Tragédie de la Manche : Au moins 27 morts après le naufrage d’un bateau de migrants au large des côtes françaises


Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que cinq femmes figuraient parmi les morts, deux personnes avaient été secourues et une est toujours portée disparue. Un premier bilan indiquait que 31 personnes étaient décédées, mais le ministre a révisé ce nombre à 27 mercredi soir.

Quatre trafiquants présumés accusés d’être directement liés au passage maudit ont été arrêtés, a déclaré Darmanin, selon l’Agence France-Presse.

La voie navigable étroite entre la Grande-Bretagne et la France est l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde. Les réfugiés et les migrants fuyant les conflits, les persécutions et la pauvreté dans les pays les plus pauvres du monde ou déchirés par la guerre risquent la traversée dangereuse, souvent dans des canots pneumatiques impropres au voyage et à la merci des passeurs, dans l’espoir de demander l’asile ou des opportunités économiques en Grande-Bretagne.

Darmanin a déclaré que le canot des migrants s’était dégonflé et que lorsque les sauveteurs sont arrivés, il était « dégonflé comme une piscine de jardin gonflable », selon Reuters

« Les premiers responsables de cette situation ignoble sont les passeurs, c’est-à-dire des criminels qui, pour quelques milliers d’euros, organisent des trafics d’êtres humains depuis l’Irak, l’Afghanistan, l’Afrique, l’Asie et qui utilisent ensuite ces personnes pour les amener en Belgique, aux Pays-Bas. , la France, notamment pour traverser la Manche et se rendre en Grande-Bretagne », a déclaré Darmanin.

Des camions de pompiers arrivent mercredi dans le port de Calais après qu'au moins 31 migrants sont morts dans le naufrage de leur bateau au large de Calais.
Les migrants cherchaient autrefois à se faire passer clandestinement à bord des camions qui traversaient régulièrement la Manche sur des ferries ou par chemin de fer depuis la France. Mais ces dernières années, cette route est devenu plus cher, les passeurs facturant des milliers d’euros pour chaque tentative.

Depuis le début de l’année, plus de 25 700 personnes ont traversé la Manche vers le Royaume-Uni à bord de petits bateaux, selon les données compilées par l’agence de presse britannique PA Media, soit trois fois le total pour l’ensemble de l’année 2020. Rien que mercredi, les autorités françaises a secouru 106 personnes à la dérive dans divers bateaux de la Manche, et plus de 200 personnes ont fait la traversée.

Accusations de politisation de la crise des migrants

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont tous deux exprimé leur horreur face à la tragédie, Macron déclarant que son pays ne laisserait pas la Manche devenir un cimetière. Les deux dirigeants ont convenu d’intensifier leurs efforts conjoints pour empêcher les passages de migrants mais se sont mutuellement accusés de ne pas en faire assez.

« Aux familles des victimes, à leurs proches, je tiens à exprimer ma compassion et le soutien inconditionnel de la France », a déclaré Macron dans un communiqué.

« Je leur assure que tout sera fait pour retrouver et condamner les responsables, les réseaux de passeurs qui exploitent la misère et la détresse, mettent en danger des vies humaines et finissent par décimer des familles. »

Lors d’un appel téléphonique entre les deux dirigeants, Macron a appelé Johnson à cesser de politiser la crise des migrants à des fins politiques intérieures, affirmant qu’il « s’attendait à ce que les Britanniques coopèrent pleinement et s’abstiennent de politiser une situation dramatique à des fins politiques », selon une lecture de leur appel de l’Elysée.

Il a souligné la « responsabilité partagée de la France et du Royaume-Uni » pour faire face à la crise des migrants à leur frontière maritime, selon le communiqué.

Le ministre français de l’Intérieur Darmanin a accusé la Grande-Bretagne de ne pas fournir suffisamment de ressources pour aider la France à lutter contre la traversée de la Manche.

« La réponse doit aussi venir de la Grande-Bretagne », a déclaré Darmanin devant un hôpital de Calais mercredi soir, ajoutant que les ressources que le Royaume-Uni donne à la France « restent minimes par rapport aux ressources que nous [France] se mettent évidemment en place pour mettre plus de policiers, plus de gendarmes, plus de caméras, plus de moyens en général. »

Réseaux de contrebande

Macron a déclaré que la France travaillait avec le Royaume-Uni depuis plusieurs mois pour démanteler les réseaux de contrebande.

« Depuis début 2021, grâce à la mobilisation de 600 policiers et gendarmes, 1.552 passeurs ont été arrêtés sur la côte nord et 44 réseaux de passeurs ont été démantelés », a-t-il précisé.

« Malgré cette action, 47.000 tentatives de traversée vers la Grande-Bretagne ont été effectuées depuis le 1er janvier, avec 7.800 migrants sauvés par nos services de secours. »

La ministre de la Mer du pays, Annick Girardin, a déclaré que des hélicoptères français, britanniques et belges recherchaient les disparus.

Le Premier ministre français Jean Castex a qualifié l’incident de « tragédie ». « Mes pensées vont aux nombreux disparus et blessés, victimes de passeurs criminels qui exploitent leur détresse et leur misère », a-t-il déclaré dans un tweet.

Un bateau d'une organisation française de sauvetage en mer bénévole, la Société nationale de sauvetage en mer, arrive mercredi au port de Calais transportant les corps de migrants.

Le Premier ministre britannique Johnson a déclaré qu’il était « choqué et consterné, et profondément attristé par la perte de vies humaines en mer ».

« Mes pensées et ma sympathie vont tout d’abord aux victimes et à leurs familles, et c’est une chose épouvantable qu’elles aient souffert », a déclaré Johnson aux journalistes.

« Mais je veux aussi dire que cette catastrophe souligne à quel point il est dangereux de traverser la Manche de cette manière. Et cela montre aussi à quel point il est vital que nous intensifions maintenant nos efforts pour briser le modèle économique des gangsters qui envoient des gens prendre la mer de cette manière, et c’est pourquoi il est si important que nous accélérions si possible toutes les mesures contenues dans nos frontières…

Il a ajouté que les autorités « ne négligeraient aucun effort pour la proposition commerciale des trafiquants d’êtres humains et des gangsters … qui s’en tirent littéralement avec le meurtre ».

Johnson a déclaré qu’il était temps pour la Grande-Bretagne, la France et l’Europe d' »intensifier » et de travailler ensemble. Il devait présider une réunion du comité d’urgence de Cobra en réponse à la tragédie, a déclaré son porte-parole.

Le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a déclaré dans un communiqué que la tragédie « sert de rappel le plus brutal possible des dangers de ces traversées de la Manche organisées par des gangs criminels impitoyables ».

Elle a ajouté : « Nous continuerons d’intensifier toute coopération avec la France et d’autres partenaires européens pour empêcher les migrants de se lancer dans ces voyages meurtriers ».

Beth Gardiner-Smith, PDG de l’ONG Safe Passage International, a déclaré que les décès auraient pu être évités et a appelé le ministre britannique de l’Intérieur à démissionner.

« De plus en plus de personnes risquent le voyage glacial et effrayant à travers la Manche dans de petits bateaux instables depuis que le gouvernement a fermé les routes sûres vers le Royaume-Uni l’année dernière », a déclaré Gardiner-Smith. « En choisissant de faire de la politique avec la vie des gens, le gouvernement n’a pas réussi à empêcher les gens de risquer la traversée et c’est le résultat. Le gouvernement doit agir maintenant pour sauver des vies en ouvrant des routes sûres. »

Lundi, le ministère français de l’Intérieur a annoncé l’envoi d’équipements et de véhicules d’une valeur de plus de 11 millions d’euros (12,3 millions de dollars) dans le cadre d’un accord avec la Grande-Bretagne, « pour sécuriser la bande côtière s’étendant sur plus de 130 kilomètres (80 miles), à partir de Dunkerque à la Baie de Somme. »

Il a ajouté que « la police et les gendarmes auront des moyens supplémentaires pour mener à bien la mission de lutte contre l’immigration illégale ».

La semaine dernière, 243 personnes ont été secourues dans la Manche alors qu’elles tentaient de traverser vers le Royaume-Uni.

Amy Cassidy, Joseph Ataman, Cyril Vanier, Sarah Dean, Hamdi Alkhshali et Jonny Hallam de CNN ont contribué à ce reportage.

Laisser un commentaire