L’Espagne resserre les restrictions d’entrée pour la Grèce, le Danemark, la Tchéquie, le Liechtenstein et plusieurs autres régions de l’UE


Les voyageurs atteignant l’Espagne en provenance de Grèce, du Danemark, de Tchéquie, du Liechtenstein et de plusieurs autres régions doivent désormais suivre des règles d’entrée supplémentaires, car les pays ont été placés sur la liste des zones à haut risque.

Dans la mise à jour de la semaine dernière, seules 12 régions de Grèce, trois régions du Danemark et huit régions de la République tchèque faisaient partie de la liste. Cependant, étant donné que la situation du COVID-19 s’est aggravée dans les pays, l’ensemble de leur territoire est désormais considéré comme fortement touché.

De plus, le Liechtenstein ne faisait pas partie de la liste à haut risque, mais comme il a identifié une augmentation des cas d’infection à coronavirus, le pays fait désormais également partie de cette liste.

Conformément à la dernière classification des pays publiée par le ministère espagnol de la Santé, la liste nouvellement mise à jour des pays figurant sur la liste à haut risque est entrée en vigueur hier 25 octobre et restera en vigueur jusqu’au 31 octobre, rapporte SchengenVisaInfo.com.

Outre les quatre pays mentionnés ci-dessus, plusieurs autres régions ont été ajoutées à la liste à haut risque de l’Espagne. Les régions nouvellement ajoutées sont les suivantes :

  • Régions de France : Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine
  • Régions de Pologne : Basse-Silésie, Cujavie-Poméranie, Voïvodie de Łódź, Voïvodie de Petite-Pologne, Voïvodie de Podkarpackie, Voïvodie de Poméranie et Voïvodie de Grande-Pologne
  • Régions d’Italie : Frioul-Vénétie Julienne

En revanche, le même ministère a annoncé que deux régions de France – Mayotte, Occitanie – et quatre régions d’Italie – Basilicate, Emilie-Romagne, Val d’Aoste, Latium – ne faisaient plus partie de la liste à haut risque. Cela signifie que tous ceux qui voyagent à destination ou en provenance de ces régions n’ont pas besoin de suivre des règles supplémentaires sur les coronavirus lors de leur entrée en Espagne.

Sur la base des règles d’entrée actuelles de l’Espagne, toutes les personnes qui atteignent son territoire depuis la Grèce, le Danemark, la Tchéquie, le Liechtenstein ou l’une des régions de France, de Pologne et d’Italie doivent fournir une preuve de vaccination contre le COVID-19 ou une preuve de récupération.

Les voyageurs qui ne détiennent aucun de ces deux documents doivent présenter un résultat de test négatif pour être autorisés à entrer dans le pays.

À l’exception des pays et régions susmentionnés, des règles similaires s’appliquent également à des dizaines d’autres pays de l’UE qui font partie de la liste depuis un certain temps déjà. Les autres pays de l’UE et de l’espace Schengen qui figurent également sur la liste à haut risque de l’Espagne sont l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Estonie, la Finlande, la Hongrie, l’Irlande, l’Islande, la Lituanie, le Luxembourg, les Pays-Bas , et la Roumanie.

Grâce à la même mise à jour, il a également été révélé que la liste des pays tiers considérés comme épidémiologiquement sûrs est restée inchangée.

La liste comprend actuellement l’Arabie saoudite, l’Australie, Bahreïn, le Canada, le Chili, la Chine, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, la Jordanie, le Koweït, la Nouvelle-Zélande, le Qatar, le Rwanda, Singapour, l’Ukraine, l’Uruguay, Taïwan et les régions administratives de Hong Kong. et Macao.

>> Le trafic aérien espagnol dépassera les chiffres pré-pandémiques pendant la période hivernale

Laisser un commentaire