Tanzanie : Unga 76 – Le discours de la présidente Samia Maiden conquiert la scène mondiale


Le PRÉSIDENT Samia Suluhu Hassan a déclaré que les pays en développement doivent être aidés pour faire face à l’impact socio-économique du Covid-19, tout en exprimant une énorme inquiétude sur l’iniquité vaccinale.

La présidente Samia a fait cette déclaration lors de son discours inaugural au 76e sommet de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) hier à New York, aux États-Unis.

Le président a souligné la nécessité d’efforts concertés pour relancer l’économie mondiale en déclarant: « Nous ne pouvons pas nous permettre de nous réfugier au début de Covid-19 comme excuse pour ne pas progresser suffisamment vers la réalisation des objectifs de développement durable ».

Elle a mis en garde contre la grande disparité dans l’accès au vaccin, affirmant que la grande majorité des vaccins ont été administrés dans les pays à revenu élevé et intermédiaire supérieur.

« Le niveau d’iniquité vaccinale que nous constatons est épouvantable. Il est vraiment décourageant de voir que, alors que la plupart de nos pays ont vacciné moins de 2% de notre population et, par conséquent, recherchent plus de vaccins pour notre peuple, d’autres pays sont sur le point de déployer la troisième dose, en l’appelant ‘vaccin de rappel' », a-t-elle fait remarquer.

« Nous avons tendance à oublier que personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité. Il est indispensable que les pays disposant de doses de vaccin Covid-19 excédentaires les partagent avec d’autres pays », a-t-elle souligné.

Le président Samia a déclaré que lorsque les vaccins Covid-19 étaient en cours de développement, il y avait un espoir pour quelque chose de bon pour toute l’humanité.

« Néanmoins, nous avons appris que le virus se déplace plus rapidement que la production et la distribution mondiales de vaccins, car la grande majorité des vaccins ont été administrés dans des pays à revenu élevé et intermédiaire supérieur », a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré qu’au rythme actuel, il est moins probable que le monde atteindra le seuil de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de vacciner au moins 40% des personnes dans chaque pays d’ici la fin de 2021, et au moins 70% d’ici le premier semestre 2022.

Expliquant davantage, le président Samia a déclaré : « La pandémie de Covid-19 nous a rappelé à quel point nous sommes vulnérables en tant que pays individuels, indépendamment de notre taille, de notre richesse ou de notre géographie. Alors que nous nous réunissons ici aujourd’hui, nous avons moins d’une décennie devant nous pour respecter notre engagement collectif. pour atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) ».

Le président a réservé quelques éloges aux institutions financières multilatérales telles que le Fonds monétaire international (FMI) pour leurs efforts visant à sauver de nombreuses économies de l’effondrement.

« Ce genre d’interventions est important », a-t-elle commenté.

Le président Samia a utilisé le podium pour dire aux dirigeants mondiaux que le monde avait besoin d’un multilatéralisme plus fort pour relever ses défis les plus difficiles.

« Ce n’est pas par pure coïncidence que j’ai choisi d’assister à l’Assemblée générale des Nations Unies comme mon premier voyage hors d’Afrique, depuis que j’ai pris mes fonctions. défis auxquels notre monde est confronté aujourd’hui », a-t-elle déclaré.

Le chef de l’État a assuré l’Assemblée de la Tanzanie de l’engagement de rester un membre formidable des Nations Unies et un partisan fiable du multilatéralisme.

« Nous garderons les bras ouverts à ceux qui nous embrassent et s’engagent avec nous. Nous continuerons d’être la Tanzanie que vous avez connue et sur laquelle vous avez compté.

Une Tanzanie qui coexiste pacifiquement et respectueusement et coopère avec tous les pays, grands ou petits, puissants ou faibles, riches ou pauvres, pour faire de ce monde, notre monde, un endroit meilleur pour nous tous », a promis le président.

Elle a poursuivi en insistant: « Le début de Covid-19 nous a tous donné une leçon que nous sommes profondément liés, et que l’unilatéralisme ne nous mènera nulle part lorsqu’il s’agit de défis qui transcendent nos frontières nationales. »

Lors de son allocution, la présidente Samia a également appelé les pays développés à honorer l’engagement de 100 milliards de dollars américains en matière de financement climatique, afin de faciliter la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Le président Samia a déclaré que les défis du changement climatique affectent réellement les moyens de subsistance, la paix et la sécurité et les déplacements forcés de population.

Elle a déclaré que le gouvernement tanzanien dépense 2 à 3 pour cent du PIB pour atténuer et renforcer la résilience des communautés.

« C’est beaucoup dans un pays qui est toujours aux prises avec la pauvreté couplée à l’urgence de la pandémie de Covid-19. La pandémie a compromis notre capacité à répondre aux effets néfastes du changement climatique.

« Par conséquent, nos actions aujourd’hui déterminent l’avenir de notre planète en termes de changement climatique. À cet égard, j’appelle à une modalité transparente de décaissement financier et souligne que les pays développés doivent respecter leur engagement de contribuer 100 milliards de dollars américains par an, afin de faciliter la mise en œuvre de l’Accord de Paris », a-t-elle déclaré.

Lors de son premier discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, la présidente Samia a exprimé sa gratitude aux membres de l’ONU pour leurs messages de condoléances à la suite du décès prématuré de son prédécesseur, le regretté Dr John Magufuli, le 17 mars de cette année.

« Nous vous sommes redevables pour les messages réfléchis et réconfortants qui nous ont aidés à surmonter cette épreuve sans précédent pour notre nationalité », a déclaré Mme Samia à la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Elle a particulièrement remercié le Président sortant de la 75e Session d’avoir consacré un créneau à la 59e réunion plénière de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 16 avril 2021, pour rendre hommage au regretté Dr Magufuli.

« En effet, c’était un geste de solidarité et de fraternité », a apprécié le président Samia.



Source link

Laisser un commentaire