Un an après le départ des États-Unis d’Afghanistan, une organisation terroriste répertoriée gère les aéroports du pays


C’était un peu plus d’un an depuis le départ des États-Unis Afghanistan déchiré par la guerre. Les talibans ont repris le contrôle des choses. Ils sont chargés de construire une nation qui, selon la plupart des normes, ressemble à l’âge du bronze. La Chine veut soi-disant ses minéraux. Ce sera un noix plus difficile à casser. Il n’y a pas d’infrastructure à avoir là-bas. Le plus immédiat : la logistique. Les aéroports sont toujours nécessaires pour expédier des marchandises et des personnes vers et depuis Kabal et d’autres villes. Que sait le gouvernement taliban de la gestion d’un aéroport ?

C’est là qu’interviennent les pays émergents plus modernes. La Turquie et le Qatar ont uni leurs forces dans un consortium pour soumissionner sur un contrat d’exploitation des trois principaux aéroports afghans à Kaboul, Herat et Kandahar. Leur histoire est un cas test de ce que ce sera pour les Chinois, les Russes, les Européens et les Américains qui pourraient vouloir travailler en Afghanistan sous les talibans.

Leur affaire traînait en longueur depuis des mois. Malgré une promesse d’investir 1,5 milliard de dollars dans l’infrastructure de transport aérien de l’Afghanistan, les talibans n’étaient pas satisfaits de l’insistance du gouvernement turc pour que ses sous-traitants militaires assurent la sécurité de l’aéroport. Les garanties financières internationales pour la collecte des recettes ont également fait partie de la conversation.

Pourparlers est tombé en panne en mai. Les talibans ne voulaient pas qu’un pays étranger patrouille dans ses aéroports et s’occupe de la sécurité là-bas. Les talibans ont alors annoncé un accord avec un autre consortium, un des Emirats Arabes Unispour assurer l’assistance en escale et le contrôle des passagers dans les trois aéroports.

Un accord de suivi couvrant le contrôle du trafic aérien a été signé ce mois-ci. Selon une source afghane proche du deal de l’aéroport, les Emiratis ont remporté le contrat peu après. Ils ont proposé un accord avec les talibans sur le partage des revenus : une part de tous les frais de survol, de fret et d’aéroport irait au gouvernement taliban ; cependant cela doit être distribué. Et la sécurité serait assurée par les talibans, pas les EAU
Émirats arabes unis
.

L’aéroport de Kaboul est contrôlé par le Réseau Haqqaniune entité désignée comme

Organisation terroriste étrangère par les États-Unis et faisant l’objet de sanctions internationales.

Leader du réseau, Sirajuddin Haqqaniest le ministre afghan de l’Intérieur et chef du renseignement et est recherché pour des poursuites aux États-Unis.

La chef de l’aviation civilequi supervise les aéroports afghans, est un membre sanctionné du réseau Haqqani.

En plus de attaques multiples contre des cibles américaines, y compris le dévastateur attentat suicide qui a tué sept officiers de la CIA en 2009, des responsables américains ont déposé responsabilité pour la présence du chef d’Al-Qaïda Ayman al Zawahiri à Kaboul sur le réseau Haqqani.

« Le réseau Haqqani est la famille du crime glorifié des talibans », déclare Javid Ahmad, ancien ambassadeur d’Afghanistan aux Émirats arabes unis et maintenant membre non résident de l’Atlantic Council. « En tant que syndicat d’affaires criminelles, ils sont impitoyablement pragmatiques et leur approche de la gouvernance de l’Afghanistan est tout aussi commerciale. Alors que le Qatar a exercé une certaine influence matérielle sur certains dirigeants Haqqani, l’influence réelle de Doha sur la famille est inconnue », a-t-il déclaré, ajoutant que la relation EAU-Haqqani remonte aux années 1980 lorsque des Haqqanis seniors étaient hébergés dans des villes émiraties, achetaient des biens immobiliers, et mené des activités de financement pour qui sait quoi.

Actuellement, l’épouse du leader fondateur du groupe – Jalaluddin Haqqani – vit dans l’émirat d’Ajman, l’un des sept émirats qui composent les Émirats arabes unis.

Les EAU ne sont pas étrangers à l’Afghanistan. Ils avaient un accord préalable avec le gouvernement afghan en octobre 2020 pour gérer les aéroports du pays, une activité lucrative pour tout le monde. Ahmad était l’un des principaux négociateurs.

« Après leur prise de contrôle (de l’Afghanistan), les talibans se sont appuyés sur cet arrangement et ont effectivement prolongé le contrat de 10 ans, qui concerne désormais trois aéroports, dont Kaboul. Il s’agit d’un accord de partage des revenus dans lequel un consortium de trois compagnies aériennes émiraties collecte les revenus des compagnies aériennes et les utilise pour gérer les opérations aéroportuaires. Le consortium prévoit d’investir une partie des revenus collectés pour moderniser les aéroports, et le reste est partagé de manière quelque peu inégale avec le régime des talibans », a-t-il décrit.

Les Émirats arabes unis sont connus pour exploiter deux grandes compagnies aériennes – Etihad Airways et Emirates Airlines. Les deux compagnies aériennes ne font pas officiellement partie de la gestion des aéroports afghans. Etihad n’a jamais opéré de vols vers l’Afghanistan. Mais Emirates, FlyDubai et Air Arabia l’ont fait. Ces opérations aériennes ont été suspendues quelques jours avant que les États-Unis ne quittent l’Afghanistan. Ils n’ont pas encore repris.

Les Émirats arabes unis, et non la Chine, ont les clés de l’Afghanistan

Selon un haut responsable du gouvernement américain officiel travaillant actuellement sur l’Afghanistan, « Les Haqqanis sont les clients des EAU en Afghanistan. » Les dirigeants de leur réseau tiennent depuis longtemps propriété et comptes bancaires aux Emirats, faire un accord avec les EAU semble plus « dans la famille » que de le faire avec les Qataris et les Turcs. Lorsqu’on lui a demandé s’il s’agissait d’un irritant dans les relations avec les États-Unis, le responsable a répondu: « Ajoutez-le à une longue liste ».

L’administration Biden veut rétablir un minimum de normalité dans un relation troublée avec les EAU. Secrétaire d’État Blinken rencontré avec le président des Émirats arabes unis Mohamed ben Zayed en mars dernier dans le but d’arranger les choses, et le président Biden a publié un invitation officielle pour que ben Zayed se rende aux États-Unis lorsque les deux se sont rencontrés à Riyad cet été

Les différences entre les deux États deviennent de plus en plus difficiles à masquer. En plus de son parrainage des groupes talibans qui y ont combattu contre les États-Unis, bien sûr, les Émiratis ont également fait un calcul délibéré pour faire avancer leur commercial et militaire partenariat avec la Chine au cas où Washington leur compliquerait l’achat d’équipements aérospatiaux et de défense américains.

Ils sont également connus pour soutenir la Russie dans forums internationaux comme l’ONU et en tant que paradis financier offshore.

Mardi, le Le Comité sénatorial des banques entendu de deux membres du personnel du gouvernement des départements du Trésor et de la Justice pour discuter des moyens de rendre plus difficile pour la Russie de contourner les sanctions. Mais cela les obligerait à s’en prendre aux Émirats arabes unis, sans parler de la Chine, où presque toutes les multinationales et grandes banques d’investissement américaines ont une présence majeure.

Pour Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, les dirigeants sont d’accord pour rompre le pain avec les ennemis de Washington – y compris les groupes que Washington qualifie de terroristes – tant que cela sert leurs intérêts et les plus grandes entreprises du pays (presque toutes contrôlées par l’État).

Washington a des différences de politique avec les puissances pétrolières et gazières, notamment l’Arabie saoudite. Mais les Émirats arabes unis arrivent en deuxième position, peut-être même en premier.

Abou Dhabi et Washington : Sables mouvants

Sur sa relation avec la Chine, un Émirati de premier plan proche de la famille régnante était cité dans le Financial Times en 2021 en disant que « la tendance est plus à la Chine, moins à l’Amérique sur tous les fronts, pas seulement économiquement mais politiquement, militairement et stratégiquement dans les années à venir. L’Amérique ne peut rien y faire. »

La visite du président syrien Bashar al Assad aux Émirats en mars dernier – qui a pris Washington par surprise – a fait la une des journaux et a fait l’objet d’une couverture complète. La politique américaine de changement de régime a été contrecarrée en Syrie par la Russie pendant des années.

Quelques sanctionné les oligarques russes sont en mesure de protéger leurs actifs sanctionnés à Dubaï. En juin, un Sous-commission des affaires étrangères de la Chambre a pressé la secrétaire adjointe du département d’État pour les affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf, à ce sujet, et elle a ostensiblement fait remarquer: « Je ne suis pas du tout satisfaite du bilan à ce stade et je prévois d’en faire une priorité. »

Cette histoire continue cependant. Punir la Russie est une chose. Punir les EAU est une autre affaire.

Les Émirats arabes unis font pression pour un renforcement accord bilatéral de sécurité avec les États-Unis et les pourparlers sur ses conditions sont en bonne voie. Bien que le projet de vente du F-35, l’avion de chasse le plus avancé des États-Unis, a été mis en attente pour l’instant en raison du refroidissement des relations, il sera intéressant de voir s’ils obtiennent cet accord, bien qu’ils soient manifestement proches des pires éléments des talibans.

Lors de sa visite à Washington (aucune date n’a été fixée), le président Mohamed ben Zayed cherchera à rassurer la Maison Blanche sur le fait que les EAU sont un allié fiable, et que rien de high-tech et de dangereux ne sera remis aux talibans.

La Maison Blanche semble désireuse de renforcer ses relations, mais un rapprochement durable semble peu probable. Les EAU, comme d’autres pays des marchés émergents, évoluent. Ses dirigeants ont démontré leur mécontentement croissant face à la politique américaine, notamment en faveur d’un monde post-énergie fossile, l’élément vital de l’économie des Émirats arabes unis. Lorsque Biden et bin Zayed se rencontreront finalement, aucune quantité de coups de poing et de séances de photos souriantes ne changera la direction de cette relation.

Ahmad dit que les Émirats arabes unis « se soucient toujours profondément » de leur partenariat à plusieurs niveaux avec Washington.

Mais a ajouté que les hauts émiratis sont motivés par leur désir d’assurer une prévisibilité à plus long terme dans cette relation, qui a connu des hauts et des bas ces dernières années, peut-être en raison de ses liens connus avec les ennemis présumés des États-Unis, y compris les factions terroristes des talibans. .

« Les Émirats arabes unis continueront de regarder vers l’Ouest mais agiront également vers l’Est en diversifiant leurs relations, y compris avec la Chine, probablement en consultation avec Washington », a déclaré Ahmad. « Toute la région a effectivement commencé à établir une distinction claire entre ses partenaires privilégiés – les États-Unis et l’Europe – et ses partenaires nécessaires – la Chine et la Russie », a déclaré Ahmad.



Laisser un commentaire