’a pas répondu à une demande de commentaire sur cette histoire.

Selon Rosatom, brise-glace nucléaire 50 Laissez Pobedy viendra en aide début décembre et peu de temps après aussi le tout nouveau Arktika sera prêt à servir dans la région.

À l’heure actuelle, Rosatom dispose de trois brise-glaces opérant dans la région. Tandis que le Vaygach est occupé à escorter des navires hors de la mer de Sibérie orientale, le Taymyr brise la glace dans le golfe d’Ienisseï et le Yamal dans le golfe de l’Ob. De plus, les moteurs diesel Novorossiisk brise la glace dans la mer de Chukotka.

Atle Staalesen est journaliste et éditeur de l’Independent Barents Observer. En 2002, il fonde le Barents Observer. Il a été rédacteur en chef jusqu’en 2009 et a ensuite travaillé comme journaliste et coordinateur de projets pour plusieurs projets de coopération transfrontalière européenne. Atle est diplômé en études russes de l’Université d’Oslo et a étudié le journalisme à l’Université d’État de Moscou.

Cet article est publié avec l’aimable autorisation de The Barents Observer et peut être trouvé dans sa forme originale ici.

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur et pas nécessairement celles de The Maritime Executive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *