Lula dit à la presse étrangère que le Brésil est devenu un « paria »

[ad_1]

L’ancien président et actuel favori des élections, Lula, a déclaré lundi que le Brésil était devenu un « paria », en référence à son isolement international sous l’administration Bolsonaro et à un précédent discours d’un ancien ministre des Affaires étrangères.

« Ce pays est comme un paria dans la société. Parce que personne ne veut parler avec notre gouvernement (…) [Mr. Bolsonaro] ne voyage nulle part et aucun dirigeant ne veut se rendre au Brésil », a déclaré Lula aux correspondants étrangers réunis à São Paulo.

En octobre 2020, alors ministre des Affaires étrangères Ernesto Araújo a dit il serait « bon » que le Brésil devienne un paria, plutôt que d’être invité au « festin du cynisme égoïste des globalistes ». M. Araújo a quitté le gouvernement en mars 2021.

Lula a passé plus d’un huitième de huit ans en tant que président voyager à l’étranger. Il a visité 84 pays différents, certains d’entre eux plusieurs fois.

Au cours de sa première année en tant que président – ​​et avant la pandémie – M. Bolsonaro visité 10 pays pour un total de 38 jours, moins que Lula.

Lors de son dernier voyage à l’Assemblée générale des Nations unies en septembre 2021, M. Bolsonaro a tenu des réunions bilatérales avec seulement deux dirigeants étrangers : Boris Johnson du Royaume-Uni et Andrzej Duda de Pologne.

Le mois dernier, M. Bolsonaro a accueilli la présidente hongroise Katalin Novák, l’un des rares alliés restants du Brésil.

Lula a également déclaré aux journalistes étrangers que le changement climatique souligne la nécessité de nouvelles institutions de gouvernance mondiale.

« Nous avons besoin d’un certain renouveau. Nous avons besoin d’autres institutions qui agissent différemment de la [International Monetary Fund]. Nous avons besoin d’un plus grand nombre de pays participant à la [UN] Conseil de sécurité. Nous avons besoin d’une nouvelle géopolitique mondiale pour discuter de la question climatique.

Répondant à une question sur la criminalité et la déforestation en Amazonie, Lula s’est engagé à récupérer la force de l’agence fédérale de l’environnement Ibama, à mettre fin à l’extraction illégale d’or et à créer un ministère des peuples autochtones.

« Nous n’avons pas besoin d’abattre un seul arbre pour planter plus de soja », a déclaré Lula.

Lula a également écarté la possibilité que le président Bolsonaro ne reconnaisse pas sa probable défaite électorale.

« Il [Bolsonaro] est une copie bâclée de [Donald] Trump », Lula a diten référence à l’émeute du Capitole de 2020.

« [But] celui qui gagne prend ses fonctions, celui qui perd pleure », a-t-il ajouté.



[ad_2]

Laisser un commentaire