L’industrie du tourisme se prépare à la reprise Pour…


Les progrès réalisés dans le monde entier avec les vaccinations de masse ont joué un rôle majeur pour permettre au monde de revenir rapidement à une existence normalisée.

Dans le cas de l’Afrique du Sud, une forte baisse du nombre de nouvelles infections à Covid s’est produite en octobre, la moyenne sur sept jours passant de 1 500 fin septembre à seulement 349. Il s’agit du niveau le plus bas depuis le 4 mai 2020 et a permis au l’industrie hôtelière pour commencer à se remettre des réglementations de verrouillage assez strictes qui étaient en place jusqu’en septembre.

Le couvre-feu a maintenant été assoupli, les ventes d’alcool sont autorisées pendant les heures normales de bureau et les conférences et autres événements ont à nouveau lieu (sous réserve des limites de capacité).

En outre, la décision de la Grande-Bretagne de retirer l’Afrique du Sud (avec 46 autres pays) d’une soi-disant liste rouge a été accueillie avec soulagement et enthousiasme par les perspectives d’une augmentation des arrivées de touristes internationaux cet été.

Les premières preuves sont prometteuses. British Airways, Virgin Atlantic, Lufthansa, Air France et Edelweiss Air, basée en Suisse, ont toutes repris leurs vols vers Le Cap, qui est la première destination touristique d’Afrique du Sud.

Au cours du mois de septembre, plus de 93 000 visiteurs internationaux sont arrivés à l’aéroport international de Johannesburg, ce qui représente une augmentation de près de 50 % par rapport au nombre enregistré en juillet. En raison de l’arrêt virtuel des voyages internationaux au plus fort de la pandémie, il est plus logique de comparer les données de 2021 avec celles de 2019 (avant Covid), une pratique également suivie par l’International Air Travel Association (IATA).

Bien que le chiffre de septembre soit encore loin des 400 000 visiteurs internationaux arrivés deux ans plus tôt, il représente un taux de récupération de près de 25 % – une bonne nouvelle pour les hôtels, restaurants et guest lodges sud-africains, qui pourraient tous redevenir rentables. pendant la traditionnelle saison estivale de pare-chocs.

De nombreux hôtels qui avaient été « mis sous cocon » depuis avril de l’année dernière rouvriront désormais, y compris la plupart des hôtels du groupe Sun International et le Commodore Hotel à Cape Town, dont la réouverture est prévue le 17 novembre.

Réponse politique positive requise

Espérons que les autorités impliquées dans la chaîne d’approvisionnement touristique saisiront l’opportunité de tirer le meilleur parti de la résurgence imminente du tourisme international. Dès 2006, avec le lancement de l’Initiative de croissance accélérée et partagée pour l’Afrique du Sud (AsgiSA), le gouvernement a reconnu le rôle vital que le tourisme peut jouer dans la quête d’une croissance plus élevée et de la création d’emplois.

Malheureusement, des dommages importants ont été causés aux nobles idéaux d’une stratégie touristique concertée sous l’administration Zuma, en particulier par un ancien ministre de l’Intérieur, Malusi Gigaba, qui a promulgué une législation imposant des réglementations onéreuses en matière de visas aux touristes visitant le pays.

Bien qu’une mesure d’assouplissement ait depuis été mise en œuvre, il existe une marge importante pour d’autres modifications visant à un système de réglementation des visas plus propice à l’attraction des touristes.

La réalité est que le tourisme international est une industrie hautement compétitive et que la plupart des pays du monde cherchent désespérément à relancer l’activité du secteur touristique. Le message adressé au gouvernement doit être clair : une stratégie touristique proactive doit être préparée à la hâte, impliquant toutes les parties prenantes concernées, en mettant fortement l’accent sur le pragmatisme et la suppression des obstacles inutiles à la croissance.

Un point de départ serait d’établir un slogan commun de « premières impressions comptent ». Toutes les agences du secteur public impliquées dans le tourisme devraient être sensibilisées à l’importance de s’assurer que les visiteurs étrangers souhaitent revenir à l’avenir et également d’influencer les amis et les parents à visiter l’Afrique du Sud.

La « Campagne de bienvenue » qui a été lancée dès 1999 devrait être revigorée et les responsables des affaires intérieures aux points d’entrée devraient être soigneusement sélectionnés et formés pour que les touristes arrivant se sentent reconnaissants pour la peine, le temps et les dépenses d’un voyage en Afrique du Sud. .

L’Afrique du Sud est un paradis touristique, offrant des possibilités infinies d’explorer le plein air via des activités sportives et d’aventure, tout en possédant des installations d’hébergement des normes les plus élevées possibles. Le pays est l’un des 17 pays au monde classés comme mégadivers.

Plusieurs des sous-secteurs de l’industrie hôtelière sont à forte intensité de main-d’œuvre. Si le gouvernement est sérieux au sujet de la création d’emplois, il devrait préparer d’urgence un «plan directeur» pour le tourisme – un plan qui tienne compte des recommandations du secteur privé. BM/DM

Dr Roelof Botha est conseiller économique du Groupe Optimum.

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.