Natalie Placko d’Intrepid explique comment soutenir le Maroc après le tremblement de terre : Travel Weekly


Lorsqu’un puissant séisme de magnitude 6,8 a frappé le Maroc le 8 septembre, tuant des milliers de personnes et causant d’importants dégâts dans les régions autour des montagnes de l’Atlas, Intrepid faisait partie des entreprises qui ont redoublé leur engagement envers le pays. Nicole Edenedo, rédactrice en chef de Travel Weekly, s’est entretenue avec la directrice générale de la marque Intrepid, Natalie Placko, sur les raisons pour lesquelles il est important de soutenir le Maroc en continuant à y voyager.

Natalie Placko

Natalie Placko

Question : Quel est l’état des voyages d’Intrepid au Maroc après le tremblement de terre meurtrier de la semaine dernière ?

UN: Nous avons mis une pause dans nos voyages le temps d’évaluer la situation, mais la majorité de la vie au Maroc a continué à se dérouler normalement. Les gens vont travailler, les restaurants sont ouverts et les hôtels et aéroports fonctionnent normalement. Aucun organisme gouvernemental n’a interdit aux gens de voyager au Maroc. L’impact du tremblement de terre a été très spécifique à une région, les montagnes du Haut Atlas. Ainsi, à part la région des montagnes de l’Atlas, où nous modifierons nos itinéraires et n’allons évidemment pas dans cette région, les voyages se déroulent normalement. Nous nous efforçons vraiment de garantir aux gens qu’il est sûr de voyager au Maroc et d’assurer à nos collaborateurs sur le terrain et aux communautés que nous visitons que nous continuerons à les soutenir, car le tourisme est absolument leur seule forme de revenu et de soutien.

Question : Dans quelle mesure les montagnes de l’Atlas sont-elles prises en compte dans les voyages d’Intrepid au Maroc ?

UN: Les montagnes de l’Atlas sont certainement l’un des points forts d’un voyage au Maroc. Nous emmenons la majorité de nos clients dans les montagnes du Haut Atlas. Nous avons beaucoup de liens avec les communautés locales qui y sont basées, comme les hôtels et lieux d’hébergement, ainsi qu’avec les deux organisations que nous y soutenons, Éducation pour tous et la Fondation du Haut Atlas. Nous réacheminons les itinéraires dans la région ; nos voyageurs séjourneront une nuit supplémentaire dans une autre destination. Mais nous espérons retourner dans les montagnes de l’Atlas dès que nous aurons évalué les dégâts causés aux lieux dans lesquels nous séjournons.

Question : Quelle est l’importance globale du Maroc pour les activités d’Intrepid et son portefeuille de destinations ?

UN: Au cours des dernières années, le Maroc a été la destination à la croissance la plus rapide d’Intrepid. Nous emmenons presque autant de personnes au Maroc qu’au Vietnam, qui a été, d’un point de vue historique, la plus grande destination d’Intrepid dans le passé – mais le Maroc a connu une croissance beaucoup plus rapide. Le Maroc est une destination parfaite dans la mesure où il donne vraiment vie à tout ce qu’Intrepid représente. Nous avons une équipe très nombreuse et diversifiée qui travaille pour nous, en particulier au bureau de Marrakech, où de nombreuses femmes dirigent ce bureau.

Question : La question de savoir s’il faut ou non continuer à voyager vers des destinations frappées par des catastrophes, et quand, est revenue au premier plan ces derniers mois. Quelle est la position d’Intrepid à ce sujet ?

UN: Notre première priorité sera toujours d’évaluer la sécurité, car c’est notre priorité n°1. Mais une fois la sécurité évaluée, la priorité numéro un est de retourner sur place et de les soutenir – et voyager vers ces destinations est généralement le meilleur moyen d’y parvenir. Je pense que pour des destinations comme le Maroc, le tourisme sera toujours la première forme de revenu et même de survie dans une certaine mesure. Il est donc vraiment essentiel de revenir sur place et de montrer son soutien en voyageant vers une destination, car les organisations humanitaires ne peuvent pas faire grand-chose pour soutenir chaque personne touchée.

Laisser un commentaire