Un couple d’aventuriers s’arrête à Outlook lors d’un tour en moto


Vous ne vivez qu’une fois, alors ces deux-là ont décidé de saisir la vie par les hanches.

PERSPECTIVES – Il y a de fortes chances que nous ayons tous déjà entendu ce genre d’histoire.

Quelques personnes emballent tout et prennent la route, à la recherche d’aventures à travers le paysage canadien. C’est une belle histoire, et elle suscite toujours un peu de jalousie chez les gens qui se rassemblent pour écouter l’histoire.

Mais avez-vous déjà entendu parler de deux personnes qui le font en hiver… sur des motos side-car, rien de moins ?

C’est exactement ce que font actuellement Robby Knecht et Magali Habouzit. Le couple international – Robby est franco-suisse et Magali est française – attire les regards et l’attention avec le road trip massif, transfrontalier et transfrontalier qu’ils entreprennent depuis décembre 2021. Inspiré par le regretté Hubert Kriegel, un un autre motard de side-car qui a vendu tout ce qu’il avait en 2005 pour parcourir le monde dans ce qu’il a appelé  » The Timeless Ride « , le couple a documenté leurs voyages en ligne via Facebook et YouTube avec une paire de pages animées appelées  » Robby 3 Wheels « . Les gens peuvent également en savoir plus sur le parcours intéressant de Robby sur son site Web à l’adresse robby3w.ch.

Un gars, une fille et leurs side-cars. Où aller, chérie ?

Eh bien, qu’en est-il de la France, de l’Italie et de l’Allemagne ? Que pensez-vous de la Norvège, ainsi que de la Suède, de la Finlande et de la Russie ? Pourquoi ne pas traverser la Pologne, la Croatie et la Grèce aussi ?

Les listes de contrôle de vacances de la plupart des gens contiennent des choses comme des vêtements, des fournitures et des produits d’épicerie. L’itinéraire de Robby et Magali ressemble plus à un atlas ou à un globe de classe.

vélocouple05
Le chemin parcouru par ce couple est tout simplement incroyable. Photo : Derek Ruttle/Les perspectives

Arrivés avec leurs vélos intégrés Siberia Ural Ranger au Canada en octobre afin de reprendre leur voyage dans le monde, cette fois dans le Grand Nord blanc, le duo a vu des choses incroyables et uniques et a fait l’expérience de notre typique Amabilité canadienne et hospitalité accueillante. Leur arrivée dans Outlook de tous les lieux le vendredi 6 janvier était complètement aléatoire, une recommandation de quelqu’un à qui ils avaient parlé quelques jours plus tôt qui leur avait dit qu’ils devaient prendre dans la communauté riveraine lorsque le couple se retrouvait sans logement. À cette arrivée, leur moyen de transport a attiré plus de quelques regards errants sur Franklin Street, garés devant le Motor Hotel, certaines personnes sortant de leur véhicule afin de voir de près les vélos uniques.

Assis pour une bière avec Robby et Magali, leur histoire doit être entendue pour être crue. À ce stade, en arrivant à Outlook, ils ont parcouru 13 360 km à travers ce grand pays, zigzaguant entre les autoroutes principales, mais préférant les routes secondaires et les routes rurales afin de voir plus de ce que le Canada a à offrir.

L’un des clients du bar de l’hôtel Outlook entame une conversation avec Magali, qui lui dit où ils vont finalement.

« Oh mon Dieu… pas sur ceux-là ?!? » demande le patron, en montrant du doigt l’endroit où se trouvent leurs vélos, plus une déclaration qu’une question.

« Ouais! » dit Magali d’un ton neutre, comme si on le lui avait demandé maintes et maintes fois.

La liste de contrôle de voyage de la paire pourrait les voir perdre un téléphone portable ou deux, mais ils continuent de continuer, faisant de leur mieux pour éviter les autoroutes principales.

« Hier, nous étions à Southey, invités par un couple, et nous sommes allés pêcher sur la glace », a déclaré Magali. « Mon téléphone est tombé dans le lac, haha ! Maintenant, nous nous retrouvons ici dans Outlook. Nous sommes en route pour Airdrie, et nous ne prenons pas les autoroutes ! Nous les trouvons ennuyeuses, surtout avec les camions, alors nous prenons petites routes. »

« Parce que nous roulons lentement, entre 70/80 km/heure », a ajouté Robby. « C’est bon jusqu’ici, nous aimons ce que nous avons vu ! »

« C’est par hasard que nous sommes tombés sur Outlook ! » dit Magali.

Voyageant comme ils le font, effectuant des centaines de clics par jour, Robby dit qu’ils ne s’engagent pas dans des horaires stricts, car leurs plans peuvent parfois changer en un instant, en fonction de l’endroit où ils se trouvent ou si le temps le permet. qu’ils continuent à rouler.

« Nous n’avons aucun plan, aucun itinéraire », a expliqué Robby. « Seulement une direction, mais pas de plans fixes. Nous ne voulons pas faire de plans si nous ne pouvons pas les suivre, comme si nous réservons un hôtel à 300 km, mais nous voulons continuer à rouler, alors vous ‘ Je suis obligé d’arrêter. »

« Habituellement vers 15h00, on regarde sur Google Maps pour voir où on est proche et voir s’ils ont un motel ou un hôtel », a ajouté Magali. « De plus, nous nous retrouvons souvent invités chez les gens, comme les autres motards. »

Robby a été inspiré pour mettre en place cet itinéraire international par quelque chose que le regretté Hubert Kriegel a dit un jour.

« J’avais l’habitude de faire beaucoup de balades dans des paysages et des choses comme ça », a déclaré Robby. « Hubert Kriegel, décédé il y a quatre ans, avait 55 ans lorsqu’il a dit ceci : ‘Je continue à travailler les 10 prochaines années et je serai pauvre après ça. Ou alors, je vends tout ce que j’ai, je pars voyager 10 ans sur mon side-car et je serai pauvre après ça ! Je me suis dit : ‘Mon Dieu, c’est ce que je dois faire !' »

vélocouple03
Robby a été inspiré pour faire ce voyage par le regretté cavalier Hubert Kriegel, qui a commencé un voyage similaire en 2005. Photo : Derek Ruttle/The Outlook

Knecht dit que c’est facile pour lui de monter à cheval en hiver, mais c’est certainement différent de sauter sur un cochon à n’importe quel autre moment de l’année. Pendant ce temps, alors que Magali a dit qu’elle apprenait, elle a eu quelques douleurs de croissance ici et là.

« Je n’ai pas autant d’expérience que Robby, mais j’apprends », a déclaré Magali. « J’apprends à rouler dans la neige, mais je suis resté coincé dans le parc provincial de Moose Mountain! Nous avons dû appeler un tracteur pour me sortir. Nous sommes très bien équipés et nous n’avons pas froid. Je roule généralement tous les jours à partir de 8h30 ou 9h00 environ et jusqu’à 16h00 ou 18h00, et ça marche très bien pour nous. Nous parcourons en moyenne entre 300 et 400 km par jour, et parfois nous en avons fait 500 ou plus. »

Faire autant de kilomètres par jour est impressionnant, surtout avec les arrêts que la paire fait pour filmer, prendre des photos et prendre le temps de parler avec les gens pendant une course à essence.

« Nous prenons également des photos avec notre drone, ce qui peut prendre du temps », a déclaré Robby. « Mais voyager à vélo l’hiver n’est pas nouveau pour moi. J’ai traversé la Norvège en janvier à -30, donc j’ai confiance en notre perspicacité. »

« Parfois, on peut passer une heure dans une station-service juste à parler avec les gens », rigole Magali.

Leur histoire est incroyable jusqu’à présent, mais où tout cela s’arrête-t-il ? Eh bien, Magali et Robby l’ont dit très simplement.

« Nous avons vendu tout ce que nous avions et nous avons décidé de changer nos vies », a déclaré Magali. « La façon dont nous procédons, nous irons jusqu’à ce que nous manquions d’argent et jusqu’à ce que les roues tombent! »

« C’est une nouvelle vie », a déclaré Robby. « Nous avons vendu notre appartement, et nous avons même vendu nos enfants, hahaha !

Pour ces deux passionnés du monde entier, ce sont les gens et les endroits qui ont été les plus mémorables pour eux, et c’est quelque chose qui leur manquera pendant leur séjour au Canada.

vélocouple02
Magali est tout sourire sur son vélo. Photo : Derek Ruttle/Les perspectives

« C’est rencontrer les gens », a déclaré Magali, lorsqu’on lui a demandé quelle avait été la meilleure chose à propos de leur voyage. « Le paysage est incroyable et le Canada est un pays incroyable. Vous avez un si grand espace et vous ne savez pas dans quel luxe vous vivez ! C’est pour les yeux, mais pour le cœur, ce sont les gens ; ils sont tout simplement incroyable. C’est difficile pour nous de partir.

« Beaucoup de gens nous ont invités à dormir chez eux et à manger avec eux », a déclaré Robby. « Les gens ont été si généreux. Nous avons adoré notre séjour ici au Canada. »

Au moment de la rédaction de cet article, Robby et Magali étaient en Colombie-Britannique, avec l’intention de traverser la frontière vers les États-Unis, l’objectif d’atteindre l’Argentine étant la destination ultime sur leur liste.

En regardant les visages de ces deux guerriers de la route, il est facile de voir que leur voyage, avec un itinéraire aussi colossal couvrant des dizaines de milliers de kilomètres, a produit un amour de la vie que si peu d’entre nous connaîtront jamais. Robby et Magali ont mis leur propre vie en pause pour conquérir la route et voir le monde d’un tout autre point de vue, celui dont nous ne pouvions peut-être que rêver. Les choses qu’ils ont vues, les gens qu’ils ont rencontrés, les sites qu’ils ont visités et les points de vue dont ils ont été témoins ; cela amène ce journaliste à éviter quelque peu de poser la question évidente : pourquoi faire ce voyage ? Pourquoi risquer un risque de blessure, de panne de moteur ou peut-être même pire sur les autoroutes et les routes principales ?

Parce que parfois, il vous suffit d’appuyer sur ce bouton de pause proverbial, de saisir la vie par la gorge et de la secouer pour toute sa valeur. Nous n’avons qu’une seule vie, alors autant être mémorable.

Peut-être que Robby le dit parfaitement en partageant une citation de feu Thierry Sabine, pilote de moto français et fondateur du Rallye Dakar.

« Un enfer pour celui qui part….Un rêve pour celui qui reste ».

Les choses que nous voulons dans la vie demandent du travail, des sacrifices et du dévouement. Mais boy oh boy, quand nous les atteignons, ou dans le cas de Robby et Magali, quand nous les parcourons, ils rendent la vie encore plus intéressante à long terme.

Bon voyage, vous deux.



Laisser un commentaire