Reuters traque les navires russes qui volent du grain ukrainien

[ad_1]

Par Reade Levinson (Reuters) – À la fin du mois dernier, un cargo battant pavillon russe transportant du maïs est entré dans le port turc d’Izmir sur la mer Égée. La SV Nikolaï avait chargé le grain à Port Kavkaz, en Russie, six jours plus tôt, le 18 juin, selon des documents fournis par un employé de la société russe propriétaire du navire.

Une analyse Reuters des images satellite, des données de suivi des navires et des photos et vidéos open source donne un port d’origine différent pour le SV Nikolay. Le 18 juin, selon l’analyse d’une image satellite par Reuters, le navire était amarré au principal terminal céréalier de Crimée, la péninsule ukrainienne saisie par la Russie en 2014.

La reconstruction par Reuters du voyage du navire intervient alors que les responsables de Kyiv affirment que le grain ukrainien du territoire récemment occupé par la Russie est volé au milieu de la guerre Ukraine-Russie, puis exporté via la Crimée vers des endroits tels que la Turquie et la Syrie.

Un responsable ukrainien a déclaré que le SV Nikolay faisait partie des navires qui, selon les autorités ukrainiennes, exportent ce qu’ils décrivent comme du grain « pillé ». Moscou a nié avoir volé du grain ukrainien.

Le système de suivi du SV Nikolay a été hors ligne pendant des jours autour de la date en question, ce qui a rendu difficile la détermination de l’emplacement du navire. Le responsable a déclaré qu’il s’agissait d’une tactique utilisée par les navires pour dissimuler les visites en Crimée, ainsi que l’utilisation de documents qui identifient à tort le grain comme étant chargé à Port Kavkaz.

Livre connexe : Le monde à vendre : l’argent, le pouvoir et les marchands qui troquent les ressources de la Terre par Javier Blas et Jack Farchy

Un employé de Kama LLC, basée à Moscou, a déclaré que la société possédait le SV Nikolaï et a nié que le navire transportait du grain ukrainien ou faisait escale en Crimée. Alexander Ryndin, qui travaille dans l’affrètement pour Kama, a montré à Reuters lors d’un appel vidéo deux documents à l’appui de ce compte qu’il a identifié comme un connaissement, ou une liste détaillée d’une expédition de marchandises, et un certificat de sécurité et de qualité. Les deux documents mentionnaient Kavkaz comme port de chargement, situé à environ 220 milles marins de Sébastopol, de l’autre côté du détroit de Kertch depuis la Crimée. Le certificat de sécurité et de qualité identifiait également la cargaison comme étant du maïs en provenance de Russie.

Interrogé sur l’image satellite montrant un navire correspondant à la description de SV Nikolay au principal terminal céréalier de Crimée à Sébastopol le 18 juin, Ryndin a déclaré à Reuters que le navire n’était pas là. « Vous pouvez faire toutes les photos que vous voulez », a-t-il déclaré. Ryndin a également déclaré qu’il existe des raisons logistiques légitimes pour expédier du grain russe via la Crimée.

Lisez aussi: REGARDEZ le réseau logistique secret de la Russie pour voler le grain ukrainien

Les hauts représentants de Kama n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. Reuters n’a pas été en mesure de retracer de manière indépendante l’origine du maïs à bord.

Le conflit en Ukraine a exacerbé les inquiétudes concernant la sécurité alimentaire tant en Ukraine que dans le monde entier, faisant grimper les prix alimentaires mondiaux à des niveaux records cette année. L’Ukraine est l’un des plus grands exportateurs de céréales au monde, mais a du mal à exporter des marchandises avec la guerre qui fait rage le long de sa côte sud et nombre de ses ports bloqués.

La Russie et l’Ukraine ont signé vendredi un accord historique pour rouvrir les ports ukrainiens de la mer Noire aux exportations de céréales, laissant espérer qu’une crise alimentaire internationale aggravée par l’invasion russe pourra être atténuée.

IMAGES DE NAVIRE PAR SATELLITE

Photo du trafic maritime du SV Nikolay par Babur Haluluport

L’analyse de Reuters se concentre sur une image haute résolution prise le 18 juin par l’opérateur de satellite privé Planet Labs PBC du terminal céréalier de Sébastopol. L’image capture deux navires à quai. Le navire supérieur est légèrement plus long, avec une poupe plate et une proue arrondie, et dispose de trois cales partiellement remplies. Le navire ci-dessous est légèrement plus court avec un pont rouge, une poupe arrondie et une proue pointue.

En utilisant l’image satellite, Reuters a pu mesurer le navire supérieur à 139 mètres de long et 16 mètres de large, ce qui correspond aux spécifications du SV Nikolay. Les photos et vidéos du SV Nikolay prises au fil des ans par des passionnés de navigation montrent que le navire supérieur et le SV Nikolay ont la même couleur et les mêmes contours, y compris une poupe plate et une proue arrondie, le même nombre de cales à cargaison et le même placement et observation du canot de sauvetage. forme de pont.

Le SV Nikolay a ouvertement diffusé sa destination en tant que Port Kavkaz avant que son système de suivi ne soit mis hors ligne, ce qui suit un schéma observé par Reuters avec d’autres cargos que Kyiv allègue être impliqués dans l’exportation de céréales ukrainiennes via la Crimée. Pour aider à identifier le navire sur l’image satellite, Reuters a réduit le bassin de navires potentiels en examinant ceux qui avaient diffusé Port Kavkaz ou les zones environnantes comme destination à tout moment en juin.

Plus de 380 cargos en vrac se sont arrêtés ou ont diffusé un arrêt prévu à Port Kavkaz ou à proximité en juin, selon les données de suivi des navires de Refinitiv Eikon. Parmi ceux-ci, Reuters a découvert que seuls 38 navires avaient des mesures similaires au navire supérieur de l’image satellite. Tous les navires, sauf deux, ont pu être exclus : leurs systèmes de suivi ont montré qu’ils étaient ailleurs les 17 et 18 juin. Un seul, le SV Nikolay, correspondait à la fois à la période et à la forme et à la couleur du navire supérieur de l’image satellite.

Très peu de vraquiers diffusent des escales à Sébastopol, visée par les sanctions occidentales.

À l’aide des données de suivi des navires, Reuters a identifié une visite fin mai du SV Nikolay au port de Novorossiysk, en Russie. Planète Labs capturé la visite du navire là-bas dans une autre image satellite. Une comparaison côte à côte de cette image avec celle du 18 juin à Sébastopol a montré une correspondance : les navires avaient la même forme de pont d’observation, la même proue arrondie et la même poupe plate, le même emplacement de canot de sauvetage et la même structure et coloration globales du navire.

Lisez aussi: L’OTAN avertit les navires de s’éloigner du plus grand port de Russie

Certains aspects du compte de l’employé de la société propriétaire de SV Nikolay n’ont pas pu être vérifiés. Ryndin a déclaré que le SV Nikolay était amarré à Port Kavkaz le 18 juin, mais que les images satellite disponibles à partir de ce jour sont de résolution trop faible pour identifier les navires qui s’y trouvent.

Il existe également des lacunes dans les données de suivi des navires. Les navires diffusent généralement ouvertement leur position, qui est enregistrée dans des bases de données accessibles au public. Mais le système de suivi du SV Nikolay a été hors ligne pendant huit jours lors de son voyage en juin. Les navires communiquent également des données de position non publiques au pays ou à l’État du pavillon auprès duquel ils sont enregistrés, mais Reuters n’a pas été en mesure d’obtenir ces données pour le SV Nikolay.

Livre connexe : Le monde à vendre : l’argent, le pouvoir et les marchands qui troquent les ressources de la Terre par Javier Blas et Jack Farchy

De plus, il est théoriquement possible qu’un autre navire avec les dimensions, la forme, la coloration et d’autres caractéristiques exactes du SV Nikolay existe et se trouve à Sébastopol. Cependant, Reuters n’a découvert aucune preuve indépendante pour contredire que le SV Nikolay est le navire vu sur l’image satellite du 18 juin.

Sean O’Connor, analyste principal en imagerie satellite chez Janes, le fournisseur de renseignements de défense, a examiné l’analyse de Reuters et a déclaré que les preuves étaient « convaincantes » que le SV Nikolay était à Sébastopol à cette date. Il a noté, en particulier, les dimensions correspondantes et la comparaison côte à côte avec l’image satellite de mai de SV Nikolay.

Une photographie publiée par le site d’information ukrainien Myrotvorets étaye l’analyse de Reuters des images de Planet Labs. La légende de la photo identifie le navire comme le SV Nikolay au même terminal céréalier de Sébastopol le 17 juin. Le navire correspond aux contours et à la coloration spécifiques et a été amarré dans la même position au terminal que le navire dans l’image satellite Planet Labs est apparu le suivant journée.

Chez Aval, la société qui exploite le terminal céréalier, une personne qui a répondu au téléphone a déclaré que la société n’avait pas de service de presse avant de raccrocher.

Livre connexe : Out of the Shadows : The New Merchants of Grain de Jonathan Charles Kingsman

Le gouvernement russe n’a pas répondu aux demandes de commentaires, pas plus que celui de la Turquie.

Le port d’Izmir et la direction générale de la marine égéenne ont adressé des demandes au ministère turc des transports et des infrastructures, qui n’a pas non plus répondu à une demande de commentaires.

Le bureau du procureur ukrainien n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur les mouvements du SV Nikolay. Les responsables ukrainiens ont déclaré qu’ils pensaient que des centaines de milliers de tonnes de céréales prétendument volées avaient été exportées.

Kyiv a pressé les autorités turques d’enquêter sur trois vraquiers battant pavillon russe qui, selon elle, ont exporté du grain via la Crimée. Ces trois navires sont la propriété, selon la base de données publique de la navigation Équasispar une filiale d’une société d’État russe sanctionnée par l’Occident appelée United Shipbuilding Corporation (USC), comme Reuters l’avait précédemment rapporté.

Le 15 juin, le bureau du procureur ukrainien a déclaré publiquement que deux de ces trois navires avaient désactivé les systèmes de suivi et saisi des « informations fictives » sur les navires visitant les ports russes, plutôt que ceux de Crimée.

Ni l’USC ni le gouvernement russe n’ont répondu aux demandes de commentaires sur ces navires.

Les représentants du gouvernement de Sébastopol et des autorités portuaires de Sébastopol et de Port Kavkaz n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

DOCUMENTS DES NAVIRES CÉRÉALIERS

Le vendeur figurant sur le certificat de sécurité et de qualité que Ryndin de Kama a montré à Reuters est Petrokhleb-Kuban, un négociant en céréales basé en Russie. La société n’a pas répondu aux questions concernant l’envoi du SV Nikolay. Petrokhleb-Kuban avait précédemment déclaré à Reuters qu’il n’avait jamais acheté ni déplacé de céréales du territoire ukrainien et qu’il exportait exclusivement des produits du territoire russe, produits par des agriculteurs russes.

Le certificat de sécurité et de qualité que Ryndin a montré à Reuters a identifié l’acheteur comme étant Yayla Agro, une grande entreprise agroalimentaire turque. Yayla Agro a déclaré à Reuters avoir acheté 7 000 tonnes de maïs livrées par le SV Nikolay, qui a atteint le port d’Izmir le 24 juin. Yayla a déclaré que tous les documents et certificats de fret mentionnaient le port de chargement comme « Kavkaz » et l’origine du produit comme russe. Il a ajouté que parce que les documents ont été délivrés par les autorités russes, « l’exactitude des informations contenues dans les documents est respectée ».

La société a déclaré qu’elle n’avait pas acheté de fret depuis le territoire ukrainien occupé ni expédié depuis le port de Sébastopol sanctionné par l’Occident. La société a ajouté qu’elle respecte « les règles du droit international en priorité absolue dans ses activités commerciales ».

Le 11 juin, le SV Nikolay a quitté Samsun, en Turquie, et a fixé sa destination à Port Kavkaz en Russie avant que son système de suivi ne soit mis hors ligne. Le navire a recommencé à émettre en mer Noire à 01h00 GMT le 20 juin, selon les données de MarineTraffic, un fournisseur mondial d’analyses maritimes. Séquences vidéo capturées et partagées par Yoruk Isik, un analyste géopolitique basé à Istanbul au cabinet de conseil Bosphorus Observer, montre le navire traversant le Bosphore le 21 juin.

L’image satellite de Planet Labs analysée par Reuters place le SV Nikolay à Sébastopol à 11 h 44 GMT le 18 juin. Une analyse pour Reuters par la société d’analyse maritime Windward, cotée à Londres, a révélé qu’il était « hautement improbable » que le navire ait également été à Port Kavkaz. Ce jour là. Port Kavkaz est à au moins 20 heures de trajet de Sébastopol sur la base de la vitesse maximale du navire de 10 nœuds, selon l’analyse comportementale de Windward.

Le SV Nikolay est arrivé à Izmir le vendredi 24 juin après minuit GMT, soit environ 3h30 heure locale, selon les données de suivi des navires de Refinitiv Eikon. Après être resté au mouillage la majeure partie de la journée, le navire est entré dans le port vers 18 heures, heure locale.

Livre connexe : Marchands de céréales : le pouvoir et les bénéfices des cinq sociétés géantes au centre de l’approvisionnement alimentaire mondial
par Dan Morgan

Isik, l’analyste géopolitique, a déclaré le lendemain matin qu’il avait observé une grue portuaire décharger charge après charge de ce qui semblait être du maïs du SV Nikolay dans une série de camions en attente. Il a partagé avec Reuters des images et des séquences vidéo du déchargement du navire, avec le lettrage SV Nikolay clairement visible sur sa poupe.

(Reportage de Reade Levinson à Londres. Reportage supplémentaire de Jonathan Saul à Londres, Daren Butler, Azra Ceylan, Jonathan Spicer à Istanbul, Orhan Coskun à Ankara, Pavel Polityuk à Kyiv, Mark Trevelyan, George Sargent et Eleanor Whalley à Londres et Humeyra Pamuk à Washington.Édité par Cassell Bryan-Low)

Lisez aussi: La fin du monde ne fait que commencer pour l’expédition Critique de livre par le capitaine John Konrad



[ad_2]

Laisser un commentaire