Réponse de Peng Shuai à la Chine : l’Australie envisage le boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin


Les députés australiens exhortent le gouvernement à prendre une mesure audacieuse contre la Chine alors que les inquiétudes grandissent autour du mystère de Peng Shuai.

Les politiciens australiens appellent le gouvernement à boycotter les Jeux olympiques d’hiver de l’année prochaine en Chine à cause du traitement réservé à la star du tennis Peng Shuai.

Le monde continue de craindre pour le bien-être de l’ancienne championne de double de Wimbledon et de Roland-Garros, même après que les médias d’État chinois ont publié des photos et des vidéos prétendant montrer qu’elle allait bien.

Les tentatives pour prouver la sécurité de Peng, qui comprenaient un long appel avec le président du Comité international olympique Thomas Bach, surviennent après que l’inquiétude a augmenté parce qu’elle est restée silencieuse pendant deux semaines après ses accusations selon lesquelles un haut responsable du Parti communiste, l’ancien vice-premier ministre Zhang Gaoli, l’avait agressée sexuellement. .

Plus tôt ce mois-ci, il a été rapporté que le président américain Joe Biden envisageait un boycott diplomatique des Jeux d’hiver à Pékin, et certains députés australiens exhortaient le gouvernement à envisager une mesure similaire pour protester contre le bilan de la Chine en matière de droits humains.

Le boycott proposé n’affecterait pas les athlètes australiens participant aux Jeux olympiques, qui débutent en février, mais ne verrait à la place aucun représentant du gouvernement se rendre en Chine.

Le sénateur libéral Eric Abetz fait partie de ceux qui appellent au boycott diplomatique. « J’aimerais penser que d’autres pays aux vues similaires et épris de liberté emboîteraient le pas, mais il faut un leader pour commencer et j’espère que l’Australie pourra prendre les devants », a déclaré M. Abetz, comme l’a rapporté le Sydney Morning Herald.

« Il semble que les États-Unis et le Royaume-Uni y réfléchissent maintenant activement et j’espère juste qu’à mesure que chaque voix s’ajoutera, il y aura suffisamment d’élan pour que les pays épris de liberté du monde disent à cette dictature : ‘Trop c’est trop’. »

La sénatrice libérale Concetta Fierravanti-Wells a critiqué les « actions belliqueuses et illégales de la Chine en mer de Chine méridionale, les violations des droits humains en cours, les cyberattaques et sa conduite à Hong Kong et à Taïwan, démontrant que Pékin n’est pas un bon citoyen international ».

« La situation récente concernant Peng Shuai a ajouté aux préoccupations internationales. En conséquence, je continue de soutenir un boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver », a-t-elle déclaré.

Le héraut rapporte que Peter Khalil du Labour est un autre ajoutant son soutien à un boycott diplomatique.

« À tout le moins, le gouvernement australien devrait envisager un boycott diplomatique avec ses alliés », a-t-il déclaré.

« Oui, il ne faut pas mélanger politique et sport, mais il arrive un moment où il faut tracer une ligne. »

Cependant, tout le monde n’est pas d’accord avec la possibilité d’un boycott. Le grand joueur de tennis australien devenu député libéral John Alexander a déclaré que « toute l’idée du sport est qu’il devrait répandre la bonne volonté » tandis que le ministre de la Défense Peter Dutton a déclaré : « La réponse courte est non (je ne soutiens pas un boycott), mais c’est un problème pour d’autres à considérer, si c’est quelque chose à l’étude, (ce n’est) pas une conversation à laquelle j’ai participé.

La Chine a riposté aux critiques concernant la saga Peng Shuai cette semaine, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian : « Je pense que certaines personnes devraient arrêter de faire de la publicité délibérée et malveillante, sans parler de politiser cette question. »

Les images et les vidéos publiées par les médias d’État chinois prétendant montrer que Peng allait bien étaient largement soupçonnées d’avoir été mises en scène, tandis que le CIO a été critiqué pour être « complice » de prétendue propagande chinoise pour ne pas avoir répondu aux allégations de Peng contre Gaoli.

La Women’s Tennis Association (WTA) a menacé de mettre fin à des contrats lucratifs avec la Chine à moins qu’elle ne soit informée directement de la sécurité de Peng.

Sur les vidéos montrant Peng dans un restaurant le week-end, le patron de la WTA, Steve Simon, a déclaré qu’il était heureux de voir les images mais « il n’est pas clair si elle est libre et capable de prendre des décisions et d’agir par elle-même, sans coercition ni interférence externe. ”.

« Cette vidéo à elle seule est insuffisante », a déclaré Simon dans un communiqué. « J’ai été clair sur ce qui doit se passer et notre relation avec la Chine est à la croisée des chemins. »

Lire les sujets connexes :Chine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *