Premier navire de croisière à accoster à George Town le mois prochain


Nieuw Statendam (photo avec l’aimable autorisation de Holland America)

(CNS) MISE À JOUR : Holland America devrait être la première compagnie de croisière à faire escale à Grand Cayman depuis la fermeture des frontières en mars 2020 en raison de la pandémie de COVID-19. Le ministère du Tourisme a maintenant confirmé que le Nieuw Statendam arrivera le mardi 28 décembre, et non le 30 décembre comme indiqué sur la compagnie de croisière site Internet.

Dans un communiqué de presse mercredi, les responsables du tourisme ont déclaré que Cayman serait le premier port d’escale et non le troisième, comme précédemment facturé par la compagnie de croisière, car c’est l’une des conditions pour permettre au navire de croisière de venir ici. Le ministère a déclaré que le Cabinet avait approuvé la visite de ce navire malgré l’interdiction faite à tous les navires de croisière d’entrer dans le pays, qu’il avait prolongée jusqu’au réveillon du nouvel an en octobre.

Le public a été amené à croire que le tourisme de croisière ne ferait pas partie de la phase 4 du plan de réouverture des frontières et qu’il était probable qu’aucun navire ne ferait escale ici avant une bonne partie de 2022, étant donné le risque énorme posé par la croisière en face. d’une pandémie qui ne montre aucun signe de ralentissement.

Néanmoins, le ministre du Tourisme, Kenneth Bryan, a déclaré que cette escale de bateau de croisière serait l’occasion de trouver le moyen le plus sûr d’accueillir à nouveau les croisiéristes et de relever les défis de la pandémie.

« Grand Cayman sera la première escale du Holland America Nieuw Statendam, et la capacité sera limitée à 1 600 passagers. Les invités et l’équipage à bord du navire seront soumis exactement aux mêmes exigences que les visiteurs en séjour, comme un test avant l’arrivée », a déclaré Bryan.

« Cela a été une conversation en cours avec l’industrie des croisières sur les conditions requises pour en faire une expérience sûre pour toutes les personnes impliquées et comment rendre cela possible. Nous remercions Holland America d’être un excellent partenaire et d’ouvrir la voie à cette nouvelle ère de croisière aux îles Caïmans dans un avenir prévisible. Mon personnel peut être assuré que mon approche et ma stratégie de négociation privilégient la qualité », a ajouté Bryan.

Holland America a accepté les conditions suivantes : Grand Cayman doit être le premier port d’escale ; la capacité en passagers est limitée à un maximum de 1 600 représentant 60 % de la capacité du navire ; tous les invités et membres d’équipage doivent avoir reçu la dose finale d’un vaccin COVID-19 approuvé au moins 14 jours avant le début de la croisière ; tous les invités doivent avoir un test COVID-19 viral (PCR ou antigène) négatif effectué dans les deux jours suivant leur embarquement ; tous les invités et membres d’équipage qui se rendent à terre doivent respecter les exigences locales concernant le port des EPI requis, tels que des masques faciaux et une distance physique de six pieds ; et aucun invité ou équipage malade ne sera autorisé à débarquer.

Cependant, même les voyages à passagers réduits et entièrement vaccinés, où tout le monde a commencé le voyage avec des tests négatifs, continuent de connaître des épidémies de virus à bord. Quels que soient les protocoles mis en place par les croisiéristes, ce mode de déplacement loisir reste le plus risqué lorsqu’il s’agit de propager le SARS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19.

Cette décision d’autoriser le navire à l’arrivée a été prise avant qu’aucune consultation n’ait eu lieu entre les parties prenantes ou le grand public, même si beaucoup se retournent contre le tourisme de croisière de masse pour diverses raisons.

Beaucoup de ceux qui travaillaient dans le tourisme et qui desservaient le secteur des croisières dans le passé souhaitent que Cayman adopte à l’avenir une approche « moins c’est plus » pour les croisières, ainsi qu’une renégociation de la façon dont les voyages sont vendus par les compagnies de croisière et le pourcentage accordé à opérateurs locaux, après des années à voir leur coupe réduite à presque rien.

Dans le communiqué, le ministre a déclaré que plus d’un millier de travailleurs du tourisme étaient touchés par la fermeture continue du tourisme de croisière.

« La santé et la sécurité de notre population et des visiteurs de nos côtes continuent d’être une priorité dans notre plan de réouverture progressive », a-t-il déclaré. « Actuellement, plus de 1 000 Caïmanais sont déplacés en raison de la fermeture de nos ports de croisière, et alors que nous rouvrons nos frontières en toute sécurité, le secteur des croisières sera un élément clé de la reprise de l’industrie du tourisme. »


Premier navire de croisière à accoster à George Town le mois prochain


Nieuw Statendam (photo avec l’aimable autorisation de Holland America)

(CNS) MISE À JOUR : Holland America devrait être la première compagnie de croisière à faire escale à Grand Cayman depuis la fermeture des frontières en mars 2020 en raison de la pandémie de COVID-19. Le ministère du Tourisme a maintenant confirmé que le Nieuw Statendam arrivera le mardi 28 décembre, et non le 30 décembre comme indiqué sur la compagnie de croisière site Internet.

Dans un communiqué de presse mercredi, les responsables du tourisme ont déclaré que Cayman serait le premier port d’escale et non le troisième, comme précédemment facturé par la compagnie de croisière, car c’est l’une des conditions pour permettre au navire de croisière de venir ici. Le ministère a déclaré que le Cabinet avait approuvé la visite de ce navire malgré l’interdiction faite à tous les navires de croisière d’entrer dans le pays, qu’il avait prolongée jusqu’au réveillon du nouvel an en octobre.

Le public a été amené à croire que le tourisme de croisière ne ferait pas partie de la phase 4 du plan de réouverture des frontières et qu’il était probable qu’aucun navire ne ferait escale ici avant une bonne partie de 2022, étant donné le risque énorme posé par la croisière en face. d’une pandémie qui ne montre aucun signe de ralentissement.

Néanmoins, le ministre du Tourisme, Kenneth Bryan, a déclaré que cette escale de bateau de croisière serait l’occasion de trouver le moyen le plus sûr d’accueillir à nouveau les croisiéristes et de relever les défis de la pandémie.

« Grand Cayman sera la première escale du Holland America Nieuw Statendam, et la capacité sera limitée à 1 600 passagers. Les invités et l’équipage à bord du navire seront soumis exactement aux mêmes exigences que les visiteurs en séjour, comme un test avant l’arrivée », a déclaré Bryan.

« Cela a été une conversation en cours avec l’industrie des croisières sur les conditions requises pour en faire une expérience sûre pour toutes les personnes impliquées et comment rendre cela possible. Nous remercions Holland America d’être un excellent partenaire et d’ouvrir la voie à cette nouvelle ère de croisière aux îles Caïmans dans un avenir prévisible. Mon personnel peut être assuré que mon approche et ma stratégie de négociation privilégient la qualité », a ajouté Bryan.

Holland America a accepté les conditions suivantes : Grand Cayman doit être le premier port d’escale ; la capacité en passagers est limitée à un maximum de 1 600 représentant 60 % de la capacité du navire ; tous les invités et membres d’équipage doivent avoir reçu la dose finale d’un vaccin COVID-19 approuvé au moins 14 jours avant le début de la croisière ; tous les invités doivent avoir un test COVID-19 viral (PCR ou antigène) négatif effectué dans les deux jours suivant leur embarquement ; tous les invités et membres d’équipage qui se rendent à terre doivent respecter les exigences locales concernant le port des EPI requis, tels que des masques faciaux et une distance physique de six pieds ; et aucun invité ou équipage malade ne sera autorisé à débarquer.

Cependant, même les voyages à passagers réduits et entièrement vaccinés, où tout le monde a commencé le voyage avec des tests négatifs, continuent de connaître des épidémies de virus à bord. Quels que soient les protocoles mis en place par les croisiéristes, ce mode de déplacement loisir reste le plus risqué lorsqu’il s’agit de propager le SARS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19.

Cette décision d’autoriser le navire à l’arrivée a été prise avant qu’aucune consultation n’ait eu lieu entre les parties prenantes ou le grand public, même si beaucoup se retournent contre le tourisme de croisière de masse pour diverses raisons.

Beaucoup de ceux qui travaillaient dans le tourisme et qui desservaient le secteur des croisières dans le passé souhaitent que Cayman adopte à l’avenir une approche « moins c’est plus » pour les croisières, ainsi qu’une renégociation de la façon dont les voyages sont vendus par les compagnies de croisière et le pourcentage accordé à opérateurs locaux, après des années à voir leur coupe réduite à presque rien.

Dans le communiqué, le ministre a déclaré que plus d’un millier de travailleurs du tourisme étaient touchés par la fermeture continue du tourisme de croisière.

« La santé et la sécurité de notre population et des visiteurs de nos côtes continuent d’être une priorité dans notre plan de réouverture progressive », a-t-il déclaré. « Actuellement, plus de 1 000 Caïmanais sont déplacés en raison de la fermeture de nos ports de croisière, et alors que nous rouvrons nos frontières en toute sécurité, le secteur des croisières sera un élément clé de la reprise de l’industrie du tourisme. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *