Poutine, pour tenter de paraître impressionnant, assure que la Russie reprendrait son programme lunaire


Mardi, le président russe Vladimir Poutine s’est rendu dans le tout nouveau port spatial de son pays pour commémorer le 61e anniversaire du premier voyage historique de Youri Gagarine. Poutine était accompagné de Dmitri Rogozine, le chef du programme spatial russe, et du président biélorusse Alexandre Grigorievitch Loukachenko, au pouvoir depuis 1994.

Les Russes sont à juste titre fiers des réalisations historiques de leur pays en matière de vols spatiaux, et Poutine voulait se prélasser dans la chaleur de l’accomplissement de Gagarine. Poutine a également parlé des initiatives de vols spatiaux civils de la Russie pour montrer aux Russes comment il poursuivra l’héritage de Gagarine. Il a déclaré: « Nous devons répondre avec succès aux exigences de l’exploration spatiale. » À cette fin, Poutine a déclaré que la Russie travaillait sur un « navire de transport de nouvelle génération », ainsi que sur un remorqueur spatial à propulsion nucléaire. Et, selon les médias russes, Poutine a ajouté : « Nous reprendrons le programme lunaire ».

Le vaisseau de nouvelle génération fait vraisemblablement référence au vaisseau spatial « Orel », ou Eagle, qui serait capable de lancer des cosmonautes en orbite terrestre basse ainsi que sur la Lune. Le problème avec cela est qu’Orel, sous diverses formes et noms, est en développement depuis près de deux décennies et est probablement à des années de vol, si jamais il le fait. Et le remorqueur spatial à propulsion nucléaire est un concept qui est à des années, voire des décennies, voire jamais, du lancement.

Cela laisse le programme lunaire mentionné par Poutine. Il fait référence à une série de trois missions robotiques prévues pour le lancement sur la Lune, Luna 25, Luna 26 et Luna 27. Ces missions aussi sont en phase de planification depuis très, très longtemps. Luna 25 devait initialement être lancée sur une fusée Soyouz il y a dix ans, et sa date de lancement actuelle est maintenant août 2022.

Quitter l’orbite terrestre basse avec Luna 25 serait un gros problème pour la Russie. La nation n’a pas lancé de mission interplanétaire même partiellement réussie depuis 1988, lorsque Phobos 2 a atteint l’orbite autour de Mars, et certaines opérations ont été achevées avant que les communications ne soient perdues. Pourtant, Luna 25 est une mission modeste, car elle ne pourra faire atterrir qu’environ 30 kg de charge utile scientifique à la surface de la Lune. En revanche, les sondes Chang’e que la Chine a posées sur la Lune au cours de la dernière décennie étaient beaucoup plus lourdes et plus sophistiquées.

Il y a des raisons d’être sceptique quant à tout ce qui précède, car même avant la guerre en Ukraine, Poutine a considérablement réduit le budget de Roscosmos. Maintenant, plus de ressources que jamais seront probablement consacrées à l’effort de guerre.

Et désormais, les missions Luna n’auront plus de partenaires européens. Quelques heures après le discours de Poutine au cosmodrome de Vostochny dans l’extrême-est de la Russie, le Conseil de l’Agence spatiale européenne a tenu une réunion au cours de laquelle ses membres ont convenu de mettre fin aux activités de coopération avec la Russie sur les trois missions Luna.

« L’agression russe contre l’Ukraine et les sanctions mises en place qui en résultent représentent un changement fondamental de circonstances et rendent impossible pour l’ESA de mettre en œuvre la coopération lunaire prévue », a déclaré l’agence spatiale dans un communiqué.

Au lieu de s’associer à la Russie, l’ESA a déclaré qu’elle travaillerait désormais avec la NASA et ses partenaires commerciaux. Par exemple, une ambitieuse mission de forage lunaire, PROSPECT, sera retirée de la mission Luna 27. Cet atterrisseur était censé se poser au pôle sud lunaire pour étudier l’accessibilité de la glace d’eau et d’autres minéraux. Désormais, la mission PROSPECT volera sur un atterrisseur commercial lancé par les États-Unis, acheté par la NASA dans le cadre de son programme Commercial Lunar Payload Services. Un journaliste spatial russe indépendant, Anatoly Zak, a déclaré qu’il pensait que le passage à une mission commerciale américaine signifie que l’exercice PROSPECT aura probablement une meilleure chance d’atteindre la surface lunaire. Il a ajouté que même le calendrier de la petite mission Luna 25 glissera probablement à nouveau.

Dans ses remarques de mardi, Poutine n’a pas abordé la Station spatiale internationale, qui est le dernier lien majeur restant entre la Russie et les États-Unis, l’Europe, le Canada et le Japon dans l’espace. Pour l’instant, ce partenariat devrait se poursuivre, malgré les atrocités de la guerre en Ukraine, car la station est un élément essentiel de l’implantation de la Russie et de l’Occident en orbite terrestre basse.

Résumé des nouvelles :

  • Poutine, pour tenter de paraître impressionnant, assure que la Russie reprendrait son programme lunaire
  • Consultez toutes les actualités et tous les articles des dernières mises à jour de l’actualité spatiale.

Laisser un commentaire