Revue du 100 Wardour Street : des festins savoureux où le dessert vole la vedette

Source link

Qui laisserait passer une occasion de passer une soirée au 100, rue Wardour ? Vous trouverez l’élégant salon et restaurant niché au cœur de Soho parmi certaines des rues les plus animées et les endroits les plus animés de Londres.

Mon compagnon de table et moi étions prêts à prendre le menu, élaboré par le chef cuisinier Tim Tolley – mais nous étions moins prêts et très agréablement surpris par la musique live qui accompagnait la soirée. Avec nos plans d’assister à un festival cet été déjà retardés deux fois, nous avons apprécié de pouvoir nous asseoir et profiter de deux concerts – le premier de Tom Diesel, puis LA PLAGE. Notre serveur nous a assuré que les deux sont sûrs d’être de grands noms, et ils font partie d’un vaste gamme d’artistes se produisant au 100, rue Wardour cet été.

Alors que les artistes occupaient le devant de la scène dans l’élégant restaurant faiblement éclairé, nous étions heureux de faire confiance à un autre conseil de notre serveur arrangeant : goûter la cuvée Jean-Paul Rose. Un vin léger et facile à boire qui est sûrement mieux apprécié en été, nous avions confiance qu’il s’accorderait avec les plats frais et savoureux que la soirée nous réservait.

Assiette de thon cru

Et c’est ainsi qu’est venue notre tâche la plus difficile : choisir ce qu’il faut essayer dans le vaste menu. Les plats de Tolley’s ont peut-être été conçus dans un esprit de partage, une joie étant donné que la socialisation en personne est toujours une nouveauté. L’inspiration a été recherchée à la fois en Méditerranée et en Afrique du Nord – et comme on peut l’espérer de cette promesse, les tajines, les assiettes de mezze, les steaks de viande tendre et les paellas sont tous proposés ici.

L’offre s’avère si tentante que nous abandonnons notre choix habituel d’entrée (comme de nombreux millénaires avant nous, oui, c’est une burrata) et optons plutôt pour deux options de fruits de mer. Les bouchées d’albacore cru sont délicieuses, habillées de tahini aux amandes et au gingembre accompagnés de morceaux d’avocat frais. Le calmar frit avec aïoli au safran est l’un des plats les plus populaires du restaurant, nous dit-on, et il semble impoli de ne pas essayer. C’est percutant et bien assaisonné, et nous pouvons voir pourquoi c’est un favori ferme.

Les serveurs ne tardent pas à proposer des plats d’accompagnement, manifestement habitués à ce que les convives se servent les uns des autres. Il ajoute une touche informelle à un restaurant qui crée une atmosphère de décadence que l’on ne pourrait qualifier par erreur que d’étouffant.

Pour l’événement principal, je m’en tiens aux offres de poisson et savoure un filet de saumon grillé avec caponata, un plat sicilien mijoté. Les courgettes jaunes, les tomates et les olives acidulées évoquent des scènes de repas ensoleillés appréciés pendant les vacances pré-pandémiques – le cadre a peut-être changé, mais l’expérience est tout aussi rafraîchissante. Mon compagnon apprécie la paella aux aubergines fumées, une portion généreuse aux saveurs riches qui rend très difficile de poser sa fourchette. Un côté de patatas bravas fait plus que mouche aussi.

Les amateurs de viande seront assurément satisfaits par le grill et les options principales. Un tajine de jarret d’agneau aux épices marocaines et du poulet spatchcock grillé sont accompagnés d’ajouts colorés; abricots, pois chiches, chou-fleur épicé au cumin, le genre d’ingrédients que tout menu s’inspirant de la cuisine nord-africaine et méditerranéenne devrait vraiment présenter. Sinon, des faux-filet et des steaks sont disponibles, coupés à partir de vaches élevées dans des fermes britanniques, vieillis à sec pendant 35 jours avant d’être préparés sur le grill josper et servis à votre goût.

Pavlova aux fraises

D’après mon expérience, il est rare qu’un dessert vole la vedette – mais une pavlova aux fraises, empilée avec de la crème chantilly, des baies fraîches et une touche de basilic est proche de réussir l’exploit. Mon confrère se réjouit également d’une crème brûlée, associant vanille et chocolat blanc au thym citronné, et complétée par un biscuit macadamia.

Bien que les pièces maîtresses des bonbons s’éloignent légèrement du thème du menu – la pavlova, le fondant et le cheesecake ne sont pas nécessairement des plats que vous associez à la Méditerranée ou au Maroc – la preuve en est dans les accompagnements des puddings. Une boule de sorbet aux biscotti aux figues et amandes, ou au fromage manchego et à la mûre à déguster avec votre cheesecake cuit au four livrent la fraîcheur subtile qui donne du peps à ce menu.

100 Wardour Street, Soho, Londres, W1F 0TN ; 100wardourst.com





Source link

Laisser un commentaire