Patrick Reed annoncé comme le dernier joueur à rejoindre la LIV Golf Invitational Series

[ad_1]

ST. ALBANS, Angleterre – Patrick Reed est le dernier ancien champion des Masters à s’inscrire à la série LIV Golf financée par l’Arabie saoudite au mépris du PGA Tour et des militants qui s’opposent à ce que les joueurs fassent la promotion du projet sportif du royaume.

Avec Pat Perez également confirmé comme rejoignant l’échappée samedi, 20 joueurs ont maintenant fait défection du PGA Tour. Les dernières annonces ont eu lieu lors de la dernière manche de l’événement inaugural LIV au Centurion Golf Club à l’extérieur de Londres, où Charl Schwartzel d’Afrique du Sud est devenu le premier vainqueur du circuit et a remporté 4,75 millions de dollars.

Les récompenses lucratives pour rejoindre la série financée par le fonds souverain saoudien n’ont pas été suffisantes pour attirer les joueurs classés dans le top 10 mondial.

Reed, qui a gagné près de 37 millions de dollars en une décennie sur le PGA Tour, est classé 36e. La seule grande victoire du joueur américain a été le Masters 2018.

« C’est rafraîchissant de revoir le golf en équipe. Cela me ramène à l’époque de l’université et de la Ryder Cup », a déclaré Reed. « Vous ne jouez pas seulement pour vous-même – vous jouez pour votre équipe là-bas et cette camaraderie. Je suis ravi de voir plus de golf. Vous ne voyez pas seulement la couverture des groupes en vedette – vous le voyez de partout. »

Ayant participé à trois Ryder Cups, au cours desquelles il a été l’un des personnages les plus impétueux de l’équipe américaine, la décision de Reed pourrait le rendre inéligible à la sélection à l’avenir.

Reed, 31 ans, a déclaré qu’il ferait ses débuts lors de la deuxième étape de la LIV Golf Invitational Series à Portland, Oregon, du 30 juin au 2 juillet.

« En parlant à certains des gars après le premier et le deuxième tour, l’énergie semble si vive », a déclaré Reed. « Tout le monde semble tellement motivé et prêt à partir. Portland ne peut pas arriver ici assez vite. »

Perez, 46 ans, classé 168e au monde, a déclaré qu’il souhaitait moins voyager après 21 ans sur le PGA Tour. Il n’a fait aucune mention sur l’émission en direct de LIV sur les richesses proposées.

LIV Golf est soutenu par le Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, qui est contrôlé par le prince héritier Mohammed bin Salman. Salman a été accusé de nombreuses violations des droits humains, dont le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi en 2018.

Le bilan de l’Arabie saoudite en matière de violations des droits de l’homme a suscité des critiques de la part de groupes, dont Amnesty International, selon lesquels le pays « lave le sport » de son image en investissant dans l’engagement de stars du sport.

Le PDG de LIV Golf, Greg Norman, qui ne s’est pas adressé aux médias lors de l’événement, a qualifié la série de « force pour le bien » dans un discours lors de la cérémonie de victoire, sans aborder les critiques du projet saoudien.

LIV Golf joue les largesses financières. Yasir Al-Rumayyan, gouverneur du PIF, a déclaré sur scène qu’il y aurait un prix de 54 millions de dollars pour tout joueur qui pourrait atteindre un 54 invraisemblable lors d’un événement LIV.

Terry Strada, le président national de 9/11 Families & Survivors United for Justice Against Terrorism, a envoyé une lettre aux représentants des stars du LIV Golf, les appelant à reconsidérer leur participation à la série. Son mari, Tom, est mort lorsqu’un avion détourné a percuté le World Trade Center.

« Étant donné le rôle de l’Arabie saoudite dans la mort de nos proches et des blessés du 11 septembre – vos compatriotes américains – nous sommes en colère que vous soyez si disposé à aider les Saoudiens à dissimuler cette histoire dans leur demande de  » respectabilité « . », a écrit Strada, accusant les joueurs de trahir les intérêts américains.

La lettre de Strada a été envoyée aux agents de Reed ainsi qu’à Phil Mickelson, Dustin Johnson, Bryson DeChambeau et Kevin Na.

Pour beaucoup aux États-Unis, l’Arabie saoudite sera à jamais associée à l’effondrement des World Trade Towers et à la mort de près de 3 000 personnes le 11 septembre 2001. Tous les 19 pirates de l’air du 11 septembre, sauf quatre, étaient des citoyens saoudiens, et le royaume saoudien était le lieu de naissance d’Oussama ben Laden, le chef d’al-Qaida et le cerveau de l’attaque.

Les familles des victimes tentent de tenir l’Arabie saoudite responsable à New York, malgré l’insistance de son gouvernement sur le fait que toute allégation de complicité dans les attentats terroristes est « catégoriquement fausse ».

Information provenant de Kevin Van Valkenburg d’ESPN et l’Associated Press ont été utilisés dans ce rapport.

[ad_2]

Laisser un commentaire