L’ex-star sud-africaine Mark Boucher s’excuse pour des chansons offensantes après des allégations de racisme


Mark Boucher, qui entraîne actuellement l’équipe de cricket sud-africaine, est l’un des nombreux ex-joueurs à être impliqués dans le scandale du racisme qui sévit dans le pays.

Chargement vidéo

Vidéo indisponible

Joe Root porte la responsabilité de la perte en Inde

Mark Boucher s’est excusé pour avoir chanté des chansons offensantes et utilisé des surnoms désobligeants pour les joueurs de couleur au cours de sa carrière de joueur de cricket pour l’Afrique du Sud.

Boucher est actuellement l’entraîneur de l’équipe masculine sud-africaine et est l’une des nombreuses personnalités du sport à avoir été impliquée dans le scandale du racisme qui a englouti la configuration.

Cricket South Africa (CSA) a mis en place un comité de justice sociale et de construction de la nation (SJN) en réponse aux accusations portées par Paul Adams et d’autres, et les excuses de Boucher font partie d’un affidavit qu’il a soumis à ce comité.

Adams, un ancien coéquipier noir de Boucher, avait accusé l’ancien gardien de guichet d’être raciste pendant le temps d’Adams dans l’équipe. Adams a affirmé que des insultes racistes avaient été faites par toute l’équipe lorsqu’ils ont chanté des chansons à son sujet.








Mark Boucher s’est excusé après que des allégations de racisme ont été portées contre lui et ses anciens coéquipiers d’Afrique du Sud
(

Image:

AFP via Getty Images)




L’affidavit de Boucher fait 14 pages et comprend ce qu’il décrit comme une « réponse générale » aux accusations de racisme qui lui sont adressées et à la culture plus large du cricket sud-africain.

Adams, qui a joué au cricket d’essai pour l’Afrique du Sud entre 1995 et 2004, allègue que toute l’équipe l’a appelé avec le surnom raciste « marron brun », et que Boucher faisait vraiment partie de ce groupe.

Boucher a admis qu’il avait chanté des chansons qui comprenaient ce surnom horrible, affirmant qu’il « regrette profondément et s’excuse pour le rôle que j’ai joué en me joignant à mes coéquipiers pour chanter des chansons offensantes ou utiliser des surnoms offensants ».

L’homme de 44 ans a cependant insisté sur le fait qu’il n’avait pas inventé le nom et qu’il ne pouvait pas se rappeler qui l’avait fait. Il s’est rendu disponible pour des discussions en tête-à-tête avec d’anciens coéquipiers dans le but de réparer toute relation endommagée.





La déclaration de Boucher a également noté que ses indiscrétions passées étaient le résultat d’un manque de maturité et d’un échec institutionnel à donner aux joueurs une meilleure compréhension de la manière d’agir au lendemain de la fin du système d’apartheid en Afrique du Sud.

Boucher a déclaré: « Nous n’étions pas seulement naïfs, mais nous étions également mal équipés pour faire face au nouvel environnement dans lequel nous nous trouvions.

« A ma connaissance, il n’y a eu aucun briefing ou discussion par CSA sur la façon dont nous traitons l’héritage de l’apartheid, comment les joueurs et la direction devraient faire face aux pressions supplémentaires exercées sur eux par le pays et les médias, comment nous nous assurons que il y a égalité, respect, empathie et inclusivité dans l’équipe.








Paul Adams a accusé Mark Boucher d’avoir chanté des chansons racistes et d’avoir utilisé un surnom raciste offensant pendant son séjour avec l’équipe
(

Image:

Popperfoto via Getty Images)











Paul Adams a joué 45 matchs d’essai pour l’Afrique du Sud
(

Image:

Popperfoto via Getty Images)




« Il n’y avait aucune orientation, aucune discussion sur la culture, aucun forum ouvert et personne nommé par CSA pour faire face aux maladresses ou aux questions ou aux pressions vécues par les joueurs et, en particulier, par les joueurs de couleur. »

Boucher a déclaré que des progrès avaient été réalisés en ce qui concerne le traitement des joueurs de toutes les races dans l’équipe sud-africaine moderne.

À la suite du meurtre de George Floyd à Minneapolis en 2020, Boucher a déclaré que lui et son équipe avaient été impliqués dans « des ateliers et des discussions intenses et significatifs sur la façon de créer une atmosphère d’inclusion et une culture de respect et d’empathie entre tous les joueurs ».



Laisser un commentaire