L’insurtech kenyane Lami lève 3,7 millions de dollars pour une extension de capital dirigée par Harlem Capital – TechCrunch


Dès le lancement de son premier produit en 2020, l’insurtech kenyane Lami Technologies visant à accroître la pénétration de l’assurance au Kenya et dans le reste de l’Afrique. Ils ont commencé sur cette voie en créant et en distribuant une plate-forme d’assurance numérique de bout en bout et une API qui ont permis aux entreprises de différents secteurs de créer des solutions d’assurance sur mesure pour leurs clients.

Avec sa plate-forme API qui gagne du terrain dans le domaine de l’assurance, la startup prévoit également de fournir des solutions technologiques qui numériseront également les agents et les courtiers, les aidant à rationaliser leurs opérations – pour atteindre une large clientèle et vendre en ligne. Ces plans prévoient également de permettre la numérisation des assureurs traditionnels alors que l’innovation continue de façonner le secteur.

S’adressant à Techcrunch, fondateur et PDG de Lami, Jihan Abass, a en outre annoncé son intention d’offrir des gammes de produits d’assurance supplémentaires, tout en révélant que la startup a fait une entrée en Égypte et au Nigéria. Tout cela dans le contexte d’une extension de démarrage de 3,7 millions de dollars levée lors d’un cycle dirigé par Harlem Capital – qui investit dans des minorités et des femmes fondatrices.

Parmi les autres investisseurs qui ont participé à la ronde figurent la société de capital-risque en démarrage Newtown Partners, Peter Bruce-Clark, un partenaire de la société de capital-risque axée sur la recherche de New York Social Impact Capital, Caribou Honig et Jay Weintraub d’InsureTech Connect, une plate-forme de réseautage pour insurtech innovateurs et des membres seniors d’Exotix Advisory, une boutique de financement d’entreprise et de fusions et acquisitions axée sur les marchés émergents. Le dernier financement s’ajoute au financement de démarrage de 1,8 million de dollars que l’insurtech a levé l’année dernière.

Parlant de ses stratégies de croissance, Mme Abass a affirmé les plans de l’entreprise d’innover en permanence tout en explorant de nouvelles façons d’augmenter la pénétration de l’assurance à travers le continent – qui se situe actuellement à moins de 3 %.

« Sur le plan technologique, nous voulons répondre à l’ensemble de l’écosystème de l’assurance. Ainsi, ce ne sont pas seulement les plateformes numériques qui veulent vendre des produits d’assurance, mais aussi aider les acteurs existants à être plus efficaces dans leur distribution de produits, leur permettant de jouer un rôle dans l’augmentation du niveau de pénétration de l’assurance. Cela inclut les agents et les courtiers – nous examinons comment nous pouvons leur donner les moyens de vendre plus de polices », a-t-elle déclaré.

Abbas a ajouté que Lami utilise le financement pour embaucher, accélérer ses plans d’expansion et créer des partenariats avec les souscripteurs. Elle a également nommé son directeur financier, Roy Perlotqui fait partie de l’insurtech depuis 2020, en tant que co-fondateur.

Expliquant leur investissement dans Lami, le directeur de Harlem Capital, Gabby Cazeau, a déclaré : « Nous pensons que la prochaine vague de fintech intégrera des produits et services financiers comme l’assurance dans l’expérience d’achat d’un client. L’approche de Lami consistant à servir les gens par le biais de partenaires stratégiques dans le commerce électronique et la finance est le meilleur moyen d’établir la confiance avec les utilisateurs et de fournir une assurance de manière transparente et accessible aux Africains à travers le continent.

Lami co-conçoit des produits avec ses partenaires souscripteurs, actuellement au nombre de 25, qui l’aident à utiliser son API pour faciliter la distribution de produits d’assurance via une approche B2B2C.

L'insurtech kenyane Lami lève 3,7 millions de dollars pour une extension de capital dirigée par Harlem Capital

Lami Technologies, qui s’est étendu au Nigéria et à l’Égypte, prévoit d’offrir des gammes de produits d’assurance supplémentaires. Crédits image : Lami Technologies

L’API de la startup permet à des entités comme les banques de proposer des produits d’assurance numériques à leurs clients. Lami a également intégré son API à plus de 15 entités dans divers secteurs, notamment la logistique, le commerce électronique, la banque et la fintech.

Parmi les partenaires de Lami figure buy now pay later la startup Lipa Later, qu’elle soutient par une assurance contre les défauts de paiement des produits financés. L’insurtech travaille également avec Sendy pour permettre aux transporteurs de fret en Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda et Tanzanie) d’accéder à une assurance de transit par voyage, et également avec Kwara pour rendre les produits d’assurance accessibles aux plus de 60 000 membres de la SACCO (coopérative de crédit). Les autres clients sont la plate-forme de commerce électronique Jumia, la plate-forme de vente au détail B2B et de distribution de bout en bout, MarketForce et Stanbic Bank Insurance – qui utilise la technologie de Lami pour alimenter les produits de bancassurance.

Lami est entré sur le marché en janvier 2020, avec un produit destiné aux consommateurs, l’assurance Griffin, sans doute la première plateforme d’assurance automobile numérique. Il a ensuite pivoté pour offrir une plate-forme API indépendante du produit qui alimente les produits d’assurance numériques. Cela l’a aidée à faire passer son portefeuille de 70 000 polices à 85 000 à la fin de 2021 et à quadrupler les primes souscrites à 800 000 $ l’année dernière – la société prévoit que cela passera à plus de 2 millions de dollars cette année.

L'insurtech kenyane Lami lève 3,7 millions de dollars pour une extension de capital dirigée par Harlem Capital

Stanbic Bank utilise la plateforme SaaS de Lami pour alimenter ses produits de bancassurance. Crédits image : Lami Technologies

La croissance attendue sera largement alimentée par l’augmentation des partenariats et des gammes de produits, et les plans d’expansion agressifs qu’elle a entrepris cette année lorsqu’elle est entrée au Malawi et en République démocratique du Congo (RDC) après l’acquisition de Bluewave. L’acquisition a aidé Lami à exploiter la clientèle et les technologies de Bluewave qui permettent d’accéder aux produits de micro-assurance via divers canaux tels que les chatbots USSD et WhatsApp.

Abass anticipe davantage d’opportunités de croissance avec des partenariats supplémentaires d’entreprises axées sur la technologie et à mesure que de plus en plus de compagnies d’assurance se numérisent.

« Les compagnies d’assurance ont compris qu’elles ne pouvaient plus compter sur les canaux de distribution traditionnels ; ils doivent également se diversifier pour leur propre bien-être financier. Et puis aussi en ce qui concerne les plateformes numériques, je pense qu’ils ont également réalisé que c’est un moyen facile pour eux de diversifier leurs sources de revenus », a déclaré Abass.

« Le paysage s’est vraiment transformé depuis que nous avons lancé notre premier produit il y a deux ans. Les gens sont plus ouverts aux canaux de distribution numériques. Nous prévoyons une croissance significative du côté B2B2C. C’est là que nous voyons beaucoup d’opportunités alors que nous nous développons sur d’autres marchés. »

Laisser un commentaire