ReCAAP signale qu’un vol à main armée persiste dans le détroit de Singapour


vol à main armée et voies de fait sur des navires dans le détroit de Singapour
Les vols à main armée ont augmenté dans le détroit de Singapour en 2021 (photo d’archives)

Publié le 21 octobre 2021 à 19:07 par

L’exécutif maritime

Alors que les rapports mondiaux ont indiqué une forte baisse globale des attaques et des incidents contre les équipages et leurs navires en 2021, des cas de vols en mer, parfois violents, persistent dans le détroit de Singapour. Alors que la plupart des cas concernent le vol de pièces détachées et de petit matériel, dans deux cas récents, les auteurs étaient armés et un membre d’équipage a été agressé.

Le centre de partage d’informations ReCAAP basé à Singapour a émis un avertissement répété aux navires de maintenir leur garde lors de leur transit dans la région, car tous les rapports récents concernaient des navires en cours à ce moment-là. Ils appellent également à une application plus stricte par les États de la région et à un signalement urgent des incidents.

« ReCAAP ISC est préoccupé par la persistance d’incidents dans le détroit de Singapour, en particulier un groupe important d’incidents au large de Tanjung Pergam (22 incidents depuis janvier) et une augmentation des incidents au large de l’île de Nongsa (cinq incidents). Avec les six incidents signalés en octobre, un total de 32 incidents ont été signalés dans le détroit de Singapour depuis janvier 2021. Comme les auteurs ne sont pas arrêtés, il est possible que d’autres incidents se produisent dans le détroit de Singapour », écrivent-ils dans leur mise à jour publiée aujourd’hui. , 21 octobre.

La carte de ReCAAP montre le regroupement des incidents en 2021 (ReCAAP Incident Alert)

L’arraisonnement le plus récent a eu lieu hier, le 20 octobre, lorsqu’un cargo général immatriculé au Panama était en cours dans les détroits de Malacca et de Singapour. Le rapport dérangeait ReCAAP parce que l’équipage du Super étoile ont signalé avoir vu cinq personnes dans la salle des machines, dont deux armées de fusils. L’alarme a été donnée sur le navire et les intrus ont pris la fuite. L’équipage a rapporté plus tard que rien n’avait été volé.

Cinq jours plus tôt également dans la même zone, le chimiquier Theresa II, immatriculé à Singapour, avait signalé qu’un pétrolier de service avait repéré sept ou huit malfaiteurs armés de couteaux dans l’atelier de la salle des machines. Les malfaiteurs ont ligoté le graisseur pendant qu’ils volaient des pièces de rechange du moteur. Alors qu’ils quittaient le navire, ils détachèrent le pétrolier.

Deux autres incidents survenus en l’espace d’une semaine en octobre ont également impliqué des intrus vus dans la salle des machines de navires alors qu’ils faisaient route dans le détroit de Singapour. Cependant, dans ces deux cas, les pensionnaires ont quitté le navire lorsque l’alarme a été donnée et dans les deux cas, aucune arme n’a été signalée. Les équipages des navires ont signalé que rien ne manquait. Dans un troisième cas, cependant, l’équipage d’un vraquier a découvert que certaines pièces de rechange du moteur manquaient, mais n’a vu aucune personne non autorisée à bord des navires.

Alors que les vols à main armée ont augmenté dans la région en 2021, ReCAAP a pu signaler qu’aucun incident d’enlèvement d’équipage n’a été signalé depuis janvier 2020. De plus, ils pensent qu’aucun équipage n’est actuellement détenu en captivité. « La menace d’enlèvement d’équipage dans les mers de Sulu-Célèbes et dans les eaux au large de l’est de Sabah reste élevée, en particulier dans les régions de Sulu et les eaux voisines au large de Tawi-Tawi », écrit ReCAAP dans son rapport hebdomadaire. Ils ont averti qu’au moins un membre du groupe Abu Sayyaf qui a mené les enlèvements dans le passé s’est échappé lors du dernier raid de la région en avril par les forces armées philippines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *