Revue Royal Enfield Hunter 350 India, essai routier, prix, performances, économie de carburant

[ad_1]

Nous avons soumis le dernier modèle de plate-forme J de Royal Enfield à un test routier dans le monde réel sur des routes indiennes.

Le nouveau Hunter 350 a un gros travail à faire, qui consiste à élargir la clientèle de Royal Enfield et à attirer un public plus large vers la marque. Et à première vue, il semble que le Hunter 350 soit l’outil idéal pour le travail. Il a le design classique du roadster britannique et est disponible dans de nombreuses combinaisons de couleurs, il est propulsé par le moteur de la série J de 350 cm3 doux et coupleux de RE et il a un prix de départ très attractif de Rs 1,50 lakh (ex-showroom). Sur le papier, cela semble plutôt convaincant, mais seul un essai routier complet dans le monde réel déterminera exactement ce qu’est le Hunter 350. Continuez à lire pour le découvrir.

Royal Enfield Hunter 350 : conception et caractéristiques

Le Hunter 350 est conçu pour ressembler à votre roadster rétro typique, et il a l’air plutôt sympa. Il reçoit un phare halogène rond, un réservoir de carburant en forme de larme, un siège plat, un petit panneau latéral avec la marque Hunter 350 et une section arrière soignée avec un feu arrière rond. Beaucoup apprécieront le Hunter pour son style simpliste. Le modèle que nous avons testé est la variante Metro supérieure dans la palette de couleurs Dapper Ash, qui, selon nous, convient particulièrement bien à cette moto. Il y a aussi la variante Retro d’entrée de gamme proposée, qui obtient des schémas de peinture plus simples et des roues à rayons métalliques. En termes de qualité, nous avons trouvé que la finition de la peinture et l’appareillage du Hunter étaient bons, surtout compte tenu du prix.

Le groupe d’instruments de Hunter Metro reçoit un indicateur de rapport et une horloge; Le module Tripper est facultatif.

Cependant, un domaine où le Hunter est un peu à court est le niveau d’équipement, car quelque chose comme un TVS Ronin est mieux équipé à un prix similaire. La variante Metro est équipée d’alliages de 17 pouces, d’un port de charge USB, de deux compteurs journaliers, d’un ABS à double canal, d’un module de navigation Tripper en option, de feux de détresse et d’un feu arrière à LED. La variante Retro de base est encore moins équipée, avec un tableau de bord plus simple, un ABS monocanal avec frein à tambour arrière, des pneus plus fins, un feu arrière halogène, des clignotants rectangulaires et une barre d’appui tubulaire.

Mais comme c’est le cas avec les Royal Enfield modernes, il existe une multitude d’accessoires parmi lesquels choisir pour le Hunter 350. Les acheteurs ont la possibilité de personnaliser leur Hunter 350 à leur guise, avec le catalogue d’accessoires comprenant des rétroviseurs d’extrémité de guidon, des clignotants à LED, dossiers passagers, pare-brise, sabots moteur, bagages, sièges et même un rangement arrière, une première pour la marque.

Royal Enfield Hunter 350 : conduite et maniabilité

Les nouveaux sièges Hunter 350 ne vous plaisent à aucun autre modèle de plate-forme en J, car les repose-pieds sont un peu reculés et le guidon a une légère portée. Mais dans l’ensemble, on peut la décrire comme une position de conduite confortable avec une pointe de sportivité. Les cyclistes de grande taille la trouveront suffisamment spacieuse, mais la selle relativement basse de 790 mm signifie également qu’elle s’adaptera confortablement aux cyclistes plus petits. Cependant, c’est un vélo assez compact selon les normes RE, et il n’est pas aussi confortable pour les passagers, car le siège n’est pas particulièrement grand et les poignées de maintien sont mal positionnées.

En déplacement, le Hunter 350 se sent léger sur ses pieds, ce qui n’est pas surprenant, étant donné qu’il a perdu 14 kg par rapport au Classic 350 avec lequel il partage sa plate-forme. De plus, les modifications apportées par RE au châssis jouent également un rôle, étant donné que le Hunter n’est toujours pas vraiment léger, à 181 kg. L’empattement plus court de 20 mm que le Classic, les roues de 17 pouces et le guidon large contribuent tous à donner au Hunter 350 l’impression d’être la machine agile qu’il est. En tant que tel, le Hunter 350 se sent complètement à l’aise dans les limites de la ville. Le Hunter est également très agréable dans les virages, car il tourne rapidement sans trop d’effort et a une bonne adhérence. De plus, la moto est prévisible et stable dans les virages, ce qui inspirera confiance aux nouveaux pilotes de ce segment que RE courtise.

Le Hunter se sent agile et léger sur ses pieds.

Cependant, la qualité de conduite du Hunter 350 est un sac mitigé. Les fonctions de suspension sur les motos sont gérées par une fourche télescopique de 41 mm à l’avant et des amortisseurs doubles réglables en précharge à l’arrière, mais ce n’est pas le matériel qui pose problème, c’est la configuration. Alors que l’avant est agréable et absorbant, l’arrière est inhabituellement rigide. Il peut être assez inconfortable de traverser une route accidentée et des joints de dilatation inégaux, que ce soit à vitesse lente ou élevée.

En termes de freins, le Hunter 350 Metro avec les disques aux deux extrémités et l’ABS à double canal a une puissance de freinage adéquate, mais il aurait pu faire avec un peu plus de sensation au levier. Lors de notre essai, le Hunter a réussi à s’arrêter net à partir de 60 km/h en 16,18 m. La garde au sol de 150 mm du Hunter 350 semble également plutôt faible, mais nous n’avons rencontré aucun problème de frottement du ventre sur les dos d’âne.

Royal Enfield Hunter 350 : performances et économie de carburant

Étant un modèle de la série J, le Hunter 350 reçoit le même moteur monocylindre de 349 cm3 qui alimente les Classic et Meteor 350. Il développe 20 ch et 27 Nm, ce qui est suffisant pour un vélo de cette taille, et est associé à une boîte de vitesses à 5 rapports. RE dit qu’il a changé la cartographie du moteur pour mieux s’adapter aux caractéristiques du Hunter et qu’il se sent donc un peu plus réactif que sur les deux autres. Le moteur lui-même est une unité douce et coupleuse que nous avons vraiment appris à aimer. Il a une bonne traction bas de gamme, il se sent rarement stressé et sur ce Hunter, il a une belle tonalité rauque.

Le moteur de la série J de Hunter est fluide et a un bon grognement à bas régime.

Le Hunter 350 accélère de 0 à 60 km/h en 4,95 secondes, ce qui est plus rapide que le Meteor et le Classic, et il est également plus rapide en vitesse, mais ce n’est pas vraiment de cela qu’il s’agit. Le Hunter aime être conduit de manière détendue et se sent à l’aise en croisière à des vitesses à trois chiffres. Cependant, le levier d’embrayage semble trop lourd, encore plus lourd que sur le Classic et le Meteor, et il peut devenir douloureux lors des déplacements dans le trafic aux heures de pointe.

Lors de notre test d’efficacité énergétique, le Hunter 350 a renvoyé 30,61 kpl en ville, ce qui est en fait un peu inférieur aux chiffres que nous avons obtenus de ses frères et sœurs à plate-forme J. Cependant, le Hunter compense cela en étant supérieur en termes d’efficacité énergétique sur autoroute, qui est de 39,84 kpl et supérieur à la fois au Classic et au Meteor.

Royal Enfield Hunter 350 : verdict

Certains propriétaires de RE existants peuvent encore préférer les Classic et Meteor plus grands et plus lents, mais je ne pense pas que le Hunter 350 ait été conçu pour eux de toute façon. Le Hunter est destiné aux acheteurs qui souhaitent entrer dans le giron de Royal Enfield et ne veulent pas d’une moto intimidante ou encombrante à conduire.

Le RE Hunter 350 offre un excellent rapport qualité-prix.

Au prix de Rs 1,50 lakh à 1,69 lakh, le Royal Enfield Hunter 350 offre un excellent rapport qualité-prix. Son prix est nettement inférieur à celui de la Honda CB350RS et à égalité avec le 225cc, TVS Ronin. RE voulait créer une moto attrayante et abordable qui puisse attirer un large public vers la marque, et le Hunter fait exactement cela.

Regarde aussi:



[ad_2]

Laisser un commentaire