Namibie : un officier sportif concilie travail et agriculture


Alors que de nombreux jeunes Namibiens ne considèrent pas l’élevage comme une entreprise, un nombre croissant de jeunes ont rejeté l’idée de garder du bétail simplement comme un signe de richesse.

L’officier sportif de Kavango East, Erastus Someno, est l’un des rares jeunes à cultiver des bovins et des chèvres dans la région en tant qu’entreprise, et a employé deux autres jeunes hommes pour s’occuper de son bétail et de sa ferme dans la circonscription de Mashare.

Someno, 35 ans, qui a commencé à cultiver et à construire sa ferme à l’âge de 30 ans avec seulement quatre vaches, dit que c’était une bataille difficile au début, mais les chances ont changé.

Le travail acharné a commencé à porter ses fruits.

« C’était un intérêt avant de commencer. Pendant mes études à Cuba, pendant les week-ends et les vacances, je rendais visite à l’actuel ambassadeur de Namibie au Zimbabwe, Nicklaas Kandji, qui était vice-ambassadeur à notre ambassade à Cuba. Quand nous nous asseyions, il me disait à propos de ses activités agricoles ici en Namibie et des avantages. C’est à ce moment-là que mon intérêt pour l’agriculture a commencé », a déclaré Someno, qui a récemment partagé son histoire agricole avec New Era.

« Une fois, quand je suis rentré à Rundu en vacances, j’ai discuté de mon intérêt pour l’agriculture avec ma mère et lui ai demandé comment nous allions avoir une ferme. Elle a postulé par l’intermédiaire de l’autorité traditionnelle et nous avons obtenu la ferme. Après avoir obtenu notre diplôme de Cuba , je suis rentré à la maison, j’ai trouvé un emploi et j’ai commencé à construire la ferme en 2016. C’était dur, c’était une bataille difficile, mais heureusement, j’avais un oncle, Vilho Hamutenya, qui était là pour moi », a-t-il raconté.

Someno cultive maintenant des chèvres Boer, une race mixte de bovins ainsi que des bovins Simmental.

Son oncle Hamutenya l’a également en partie inspiré en voyant comment l’élevage bovin a amélioré sa vie.

« Je pouvais voir comment il récoltait les bénéfices. Alors, après avoir partagé avec lui mes intérêts agricoles, il m’a dit qu’avant de pouvoir m’aider, je devais d’abord acheter du bétail. Je lui en ai acheté quatre, et il m’a trouvé quatre ouvriers que j’ai embauché pour commencer par clôturer la ferme et construire ma ferme », a-t-il ajouté.

« Pendant la clôture et le développement de la ferme, j’ai recueilli 14 chèvres. C’était avant d’amener le bétail. Pendant le stockage, j’ai acheté du bétail à différents agriculteurs. Lorsque les chèvres sont arrivées, je n’avais pas de forage et j’allais chercher l’eau de la ferme voisine. Rhat était à environ six kilomètres (km) et un aller-retour de 12 km. J’avais une vieille Toyota Hilux avec laquelle j’avais l’habitude d’aller chercher de l’eau, et elle faisait à peu près tout le travail à la ferme.

Someno a par la suite réussi à creuser un forage pour éviter à son bétail de marcher sur de longues distances pour aller boire de l’eau à la ferme la plus proche.

« Quand j’ai commencé l’agriculture, mon mode de vie a totalement changé. Il m’était difficile d’essayer de concilier travail et agriculture, comme vous le savez, je suis responsable des activités sportives dans la région. La plupart des activités sportives se déroulent pendant les week-ends et les longs week-ends. , donc c’était dur pour moi parce que la semaine, j’étais au travail, et les week-ends où je dois aller à la ferme, il y a des activités sportives », a-t-il noté.

« Parfois, je conduisais jusqu’à la ferme pendant la nuit, juste pour aller chercher de l’eau pour mes ouvriers et mes chèvres. C’était avant que je fasse un forage. C’était vraiment difficile parce que quand j’ai commencé ce voyage, j’utilisais l’argent de mon Je n’avais pas de bétail à vendre parce que je commençais.

Someno a déclaré que l’agriculture est en effet une activité positive.

« Lorsque j’ai commencé à élever, mon oncle m’a aidé à obtenir un taureau Simmental de qualité supérieure, ce qui m’a apporté de grands avantages. De nombreux agriculteurs des deux régions de Kavango ont commencé à me demander des taureaux, même des agriculteurs qui ont commencé l’élevage bien avant moi. Les taureaux , qui ont été engendrés par mon taureau, étaient de bonne race et se vendaient mieux que les génisses et les bœufs. À ce jour, j’ai vendu environ huit taureaux. Un taureau peut coûter 30 000 dollars namibiens », a-t-il expliqué.

Le déterminé Someno a déclaré que financièrement, c’était lourd pour sa poche quand il a commencé, et l’entretien de son bétail et de ses chèvres était difficile.

« L’entretien vous coûte cher ; les vaccins sont chers, tout comme les médicaments pour le bétail. Quand j’ai commencé, certains camarades de jeunesse disaient que je m’engageais dans des activités de personnes âgées et que j’investissais dans quelque chose qui ne me donnerait pas revient de sitôt.

Mais ce que j’ai appris, c’est qu’à partir du moment où vous vous occupez correctement de votre bétail et que vous commencez à vendre, vous ferez une belle affaire et vous aurez de l’argent à réinvestir dans vos activités agricoles. Vous aurez des ressources pour améliorer votre élevage. Il est garanti que vous obtiendrez tout ce dans quoi vous avez investi avec des bénéfices », a-t-il rayonné.

Someno a conseillé à ses camarades jeunes de s’engager davantage dans des activités agricoles, car avec l’augmentation des prix des denrées alimentaires, les jeunes devraient y voir une opportunité de gagner de l’argent et de créer des emplois.

« Vous pouvez avoir vos jardins, des chèvres ici et du bétail là-bas, et vous ferez des affaires et gagnerez votre vie. Pour des raisons de sécurité alimentaire dans le pays, nous devrions nous engager davantage dans l’agriculture. Chaque jour, nous devons manger, et nous achetons de la viande, du lait et des légumes dans des supermarchés qui proviennent tous de fermes situées à l’extérieur du pays. Exploitons l’agriculture pour nourrir notre population, et le gouvernement devrait nous aider à mettre nos produits sur le marché », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire