The Fiji Times » Bien avant internet


Bien avant qu’Internet ne devienne une chose, les gens communiquaient via le téléphone fixe. Contrairement à la technologie sans fil, numérique et par satellite d’aujourd’hui, la communication à l’époque était rendue possible grâce à des câbles posés sur le fond marin qui parcouraient des milliers de kilomètres d’un pays à l’autre.

Les Fidji, comme d’autres pays du Pacifique, ont eu la chance d’être une colonie britannique. Et comme tous les membres du vaste empire de la couronne, les Fidji sont devenues connectées au reste du monde via une infrastructure de communication établie par les Britanniques à la fin du 19e siècle.

Les Fidjiens du 21e siècle n’auraient aucune idée des défis auxquels les poseurs de câbles étaient confrontés alors qu’ils bravaient les éléments et les mers indisciplinées dans la bataille pour connecter le Pacifique au monde.

L’appareil que vous tenez dans votre main, assis sur vos genoux ou sur votre bureau et toutes les choses que vous pouvez faire avec parce qu’il est connecté à Internet – tout cela a été rendu possible par la pose de câbles sous-marins à fibre optique qui couvrent le globe , courant à travers l’abîme, transportant des informations d’un coin du globe sous forme d’impulsions de lumière dans un tube de verre, reliant nos masses terrestres et nous tous dessus.

L’histoire des télécommunications dans le Pacifique a commencé à la fin du XIXe siècle et au tout début du XXe siècle et les Fidji, en tant que colonie britannique puis pays indépendant, y ont toujours joué un rôle central.

On dit que le soleil ne s’est jamais couché sur l’Empire britannique et qu’entre 1860 et 1900, des câbles télégraphiques ont été posés pour construire un réseau reliant toutes les parties de l’empire. Sir John Pender et sa Eastern and Associated Telegraph Company, plus tard connue sous le nom de Cable and Wireless, étaient fortement impliqués dans cette affaire.

La All Red Line, un câble nommé pour traverser des pays colorés en rouge sur la carte pour être des colonies, a laissé la Grande-Bretagne courir vers l’ouest à travers l’Atlantique jusqu’au Canada et aux Bermudes, vers le sud jusqu’à la Barbade, l’île de l’Ascension et Sainte-Hélène, et vers l’est jusqu’au Cap au sud L’Afrique, sur terre jusqu’à Durban, puis à travers l’océan Indien jusqu’à Maurice et les îles Cocos où des branches se sont détachées vers l’Inde et Perth, l’Australie occidentale et jusqu’au Queensland.

Dans un article intitulé Pacific Cable 1902-1926 publié sur atlanticcable.com, le passionné de télégraphie Bill Glover a déclaré que Pacific Cable avait trouvé son avocat en Sir Sandford Fleming.

Né en Écosse en 1827 et apprenti arpenteur à l’âge de 14 ans, il émigra au Canada où lui et quelques amis fondèrent le Royal Canadian Institute.

Il a travaillé en bonne place sur les chemins de fer du Canada, en arpentant les routes et plus tard en génie. M. Glover a déclaré qu’en 1862, Sir Sandford avait fait pression sur le gouvernement canadien au sujet d’un chemin de fer transcanadien et avait été nommé ingénieur en chef pour le projet du Chemin de fer Canadien Pacifique (CPR) en 1871.

Sir Sandford est devenu au courant du fait qu’un câble allait longer son chemin de fer prévu et a en outre fait pression sur le gouvernement britannique pour qu’il aide avec le CPR et pose le câble du Pacifique, mais Londres a déclaré que si les colonies voulaient un câble, elles devraient le payer eux-mêmes.

Sir Sandford croyait qu’il était d’une importance impériale que les possessions britanniques du Pacifique soient reliées par un câble sous-marin.

Ainsi, après quelques tentatives infructueuses pour lancer le projet et davantage de lobbying de la part de Sir Sandford, un comité a été créé pour examiner tous les aspects d’un tel projet.

Un rapport de l’amiral Sir Arthur Mostyn Field a désigné Fanning Island, dans les Kiribati modernes, comme un endroit approprié pour une station de câble et il a donc été décidé que le câble du Pacifique relierait l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada via l’île Norfolk, Fidji, et Fanning Island – en prenant la All Red Line autour du monde.

En juillet 1900, le Pacific Cable Scheme, qui établirait les termes et conditions de l’exploitation du Pacific Cable, a été mis en place avec son conseil d’administration composé de huit membres, trois du Royaume-Uni, deux d’Australie et du Canada et un de New Zélande, qui choisirait à son tour un président.

Le gouvernement britannique a levé 2 millions de livres sterling pour couvrir le coût de la construction et n’était responsable que de 28 % du prêt en cas d’échec, le reste étant réparti entre le Canada et l’Australie (28 %) et la Nouvelle-Zélande (16 % ), les bénéfices et les pertes étant partagés de la même manière.

Des appels d’offres ont été lancés et le contrat a été attribué à Telcon le 31 décembre de la même année. Le capitaine SA Garnham, troisième officier du Cable Ship Britannia 2 à l’époque, a enregistré le voyage commençant à Londres en mars 1901, ancrant dans le port de Sydney le 7 mai pour le charbon et arrivant à Brisbane pour commencer à poser le câble.

Une maison de câble a été construite et ils ont commencé à sonder vers l’île Norfolk, faisant tomber la terre le 12 juin et ont sondé différentes baies pour trouver le meilleur endroit pour un atterrissage de câble.

Le matériel pour une maison de câble a été déchargé pour être construit par les insulaires. Ils quittent Norfolk le 21 juin vers la Nouvelle-Zélande, mouillent dans la baie des îles le 29 puis sondent dans différentes baies pour trouver un bon endroit pour le débarquement, puis retournent sur l’île Norfolk pour établir la liaison avec les Fidji.

Le journal du capitaine Garnham décrit le fond marin entre l’île Norfolk et les Fidji comme très inégal, ce qui a retardé l’opération car ils ont dû faire demi-tour et trouver un meilleur lit pour le câble. Le matériel pour une maison de câble a été débarqué et le 3 août, ils sont partis pour Fanning Island.

Les profondeurs les plus profondes de l’expédition ont été trouvées entre Suva et l’île de Fanning, atteignant jusqu’à 3410 brasses, à environ 6,2 kilomètres de profondeur.

Ils sont arrivés le 23 août et sont partis pour Vancouver. En 1926, le Pacific Cable Board a décidé de dupliquer le câble Fidji entre Vancouver, la section la plus achalandée du câble. Étant un câble chargé, le nouveau permettrait un débit de transmission de 1000 lettres par minute contre 200 sur l’ancien câble.

Les périodes de pointe pour le trafic se produisaient à des moments opposés de la journée. Le trafic de pointe allant de l’Angleterre à l’Australie serait envoyé sur le nouveau câble, le trafic inverse, qui était considérablement plus léger, étant envoyé sur le câble d’origine et vice versa.

Au fil du temps, d’autres câbles ont été posés et finalement les gouvernements du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et des Fidji ont repris les actifs de Cable & Wireless et ont créé des commissions appartenant à l’État pour exploiter les différents câbles.

Le Pacific Cable a été retiré du service après la pose du Commonwealth Pacific Cable en 1963, toujours un câble télégraphique mais capable de bien plus.

Cable and Wireless a quitté les Fidji en mars 2012 avec la vente de sa participation de 49 % dans Fiji International Telecoms Ltd à Amalgamated Telecoms Holdings Ltd pour 10,6 millions de dollars (24 millions de dollars).

Alors que le téléphérique d’origine a maintenant disparu, le bâtiment FINTEL sur Victoria Pde à Suva est toujours l’un de ces exemples d’architecture coloniale avec plus de but que la plupart ne l’apprécient.

La prochaine fois que vous passerez devant le bâtiment FINETL, ou si vous voyez un navire câblier dans le port, prenez une minute pour comprendre qu’en raison de ces évolutions technologiques au fil du temps, vous pourrez envoyer cet e-mail, regarder cette vidéo, accéder aux réseaux sociaux médias et parlez en tête à tête avec vos proches à l’autre bout du monde.

Laisser un commentaire