Offrez-vous un festin visuel avec l’association irrésistible des beaux-arts et de la nourriture de Phaidon


L’artiste née à Belfast, Laura Wilson, se souvient avoir grandi et avoir barboté dans la cuisine de sa tante Pauline. Un jour, dans son salon de coiffure, Tante Pauline a trouvé une recette particulière, un amalgame de crème meringuée à la guimauve et à la menthe poivrée. Wilson se souvient qu’il était « léger et moelleux, il ne ressemblait à rien de ce que j’avais jamais goûté. Malheureusement, la recette originale est maintenant perdue. Ma mère et moi l’avons recréé à partir de nos souvenirs et il s’appelle The Humbova.

Attention, le Humbova peut sembler un caprice culinaire léger, mais sa préparation demande quelques précautions. Wilson recommande de porter des lunettes de sécurité tout en écrasant un ingrédient clé que vous vous attendriez à trouver il y a des décennies chez une grand-tante : des bonbons durs à la menthe poivrée rayés en noir et blanc appelés humbugs.

« Il est construit en couches et le laisser reposer au réfrigérateur pendant la nuit permet aux saveurs de se développer », décrit Wilson. « Quand vous prenez une cuillerée, imaginez que vous extrayez de l’argile pour fabriquer des briques ou que vous êtes un archéologue en train d’étudier les couches géologiques d’un paysage. »

La recette élaborée de The Humbova, qui doit être réfrigérée pendant la nuit avant de servir, fait partie d’une abondance étrangement alléchante de photographies personnelles, de peintures, de collages, de croquis, de prises de vue iPhone et d’illustrations d’artistes contemporains de premier plan qui travaillent actuellement, notamment Ghada Amer, Jimmie Durham, Studio Olafur Eliasson, Subodh Gupta, Nikolai Haas, Jeppe Hein, Carsten Höller, Dorothy Iannone, Ragnar Kjartansson, John Lyons, Philippe Parreno, Nicolas Party, Zina Saro-Wiwa, Tiffany Sia et Rirkrit Tiravanija.

De nombreuses œuvres d’art ont été créées pour le livre ou sont publiées pour la première fois dans Te Kitchen Studio : créations culinaires d’artistes. Le tome savoureux est écrit par les éditeurs de Phaidon, avec une introduction par Massimo Bottura. Ce cadeau de vacances parfait pour les gourmets et/ou les esthètes de votre liste peut exagérer vos yeux et votre sensibilité, mais il est économique à 39,99 $ pour un livre cartonné de 288 pages contenant 300 illustrations éblouissantes et audacieuses.

Organisé équitablement par ordre alphabétique par artiste, Tle studio de cuisine comprend une introduction intelligente par Bottura, un restaurateur italien et chef patron d’Osteria Francescana, un restaurant trois étoiles Michelin à Modène, en Italie. Lisez attentivement, car vous aurez envie de savourer chaque coup de perspicacité du talent derrière le trésor culinaire qui a été annoncé comme le meilleur restaurant du monde en 2016 et 2018 dans William Reed Business Media’s Prix ​​des 50 meilleurs restaurants du monde, qui a également régalé Bottura du Chefs’ Choice Award en 2011.

Toutes les papilles gustatives seront tentées par la gamme fantastique de recettes qui vont de l’authentique à l’imaginaire, du difficile au facile, du sérieux à l’effronté. Chaque concoction est comestible et accessible aux vaillants cuisiniers et boulangers amateurs avides d’une escapade créative et savoureuse.

Asseyez-vous sur une chaise dépareillée en tant qu’invité de l’artiste lauréate du prix Turner Laure Prouvost, qui a évoqué la résidence étrange de son grand-père imaginaire. La relation fictive est un artiste conceptuel et compagnon bien-aimé de l’artiste allemand Kurt Schwitters, qui chevauchait le dadaïsme, le constructivisme, le surréalisme, la poésie, le son, la peinture, la sculpture, le graphisme et la typographie, tout en étant pionnier dans l’art de l’installation. Rappelant un salon de thé, il s’inspire du surnom de l’amie de Schwitter, Wantee, dérivé de sa demande « tu veux du thé ? » Prouvost nous entraîne dans l’espace étrange entre la fable et la réalité avec cette exposition délicieusement dérangeante qui a été commandée par la Tate Britain et Grizedale Arts pour l’exposition 2013 Schwitters en Grande-Bretagne à la Tate.

Célèbre pour ses portraits naturalistes vibrants à grande échelle faisant fréquemment référence à des maîtres anciens tout en représentant des Afro-Américains, dont le président Barack Obama, Kehinde Wiley sert le plat national appétissant du Sénégal, la thiéboudienne. Les pescatariens particuliers seront ravis d’apprendre à préparer ce festin de poisson et de riz avec les instructions claires d’un ami proche, Pierre Thiam, publié à l’origine dans le célèbre livre de cuisine du chef sénégalo-américain, Sénégal : Recettes modernes de la source au bol.

L’artiste israélienne Keren Cytter nous séduit avec quelque chose de facile à préparer, mais une bouchée à dire : « Poulet au four avec du sumac et du gombo à la sauce tomate ». Soyez prudent, cependant, car votre chat peut bondir sur la table pour vider votre assiette. Cytter, qui explore le cinéma, la performance, le dessin et la photographie pour partager des récits d’aliénation sociale, de représentation linguistique et de fonction des individus dans des systèmes culturels prédéterminés à travers des modes expérimentaux de narration et de perception humaine, devient ludique avec l’imagerie et pratique avec la recette.

« C’est un plat que j’aime préparer pour le déjeuner et le dîner pour mes amis et pour moi-même », a déclaré Cytter. « Je l’aime parce que c’est bon marché (essentiellement du poulet avec des pommes de terre) et c’est spécial à cause du gombo. Il n’y a pas d’histoire derrière ce plat. J’ai commencé à le cuisiner il y a quelques années après avoir trouvé un lot de gombo au supermarché et redécouvert mon amour pour les cuisses de poulet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *