Pulp de l’artiste Shubigi Rao occupera le devant de la scène au pavillon de Singapour de la Biennale de Venise


SINGAPOUR – Lorsque l’artiste Shubigi Rao était enfant à New Delhi, sa maison a été cambriolée. Les voleurs, ne trouvant ni bijoux ni argent, ont emporté des centaines de livres de la bibliothèque familiale. Ce qu’ils ne pouvaient pas emporter avec eux, ils l’ont vandalisé, arrachant les couvertures.

Pendant plusieurs années après cela, Rao et sa famille visitaient le marché du livre du dimanche, repérant leurs livres perdus parmi les marchandises sur le trottoir, les rachetant s’ils pouvaient se le permettre. « C’était horrible », a déclaré Rao, aujourd’hui âgé de 47 ans, à propos de l’incident. « Nous avons eu plusieurs formes de perte, mais c’était la pire. »

Ses parents étaient des amoureux des livres. Son « troisième parent » était la bibliothèque à la maison, dont les titres allaient des encyclopédies pour enfants centenaires à la collection de livres de ses parents sur l’histoire politique, la littérature, l’histoire naturelle, les mythologies et les religions du monde.

Cet amour précoce de la lecture et de la violence a semé les graines de ce qui deviendra beaucoup plus tard Pulp – un film, un livre et une exploration d’art visuel de 10 ans sur la destruction des livres et le livre comme site de résistance.

La dernière itération de Pulp – maintenant à mi-parcours – sera lancée le 21 avril au pavillon de Singapour de la Biennale de Venise. Les visiteurs se promèneront dans un labyrinthe de papier abritant le nouveau livre Pulp III de Rao et le film de 90 minutes Talking Leaves.

Rao, qui vit à Singapour depuis 20 ans et est maintenant citoyenne, est la première femme à représenter l’État insulaire dans une exposition solo au prestigieux festival d’art.

L’exposition se penche sur Venise ainsi que sur Singapour, deux centres historiques de l’imprimerie. Il est organisé par Ute Meta Bauer, directrice fondatrice du NTU Center for Contemporary Art Singapore, et commandé par le National Arts Council.

Cinq mille exemplaires de Pulp III : An Intimate Inventory Of The Banished Book, le troisième d’une série de cinq volumes, ont été imprimés à Venise et seront emportés par des visiteurs du monde entier.

Certaines des personnes et des lieux qui apparaissent dans le livre ou le film sont le chercheur singapourien Faris Joraimi, spécialisé dans l’histoire du monde malais ; locuteurs de langues en voie de disparition telles que le kristang et le cimbrien ; une bibliothèque arabe à Berlin ; et des archives de témoignages oraux de prisonniers de guerre et de partisans, en particulier des femmes.

Rao, un introverti autoproclamé, admet : « Je suis intimidé par les gens, en particulier les gens que j’admire. Ce projet a vraiment remis en question beaucoup de choses, ce qui est génial.

« Ma plus grande peur n’est pas l’introversion et les rencontres, mais de laisser mon cerveau stagner. »

Pulp, ajoute-t-elle, était une tentative de comprendre sa place dans le monde et ses responsabilités dans celui-ci.

« Je ne pouvais plus m’asseoir et regarder les horreurs se dérouler aux informations. Parce que, comme nous le savons, la destruction de la culture va de pair avec le génocide des personnes. »

Rao a grandi à Darjeeling et New Delhi dans un contexte de mouvement militant, d’attentats à la bombe et de l’assassinat de l’ancien Premier ministre indien Indira Gandhi en 1984.

La principale raison de lancer Pulp, dit-elle, était d’essayer de comprendre « la régularité déprimante de la violence que les gens commettent les uns contre les autres, et contre les langues, les livres et les référentiels culturels des autres ».

« L’impulsion violente – je ne la comprends toujours pas. »

Laisser un commentaire