Open d’Inde : de nouveaux enfants pour défier l’ordre mondial


Désireux d’apprendre de leurs erreurs lors de défaites antérieures, attendant de bondir sur les champions du monde: la première observation par l’Inde des futures superstars du badminton mondial aura lieu dimanche alors que deux jeunes seront présentés lors de la finale du Super 750.

An Se Young qui participe à son premier Open de l’Inde et Kunlavut Vitidsarn qui dispute sa toute première finale ici dans un événement du Tour, sont deux jeunes de 20 ans qui doivent défier les champions du monde en titre, Akane Yamaguchi et Viktor Axelsen.

Vous cherchez à faire trébucher Guchi

An Se cherchera à briser une série de quatre défaites contre Yamaguchi lors de la finale de l’India Open Super 750 dimanche. « Ce n’est pas parce que j’ai perdu quatre fois que je n’ai rien appris de Yamaguchi. J’ai analysé mes erreurs », déclare An Se. « Au début, j’avais peur de perdre, mais après avoir perdu et perdu, j’ai beaucoup appris. »

Réduisant la domination – bien qu’ils soient 10-5 face à face en faveur du double champion du monde japonais – An Se a peut-être été la seule star révolutionnaire de la nouvelle génération, allant de pair avec tous les grands noms qui font partie de l’or génération, les Top Tenners actuels.

La Coréenne, qui a émergé sur la scène mondiale alors qu’elle était encore adolescente, possède des compétences remarquables. Elle est constante, possède un large répertoire de coups offensifs et défensifs et peut amplifier sa vitesse comme en demi-finale contre He Bingjiao. Incroyablement mature pour son âge, c’est son talent polyvalent exceptionnel et son calme qui l’ont aidée à rivaliser avec les meilleures au monde, devenant l’une d’entre elles tout en disputant les finales du Tour, dont la Malaisie dimanche dernier.

An Se était le projet que les Coréennes ont entrepris, la fortifiant avec la défense la plus parfaite, puis l’attaque la plus arrondie – sans prêter attention aux résultats pendant qu’elle développait son jeu. Actuellement, l’ancienne navetteuse Sung Ji Hyun est assise en marge de ses fonctions d’entraîneur. « C’était une grande joueuse, mais j’ai mis du temps à m’adapter à son coaching. Maintenant, ça marche bien », dit An Se.

En dehors du court, le joueur de 20 ans est un jeune Coréen ordinaire imprégné de la culture pop de l’époque. Elle aime les drames coréens, mais les glane sur la base de la scénariste-réalisatrice Kim Eun-sook, connue pour ses comédies romantiques intelligentes et ses plaisanteries vives et enjouées, plutôt que pour les acteurs. Elle aime la musique de la star du groupe de filles d’origine, Tae-yeon, et si elle doit choisir, elle choisit le rappeur BTS Kim nam-joon ‘RM’. Elle se gave actuellement du drame chaebol de la réincarnation de la vengeance Reborn Rich actuellement, dit-elle.

Yamaguchi est en lice depuis deux semaines maintenant et sera le favori pour la finale en tant que double champion du monde. Cependant, s’il y avait un challenger suffisamment frais et motivé pour mettre fin à son règne, c’est An Se Young.

Une bizarrerie en cours

Viktor Axelsen a disputé sa deuxième finale de l’année après avoir remporté le Super 1000 de la semaine dernière en Malaisie. Un adversaire s’est blessé et n’a pratiquement offert aucune résistance pendant deux jours consécutifs. Le champion olympique et mondial a l’air rafraîchi pour remporter un titre de plus. Et il a une motivation assez forte pour que ça compte. « Je suis loin de ma famille. Donc ça doit en valoir la peine », explique le jeune père de deux filles.

S’il est trop impatient pour rentrer chez lui, il n’y a personne de mieux pour lui faire trébucher que le petit nouveau du quartier – Kunlavut. Il appartient à la promotion 2018 des talents juniors qui ont tous atteint le Top 10 – qui comprend Lakshya Sen et le japonais Kodai Naraoka.

Kunlavut, cependant, a été le premier à se qualifier pour la finale des Championnats du monde. « Je dois apprendre, choisir des tournois et m’améliorer pas à pas », dit-il.

Kunlavut est essentiellement un joueur très stable et n’offre pas de points faciles comme l’attesterait Anthony Ginting. Bon joueur de coups, il a la capacité de déplacer le volant dans tous les coins du terrain où il le souhaite et s’appuie sur le jeu positionnel. Peut-être poussé par l’ascension du japonais Kodai Naraoka et son jeu de vitesse vertigineux, Kunlavut a pris son propre régime de vitesse.

Il a augmenté sa course à deux fois par semaine, en plus des 6 heures d’entraînement quotidien, a-t-il déclaré à la chaîne BWF. Peut-être que la seule chose qu’il cherche à ralentir est son rythme effréné. « Je mange vite. J’essaie de ralentir », a-t-il ajouté à BWF. Kunlavut a cependant pris son temps pour relever le défi de Ginting, avec le premier set à 27-25, avant de terminer l’Indonésien 21-15 dans le second. « Le contrôle était important sur la navette », a-t-il déclaré, compte tenu des conditions, avec peu de dérive.

Axelsen, quant à lui, ne s’attendait pas vraiment à plonger profondément dans le tournoi à son arrivée, le prenant au jour le jour étant donné à quel point il était épuisé après avoir remporté le titre malaisien dimanche dernier. Cependant, il n’a montré aucun signe d’effort contre Jonatan Christie qui a perdu 21-6, 21-12.

S’il baisse sa garde, Kunlavut ne manquera pas l’occasion de sauter sur l’occasion, et l’Inde pourrait bien voir un nouveau champion en devenir.



Laisser un commentaire