Livres : L’auteur met en lumière l’esclavage asiatique au Cap de Bonne-Espérance


Aux 17e et 18e siècles, des milliers de personnes de ce qui est aujourd’hui l’Indonésie et la Malaisie ont été emmenées comme esclaves au cap de Bonne-Espérance en Afrique australe. Les descendants de cette population, qui se sont mélangés avec des Européens et d’autres Asiatiques, sont devenus connus sous le nom de Cape Malays.

Fondée en 1652 par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales dans l’actuelle ville du Cap, en Afrique du Sud, la colonie du Cap était une station intermédiaire entre les Pays-Bas et les Indes orientales largement contrôlées par les Néerlandais, désormais connues sous le nom d’Indonésie. Il a fourni une pause dans le long et périlleux voyage en mer de l’Asie à l’Europe, et au-delà du havre, il y avait de bonnes terres agricoles pour les anciens employés et colons. La population indigène du Cap, les locuteurs San et Khoe, a été décimée par la guerre et les maladies apportées par les Européens, rendant la main-d’œuvre importée logique et nécessaire pour les colons.



Laisser un commentaire