Singapour va restreindre les voyages en provenance de 7 pays africains alors qu’une nouvelle variante de COVID-19 émerge


L’Afrique du Sud était auparavant un pays de catégorie II, les voyageurs ayant reçu un préavis de séjour de sept jours à leur lieu d’hébergement déclaré après leur arrivée à Singapour. Il a maintenant été reclassé en pays de catégorie IV.

Les six autres sont des pays de catégorie IV, les voyageurs arrivant avec des antécédents de voyage récents dans ces pays étant actuellement tenus de respecter un préavis de 10 jours de séjour à domicile dans des installations dédiées.

Singapour classe les pays de la catégorie I à IV pour déterminer le type de restrictions de voyage mises en place.

Les nouvelles restrictions frontalières s’appliqueront initialement pendant quatre semaines, et le ministère de la Santé examinera et étendra les restrictions si nécessaire.

« Bien qu’il ait été suggéré que la variante soit plus transmissible, les preuves sont actuellement insuffisantes pour déterminer si cette variante est associée à un changement dans la gravité de la maladie, la réponse des anticorps ou l’efficacité du vaccin. Ces aspects sont à l’étude », a déclaré le ministère de la Santé.

« Le ministère de la Santé évaluera les données au fur et à mesure qu’elles apparaîtront et révisera nos mesures aux frontières en conséquence. »

« MESURE DE PRÉCAUTION IMPORTANTE » : ISWARAN

Le ministre des Transports S Iswaran a déclaré vendredi que cette décision était une « mesure de précaution importante » et faisait partie d’une « stratégie et d’une approche plus larges » pour la réouverture des frontières de Singapour.

Sur les sept pays répertoriés par le ministère de la Santé, un seul – l’Afrique du Sud – a des liaisons aériennes directes avec Singapour, avec un vol par jour, a-t-il ajouté.

« Et même dans ce cas, les volumes sont très faibles, la plupart d’entre eux sont en fait des passagers en transit vers d’autres destinations, et un très petit nombre – et j’ai appris que c’est moins de 10 par jour – entrent réellement à Singapour », a-t-il ajouté.

Il a noté que Singapour doit être conscient de l’évolution de la situation dans le monde alors même qu’elle rouvre.

« Dans la perspective de la réouverture de nos frontières, comme nous l’avons toujours souligné, alors même que nous prenons des mesures pour systématiquement et progressivement (…) rouvrir nos frontières, nous devons être très attentifs à la situation qui évolue dans le monde, y compris dans le pays avec lesquels nous avons des connexions VTL (voie de voyage vaccinée) », a ajouté M. Iswaran.

«Et bien sûr, les pays étudient également de près ce qui se passe à Singapour et dans notre partie du monde. Et nous devons nous attendre à ce que dans une situation dynamique comme celle-ci, et avec l’évolution de la pandémie, les paramètres puissent changer. »

M. Iswaran a ajouté que le programme VTL a été conçu avec de multiples « garanties ». Celles-ci incluent la nécessité pour les voyageurs d’être entièrement vaccinés conformément à la norme de liste d’utilisation d’urgence (EUL) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et une restriction du nombre de voyageurs.

« Nous avons ici plusieurs éléments dans la conception du schéma VTL qui peuvent nous permettre de calibrer le risque conformément à l’évaluation de ce moment-là », a-t-il déclaré.

« En fin de compte, le seuil est déterminé par l’évaluation des risques pour la santé publique. Et c’est une chose sur laquelle nous travaillons donc en très étroite collaboration avec le ministère de la Santé, car notre priorité absolue est toujours la santé et la sécurité publiques », a-t-il ajouté.

« Nous voulons donc nous assurer que cela reste la priorité… Mais il y a une gamme de ces leviers que nous avons à notre disposition pour gérer le risque et c’est pourquoi il s’agit d’une évaluation constante et dynamique de la situation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *